Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Depart de L.A. Knight - Commentaire No I - La vraie raison du licenciement de L.A. KNIGHT

On se réveille ! D'autres commentaires arrivent ! Merci de patienter ! Vous ne serez pas déçus !

Nous avons trouvé, aujourd'hui 1er  mars, sur le Salon Beige et sur E-deo deux informations fort incomplètes sur un sujet aussi grave. E-deo nous donne accès à l'article de La Croix du 28 février qui  pratique une désinformation classique en ne donnant qu'une partie de la vérité. Haro sur le Vatican ! C'est un slogan qui fait florès !

En intervenant sur notre blog le 24 février, nous avons pris la peine de citer in extenso le texte de Life Site News qui seul, à notre connaissance, a donné les raisons du départ de L.A. Knight. Sans cette raison précise et circonstanciée, qu'un esprit indépendant peut vérifier, la sanction, car c'en est une, est incompréhensible.

Depuis plus d'un an le Conseil Pontifical Cor Unum est tenu au courant par divers canaux, des dérives monstrueuses des organismes catholiques chargés de l'office éminent de la charité dans l'Eglise, ayant pignon sur rue et cautionnés par une myriade d'évêques. Rien d'étonnant donc à ce que le nettoyage commence par le haut. Il n'est pas non plus indifférent de savoir que le préfet du Conseil Pontifical Cor Unum est le Cardinal Robert Sarah, originaire de Guinée Conakry. Les prélats africains sont moins frileux que leurs homologues européens et  parfois nord-américains, pour défendre la foi et l'Eglise.

On m'objectera que le Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga a pris fait et cause pour la personne licenciée. Cela ne nous émeut guère ! Car si quelqu'un est au courant de ces dérives c'est bien lui ! Et cela depuis plus de vingt ans à l'époque du règne du père Aristide sur Haïti et où, comme archevêque de Tegucigalpa, il sillonnait l'Amérique Centrale, rencontrant des clercs, des laïcs et des autorités militaires qui lui donnaient toutes les informations souhaitables sur les collusions financières et autres des mouvements de libération  qui inondaient le continent,  avec les grands organismes  de la charité officielle. Cette information ne s'est pas tarie avec la fin des opérations de guérilla et à Rome il a pu se tenir au courant de nombre de ces pratiques qui ont subsisté sous des visages à peine  différents.




01/03/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres