Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Dissimulation des sources de la théologie du pape - 5

Dissimulation des sources de la théologie du pape François -  5

 

Les citations de Romano Guardini,  données par le pape François,  le lecteur l'aura senti, ne nous ont pas convaincu. Tant de briéveté pour asseoir une « vérité » centrale de sa théologie et en faire porter la paternité, au moins pour une part, à Romano Guardini dont l'excellence en la matière n'est pas à prouver, nous a poussé à regarder plus loin.

 

Le livre de R.G. « L'univers religieux de Dostoïevski », nous apparaît comme un chef-d'oeuvre d'analyse de la pensée religieuse du grand romancier russe.

 

Les citations du texte pontifical sont tirées du premier chapitre intitulé  « Le peuple en route vers le divin ».

 

Voici la traduction française de l'édition de 1963.

 

« Quant à ce peuple qui ne s'est pas encore dégagé de l'état d'asservissement qui était celui de l'homme primitif, ce peuple qui vit simplement de la terre, nourri par elle et tout ensemble son esclave, il se sent placé en plein dans le champ de forces du divin. En toute chose, il devine la main de Dieu. Il la pressent s'approcher, mystérieuse et troublante.  Ses énigmes demeurent insondables à ses yeux, mais il lui arrive parfois de saisir quelque chose des grandes eaux du fleuve de la vie, de la flamme bondissante, de l'illumination de l'esprit ». (page, 27)

 

Le « peuple » retenu par le pape est un peuple idéalisé et une part de ce chapitre lui donne raison sur une certaine "bonté du peuple".

 

Mais nous sommes très loin, pour ne pas dire plus, d'un peuple mystique !

 

« Beaucoup de mal aussi chez lui (le peuple) : à côté d'une gaieté enfantine et de la plus tendre bonté, une passion qui éclate soudain comme la foudre et qui peut atteindre le paroxysme d'une fureur insensée. Méchanceté sournoise et imprévisible violence, fureur bestiale, impitoyable cruauté, ivrognerie crapuleuse, épaisseur d'esprit, corruption, toutes les forces mauvaise agissent en lui  - et malgré tout cela, oui même dans tout cela – le peuple est bon « bon comme un enfant ». (page, 26)

 

La dernière page du chapitre (page, 40), est plus terrible encore !

 

« ...il ne peut y avoir qu'un seul peuple détenteur du vrai Dieu, quelque grands et puissants que soient les dieux des autres peuples. Le seul peuple « porteur de Dieu », c'est le peuple russe » (Les possédés t. II)

 

Romano Guardini commente ainsi :

 

« Nous sommes loin, on le voit, du peuple dont nous parlions plus haut ; ici se dévoilent plutôt les puissances démoniaques qui sont au fond de cette interprétation du peuple et de Dieu » (page 40)

 

Lorsque Romano Guardini parle de mystique il le fait dans un sens très classique. Voir « Initiation à la prière », « L'oraison mystique ». (Ed Alsatia 1951).

 

L'idée d'une thèse sur l'oeuvre de Romano Guardini par le père Bergoglio nous apparaît comme  assez farfelue.

 

 Cette courte lecture, nous indique une certaine superficialité tendancieuse incompatible avec une approche sereine et réfléchie d'un immense auteur !

Les références fournies pour accoler la catégorie « mystique » au mot peuple sont une sollicitation du texte de Romano Guardini. Nous dirons d’une façon triviale que pour faire passer l’incongruité  du « peuple mystique », le pape François a adossé sa formule au texte d’un grand théologien pour lui donner un caractère catholique qu’elle n’a pas.

 

 

 

 

REMARQUES SUR LES TRADUCTIONS

 

1) texte allemand :

Das Volk hingegen ist « der INBEGRIFF alles menschlich, Echten, Tiefen, und Tragenden ».

Dans les deux traductions celle du Vatican et celle des éditions du Seuil, le mot "Inbegriff "est omis.

 

Il faut donc lire : Le peuple est l’incarnation de tout ce qui humainement vrai, profond et fondamental.

 

2)  Texte allemand :

«  Das Volk… « fühlt, wie in allem von Gott her etwas vor sich geht. Es ahn das Geheimnis dieses Geschehens, seine Näe, seine Unruhe ».

 

Traduction : Le peuple sent en toute chose la main de Dieu dans ce qui arrive. Il pressent le mystère (dans le sens de secret) de cette action, sa proximité, son caractère troublant.

 

La traduction du Vatican omet ‘in allem von Gott’ et renvoie à une expression de la phrase précédente.

 

 

 

 

 

 

 



19/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres