Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Chauprade, Soral, Zemmour et l'Islam

Chauprade, Soral, Zemmour et l'Islam.

 

 

 

Un dernier élément de l'analyse d'Aymeric Chauprade retiendra notre attention. Il est d'une importance capitale. Il écrit :

 

 

«  Les Français de souche sont peu à peu remplacés  et comme l'assimilation ne fonctionne que pour une partie seulement de cette nouvelle population extra-européenne (celle qui a la volonté de s'assimiler), la France s'expose mécaniquement à la perspective de ne plus être , d'ici une ou deux décennies, ce qu'elle a été depuis son origine c'est à dire une nation de souche européenne  et de culture chrétienne. ».

 

Et encore :

 

 « Les autres (ceux qui choisiront de ne pas s'assimiler)(ils sont nombreux) qui font le choix de l'Oumma plutôt que de la France, qui voilent leur femme et leurs filles, qui adopte la barbe salafiste, ceux-là n'ont vocation ni à être ni à rester français. Le refus énergique de l'islamisation (en refusant la construction de mosquées et l'intégration des règles islamiques dans nos coutumes) autant que la réforme profonde des conditions d'accès à l'Etat-Providence seront deux choix politiques forts qui créeront les conditions du retour de ceux qui n'ont pas voulu choisir d'aimer la France ».

 

Ces constats sont à la fois justes, incomplets et sans réelle hauteur politique faute des connaissances essentielles.

 

1 – L'assimilation des nations européennes avant et peu après la seconde guerre mondiale a toujours été possible pour deux raisons. La première est que ces populations avaient le même fond chrétien des dix commandements et que la France était encore puissante et avait quelque chose à offrir de supérieur. Cette adhésion n'oblitérait en rien l'origine polonaise, italienne ou autre. L'arrivée de Portugais fuyant leur pays pour ne pas servir en Angola changea  le processus car ces nouveaux arrivants n'avaient qu'une ambition négative sauver leur peau. Mais ils finirent par s'assimiler sans jamais atteindre, sauf exceptions, l'âme française.

 

2 - Depuis l'arrivée massive des arabo-musulmans, des africains musulmans et animistes et des européens de l'est déconnectés de toute vie sociale sinon celle de leur clan originel, la donne a complètement changé !

 Ces populations viennent chez nous pour manger et s'enrichir en reproduisant leurs comportements ethniques et en conservant leur langue et leur coutumes en profitant de nos lois et de notre modèle social.

Les populations de l'Asie du Sud-Est plus civilisées ont réussi, elles, une assimilation exemplaire.

 

3 - Le cas des musulmans est très particulier car ils ont une loi plus fondamentale que celle de la république où ils vivent. Elle est supérieure car elle est intrinsèque à la loi religieuse laquelle requière une soumission absolue. L'islam en ce sens est totalitaire car il ne distingue pas le pouvoir temporel du pouvoir spirituel. Le laïcisme républicain est une aberration pour un musulman. CELA N'A PAS DE SENS DANS L'ISLAM.

 

Cette seule réalité devrait exclure la religion islamique du périmètre républicain à la française.  L'Islam et la république sont totalitaires chacun à leur manière.

Les catholiques qui ne professent leur religion que du bout des lèvres ont accepté de se soumettre au totalitarisme républicain, à son pouvoir temporel et  à son pouvoir spirituel, celui des loges maçonniques et du mondialisme ambiant.

 

Ils réagissent aujourd'hui. C'est nouveau, mais ils ne font jamais référence à la distinction (et non la séparation des pouvoirs) des pouvoirs temporel et spirituel dans leurs combats de l'heure.

Avec l'Islam nous n'avons pas affaire à des coutumes mais à un code religieux qui exclut tout autre forme de vie politique et sociale.

 

La très faible mobilisation des musulmans contre les crimes islamistes est significative à cet égard.

Depuis l'origine l'Islam massacre, tue, pille, viole, égorge. Où est l'islam de paix, tolérant et fraternel ? Il n'a jamais existé !

En omettant ces vérités tout homme politique se condamne à l'échec.

 

Le jugement de Charles de Foucault sur ce sujet et définitif .

 

« Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens.

 

Il ne s'agit pas de les convertir en un jour ni par force, mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.

Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français? Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent; avec certains il y a des accommodements; avec l'un, celui du Mehdi, il n'y en a pas : tout musulman (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi) croit qu'à l'approche du jugement dernier le Mehdi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve; "l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération", disent-ils; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles, mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Mehdi, en lequel ils soumettront la France.

De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française ( à cette époque, 1916, le modèle social français n'est pas très attractif. ndrl) : comment demander à faire partie d'un peuple étranger qu'on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même? Ce changement de nationalité implique vraiment une sorte d'apostasie, un renoncement à la foi du Mehdi... »

 

Cette distinction temporel et spirituel est totalement étrangère à Chauprade, Soral et et Zemmour dans leur analyse de l'Islam ; à quoi s'ajoute une connaissance très superficielle de la situation des études islamistes aujourd'hui.

 

 

À suivre ...

 

 

 

Note :

Certains lecteurs restent sceptiques lorsqu’on tente de donner des preuves du sionisme militant et de l’emprise d’Israël sur les Etats. Voici deux exemples que chacun peut vérifier. Ils viennent de paraître dans l’excellente lettre d’Emmanuel Ratier, Faits et Documents n°383.

1 -  «  François Hollande sait en tous cas qu’il pourra toujours compter sur la communauté juive comme l’a expliqué Roger Cukierman, président du CRIF  (réunion au Farband Akadem, 10 septembre 2014) : « François Hollande a beaucoup de défauts, il n’est pas très bon en économie ; Mais il a toujours été du côté des Juifs. Il a fait des déclarations fortes […] Profondément il aime les Juifs et je l’ai accompagné pendant son voyage en Israël et il s’est complètement épanoui là-bas […] Et puis il y a Manuel Valls qui est un phénomène alors là…encore plus impressionnant parce que lui, il prend des risques personnels. Il dit des choses de manière tellement claire : «  L’antisionisme, c’est de l’antisémitisme », « la France sans les Juifs, ce n’est pas la France ». Donc nous sommes intervenus auprès du monde politique, en particuliers à droite pour leur demander  de ne pas critiquer. »

 

2 – « Paru durant l’été aux Etats-Unis, Clinton, Inc : The audacious Rebuilding of a Political Machine de Daniel Harper, qui examine en détail les «  Monica Files » (c’est-à-dire le dossier de l’une des maîtresse de Bill Clinton, Monica Lewinsky), révèle qu’Israël avait proposé de rendre au président des Etats-Unis les 30 heures d’enregistrements de ses conversations téléphoniques ‘(captées illégalement par le Mossad), avec Lewinsky en échange de la libération de l’espion pro-israélien Jonathan Pollard. »

 



30/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres