Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Eugenio Scalfari et le pape François - 1

Eugenio Scalfari et le pape François.

 

 

Nous avons toujours écrit que par la volonté du Christ, véritable Chef de l'Eglise, jamais l'Epouse du Christ ne pourra enseigner quelqu’erreur que ce soit.

 

C'est pourquoi la tempête synodale est moins grave que la tourmente destructrice de l'appareil du gouvernement de l'Eglise.

 

Je m'explique.

 

Les erreurs et le relativisme du Synode ont déjà reçu les réponses adéquates de la part des grands évêques et cardinaux, de la part des grands théologiens qui ont toujours maintenu le cap  dans les tempêtes que l'Eglise a connues depuis sa fondation !

Malgré les schismes et les hérésies l'Eglise demeure telle qu'en elle-même elle a été constituée.

 

En revanche le gouvernement de l'Eglise relève de la prudence chrétienne. Les traités de théologie ascétique et mystique sont unanimes. Celui du Père Tanquerey indique ce que sont les éléments constitutifs de cette vertu et les trois conditions pour agir prudemment :

1 délibérer avec maturité

2 décider avec sagesse

3 bien exécuter

 

 

Une fois encore le pape téléphone à Eugenio Scalfari pour lui faire part de ses réflexions sur la conduite de l'Eglise et déclare : « ... l'admission des divorcés aux Sacrements  a reçu confirmation et  le principe a été accepté par le Synode ».

 

Ces paroles scandaleuses sont immédiatement dénoncées par le père Lombardi. C’est une habitude !

 

Mais il faut aller au-delà.

 

Dès le 7 août 2013, Scalfari envoie une lettre au pape François dans laquelle il pose trois questions. Il reçoit une longue réponse le 4 septembre signée ‘con fraterna vicinanza. Francesco’, avec une affinité fraternelle. François.

 

Ici, « vicinanza » n’indique pas simplement une proximité. On reconnaît bien là l’excitation du pape François pour tout ce qui est périphérique.

 

Les questions que l’on se pose alors sont nombreuses : « Comment cinq mois après son élection au Pontificat Suprême, Scalfari devient-il un interlocuteur du pape lui-même ? Pourquoi le pape confie-t-il son programme de gouvernement à un athée notoire, un franc-maçon sans tablier, un des fondateur du parti radical, supporteur des lois pour le divorce, l’avortement et le reste… ? Qui a téléguidé la lettre de Scalfari ? Pourquoi ce dernier s’intéresse-t-il aux affaires de l’Eglise ? Qui l’a recommandé au pape ? Comment un pape peut-il répondre d’emblée à un journaliste supposé inconnu de lui sur les problèmes cruciaux de l’Eglise ?

 

Il y a une raison à tout cela. Et on ne peut, à ce niveau d’enquête, oublier qui fut le mentor depuis 1974, du pape François. C’est lui-même qui l’a déclaré (voir les articles précédents), il s’agit du cardinal Carlo Maria Martini.

Or qui était le journaliste privilégié qui a reçu les dernières réflexions du cardinal,… c’est Scalfari !

 

En 2012, à l’occasion de la mort du cardinal, Scalfari et son ami, Vito Mancuso publient, « Dernières conversations sur Dieu, l’Eglise, le pape, l’éthique et la foi ».

Vito Mancuso est un croyant dont la philosophie tripode emprunte à tous les penseurs rationalistes. « Ces sommets, écrit-il, du triangle philosophique idéal  sont : Dieu, l’homme, le monde ». Tout le problème est d’harmoniser ces trois piliers.

Et lorsqu’il s’interroge : « Les hommes de notre temps sont-ils prêts pour ce changement radical de mentalité ? »,  il répond :

 

-        « Chacun doit répondre pour lui-même  et pour sa propre tradition d’appartenance. Je réponds pour la mienne, qui est le christianisme catholique, et ma réponse est non. Le catholicisme tel qu’il est configuré aujourd’hui n’est pas prêt pour ce changement de paradigme, indispensable pour retrouver les idées qui peuvent garder ensembles les diverses libertés. Le catholicisme vit encore sur le principe de l’autorité doctrinale et n’est pas prêt pour le principe de l’authenticité relationnelle. Mais pour cette raison justement, il a besoin d’une théologie et d’une spiritualité responsables, comme, par exemple, celle que j’ai apprise de mon maître, le cardinal Carlo Maria Martini. »

-         

Notre but n’est pas d’aller plus avant dans les relations intellectuelles entre les trois personnages des « Dernières conversations », mais de marquer à la fois la connivence profonde de Martini, Scalfari et Mancuso avec la volonté réformatrice du pape François.

Aussi, celui qui a si bien dialogué avec le cardinal Martini, n’était-il pas tout désigné pour rencontrer le pape François d’abord par correspondance et ensuite lors d’entretiens ?

 

Une précision encore qui a son importance dans le jeu relationnel que nous traçons, qui a organisé la première rencontre entre le cardinal Martini et Scalfari en octobre 1996 ? C’est Monseigneur Paglia de la communauté San’Egidio. (Cette communauté est appelée l’ONU du Trastevere) Cette première rencontre a pour titre, « Le nom de Dieu est la Paix » ; tout le gratin des religions était présent.

 

Monseigneur Paglia se fera un nom…

Il est nommé évêque par Jean-Paul II en 2000. En 2012 il est nommé par Benoît XVI président du Conseil Pontifical pour la Famille. Il est félicité par le Grand Orient Démocratique d’Italie et reconnaît les droits des couples gays. (Situation que signaleront Yves Daoudal  et Riposte Catholique).

Le 9 septembre 2014 il est nommé membre du synode pour la famille par le pape François.

 Le 27 mai 2015 il est mis en examen dans une affaire financière concernant son diocèse.

 

C’est un grand spécialiste de l’œcuménisme. Postulateur de la cause de béatification de Mgr Romero, il concélèbrera la messe de béatification à San Salvador.

 

Avant d’aborder le fond de la relation  pape François- Scalfari, le cardinal Martini étant l’ entremetteur, voici quelques repères de la pensée de ce dernier, exprimée dans un testament paru après sa mort, en août 2012.

 

« L’Eglise est fatiguée dans l’Europe de l’abondance et en Amérique. Notre culture a vieilli, nos églises sont grandes, nos maisons religieuses sont vides et l’appareil bureaucratique de l’Eglise se développe »

 

« Je conseille au Pape et aux évêques de chercher pour les postes de direction, douze personnes hors du commun, proches des plus pauvres, entourées de jeunes et qui expérimentent des choses nouvelles. Nous avons besoin d’entrer en contact avec des hommes qui osent agir pour que l’esprit puisse se diffuser partout. »

 

« L’Eglise doit reconnaître ses propres erreurs et s’engager sur un chemin radical de changement, à commencer par le pape et les évêques ».

 

« Le clergé, ni le droit canonique ne peuvent remplacer l’intériorité de l’homme. Toutes les règles extérieures, les lois, les dogmes, ne nous sont donnés que pour clarifier la voix intérieure et pour aider au discernement des esprits ».

 

« (Les sacrements) ne sont pas des instruments de discipline mais un secours pour les hommes dans les moments de cheminements et dans les faiblesses de la vie. »

 

«  La question de l’accès à la communion des divorcés devrait être posée. Comment l’Eglise peut-elle venir en aide avec la force des sacrements à ceux qui vivent des situations familiales complexes ? ».

 

« L’Eglise a deux cents ans de retard ». (traduction du journal LA CROIX)

 

N’est-ce pas le programme de l’actuel pontificat ?

 

Dans ce contexte, la rencontre de Scalfari et du pape François revêt une importance capitale.

 Les attaques contre Scalfari ne change pas la réalité des faits. Pour gouverner le pape François utilise des truchements inhabituels car ainsi il a en face de lui des interlocuteurs qui ne l’interrogeront pas sur l’enseignement séculaire de l’Eglise et les vérités dogmatiques. Il peut alors faire ‘bouger les lignes’ et recevoir en retour cette vérité qui émane, selon les théologies de la libération, des périphéries. Les deux vecteurs de cette dialectique utilisés par le pape François sont la conscience et la miséricorde !

 

On vient d’en avoir une nouvelle démonstration lors de la visite du pape à la communauté luthérienne de Rome !

 

 



21/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres