Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Après la Manif III

Après la manif III

 

1 Nos lecteurs savent depuis longtemps nos réticences et même notre répulsion à considérer  Fr.Ba. comme tête représentative de la marche catholique nationale du 13 janvier dernier.

 Jeanne Smits, avait déjà fait des remarques pertinentes à ce sujet. Elle vient de récidiver de façon plus directe après l’entrevue de la dite Dame avec le Président de la République. Le Salon Beige a repris l’information, (parue sur le blog de Jeanne Smits), le 29 de ce mois :

Frigide Barjot à l’Élysée

On ne saura jamais exactement la teneur de l’entretien de Frigide Barjot avec François Hollande, vendredi soir. Seuls trois porte-parole de la « Manif pour tous » s’y sont rendus : elle-même, sa co-paroissienne Laurence Tcheng qui anime une petite association, la Gauche pour le mariage républicain, et un homosexuel de 49 ans, Jean-Pierre Delaume-Myard, qui s’est exprimé sur le site Homovox pour récuser la « filiation » homosexuelle.

Le gros des troupes du 13 janvier n’était pas représenté. Pas même les Associations familiales catholiques, En marche pour la vie qui a joué un rôle important pour fournir les premières infrastructures des « Manifs pour tous », ni Alliance Vita dont le délégué général Tugdual Derville a un discours plus net, sinon plus direct, sur le caractère inacceptable du « mariage » des homosexuels en soi.
Ce que nous savons, en revanche, c’est ce que Frigide Barjot a déclaré en sortant de l’Elysée. Elle a salué un entretien « consistant » et la qualité d’attention du président de la République, affirmant qu’ils avaient ensemble « balayé toute la problématique de la loi Taubira ».
« Encore une fois, c’est à égalité de droits des adultes de vivre et de s’unir, à égalité des droits homos et hétéros. »

 



Une fois de plus, Frigide Barjot a réduit la « problématique », comme elle dit, à la naissance, la filiation. Alors, qu’elle soit sûre d’avoir « ébranlé » François Hollande, de l’avoir vu « dans ses yeux », de lui avoir rappelé qu’il est le « garant de l’institution du mariage » qui est le lieu de la « filiation certaine », cela nous inquiète plus qu’autre chose.
L’argument est bien faible dans la mesure où le bricolage génétique, la procréation avec donneurs étrangers aux couples sont déjà largement utilisés par les couples homme-femme qu’on n’a plus le droit d’appeler « normaux ». En revendiquant par ailleurs des droits éducatifs et, en quelque sorte, beaux-parentaux pour les couples homosexuels qui élèvent des enfants, Frigide Barjot et des porte-parole pas nécessairement représentatifs de la « Manif pour tous » donnent leurs lettres de noblesse à l’insémination artificielle, la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui réalisées dans des pays où cela est légal pour ces couples puisqu’il s’agit tout simplement d’entériner leurs conséquences sur le plan légal.
Si en effet Hollande a si bien « entendu » Frigide Barjot, on ira au mieux vers la création d’une nouvelle « alliance civile » calquée sur le mariage mais sans droit à l’adoption ou à la procréation bricolée. En dehors du fait qu’il s’agit d’une politique des petits pas qui aboutira un jour ou l’autre à une nouvelle évolution sociétale. Et pour les partisans du « mariage » des homosexuels, l’essentiel sera gagné : la normalisation des amours homosexuelles et leur reconnaissance entière par la société.
Après tout, Frigide Barjot l’a encore répété samedi matin sur MFM. « Aujourd’hui, deux hommes ne peuvent pas procréer, engendrer, ensemble », a-t-elle dit. « Ils peuvent s’aimer », interpose Laurent Argelier. « Absolument ! », répond Barjot, ajoutant qu’il est « tout à fait juste » que la loi Taubira « demande que l’amour soit reconnu dans une union égale à l’union homme femme ». « Homme-homme, femme-femme, égale homme-femme, ça, je suis d’accord, cet amour est donné et il faut qu’ils vivent au mieux leur amour. »

Tout le reste ne serait donc en effet qu’« homophobie »…

N’y a-t-il vraiment aucun représentant de la « Manif pour tous » pour dire publiquement et sans langue de bois qu’il ne l’accepte pas ?

Cet article a paru dans Présent daté du 29 janvier. J'y ajoute quelques lignes du compte-rendu des propos de Frigide Barjot aux états-généraux pour l'enfance à Lyon samedi, reçu d'un correspondant :

« Frigide Barjot nous a fait un compte rendu rapide du rendez vous à l'Elysée, ce vendredi, où elle s'est rendue avec, notamment, Laurence Tcheng (“la gauche pour le mariage républicain”). La conclusion : Hollande, qui s'est fait piéger par sa promesse électorale,  ne cèdera que sous la pression et en lui laissant une porte de sortie (dissocier une loi sur “l'union” des personnes de même sexe de la notion de mariage et de l'adoption qui conduit inéluctablement à la PMA et à la GPA). Donc, poursuivre la mobilisation. »

Mobilisation, oui, mais détournée de son objet !

 

Dame Barjot est en train de rouler les catholiques dans la farine ! Ce sont eux qui ont fourni le gros des troupes et ils sont cocufiés. Comment se fait-il que cette Dame soit allée seule, les deux accompagnants n’étant que des figurants, rencontrer le Président de la République ?

T. Derville était-il au courant ? A-t-il refusé d’aller au rendez-vous ? A-t-il été écarté comme les familles catholiques ? Pour l’instant nous n’en savons rien. T. Derville n’a eu aucune réaction devant ce camouflet ? Il est clair que Dame Barjot poursuit DEPUIS LA DEBUT une trajectoire qui n’est pas catholique. L’idée louable de faire nombre et de ne rejeter personne pour la manif pouvait être un très bon choix. Or il s’avère qu’il s’agissait d’un marché de dupes. Dame Barjot révèle maintenant qu’elle n’a cure de la défense de l’ordre naturel que professait le million de français qui a manifesté.

Cette situation conforte malheureusement notre analyse. Dame Barjot a reçu son brevet de religion des instances épiscopalo-médiatiques qui voulaient par-dessus ne pas être taxées d’homophobie. Et elle a joué cette carte à merveille. Le journal La Croix qui obéit aux mêmes instances a, lui aussi, joué sa partition dans ce concert. Il faut être aveugle pour ne pas voir cette stratégie.

Il serait bon que dans les prochaines grandes manœuvres les chefs soient un peu plus avisés sur le choix des partenaires. Non, tout le monde n’est pas beau  et gentil.

La prochaine chausse-trappe pourrait venir de ceux qui s’inspireraient d’une démocratie chrétienne trop connue. Pétrie d’ambiguïtés et spécialiste des trahisons parlementaires : accord avec toute la gauche en 1946 sur le statut scolaire de 1939 pour rester au gouvernement et acceptation par Jean Lecanuet, Garde des Sceaux, Ministres de la Justice de la loi Veil sur l’avortement en 1974. Jean Lecanuet avait accepté la loi à l’essai pour 5 ans ! (Journal officiel, 3ème séance du 28 novembre 1974, page 7227).

 

Alain Escada qui a le sens de l’humour a répondu sur le Forum Catholique : « … si la crédibilité sociale relève des médias, la crédibilité ecclésiale est entre les mains des évêques. Quel évêque pourra-t-il affirmer que l'organisatrice de la "Manif pour tous" est la représentante la plus crédible du monde ecclésial et du message catholique ? Faut-il rappeler ici ses soutiens à la parodie de mariage de Jean-Luc Romero, à la promotion du PACS +, de l'homo-éducation ou encore la participation au développement du concept d'homophobie destiné à museler les défenseurs de la famille ?
Je suis conscient de mes manques certains, mais pour ma part, je pense que Frigide Barjot est "ecclésialement" vraiment très peu crédible. (F.C. 28 01)

On objectera que cependant les évêques…Cela nous conduit à notre deuxième note.

 

2 L’unanimité partielle de l’épiscopat n’a pas changé le fond idéologique de la majorité des évêques. Perpiscopus a noté la partie de trapèze de l’archevêque d’Auch, Mgr Gardés ; nous avions vu celle de l’évêque de Troyes ; où en est l’archevêque de Rouen, Mgr Descubes ?

Les évêques ne sont certainement pas prêts au martyre comme les y invite la prière pour la famille de Mgr Rey.

Ils vont se laisser couler au fil de l’eau et quand la loi sera passée ils diront avoir fait tout ce qu’il était possible de faire. Ils diront comme un évêque l’a écrit : Dans mon diocèse, il y a les pour et les contre. Je ne prends pas parti car je suis l’évêque de tous et ne veux pas favoriser un parti plutôt qu’un autre.

En avril prochain sera élu le successeur de Mgr Vingt-Trois. Nous serons rapidement fixés sur la régénération de l’épiscopat ou sur son enlisement. Si c’est Mgr d’Ornellas, de Rennes, qui devient président on aura un président-dictateur. Si c’est Mgr Minnerath, l’évêque de Dijon, nous aurons au moins un homme de bonne doctrine, qui écrit un français correct et d’une réelle élévation spirituelle. Il aura pour tâche de faire oublier la déclaration lamentable du « noyau dirigeant » de l’épiscopat. Les auteurs de ce factum, (outre Mgr Vingt-Trois), mgrs Simon, Ulrich, Blaquart, Boulanger, Grallet, Herbreteau, Jaeger, James seront-ils présents dans le nouveau Conseil permanent de l’épiscopat ? Tout est à craindre.

Pour l’heure, tous les évêchés sont embarqués dans le PLAN  DIACONIA, concocté par le CCFD et consorts qui oblitère complètement l’année de la foi. Il s’agit de l’encadrement à la socialiste des activités diocésaines. Une sorte de moule apostolique qui fait de chaque évêque un responsable administratif du PLAN : construire un autre monde possible plus fraternel. Depuis longtemps dans toute la littérature épiscopalo-médiatique et des mouvements dits d’action catholique il n’est question que de « Vivre ensemble ».

 DIACONIA « n’est pas une action de plus : c’est une nouvelle manière de travailler et de vivre en communauté. C’est « habiller » les activités habituelles d’une dimension diaconale » (Le pari de la Fraternité, page 162).

Le nouveau président de la Conférence épiscopale n’aura qu’un programme DIACONIA. Le reste disparaîtra dans le tohu-bohu des déclarations oublieuses du changement de civilisation imposé par les socialistes. Les diocèses vont être lancés dans une vaste opération globale de rénovation qui laminera tout autre objectif. On recommence les paroisses communautaires de 1946 ! Et Dame Barjot y aura sa place.

 



31/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres