Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Eugenio Scalfari et le pape François - 5

Eugenio Scalfari et le pape François – 5

 

Le dernier article d’Eugenio Scalfari en date du 1er novembre 2015 dans La Repubblica  est certainement l’un de ceux qui a fait le plus de bruit.

 

C’est un article long en deux parties. La première concerne les affaires politiques de la ville de Rome, la seconde un entretien et des réflexions sur le pape et sa conduite de l’Eglise. Il s’intitule, «  Des misères politiques aux visions élevées de François ».

 

Le « chapo » est sans équivoque. « Volant plus haut (que la politique), les résultats du Synode sont arrivés : encore une fois François affirme la vérité révolutionnaire mais avec la diplomatie nécessaire pour transformer la diversité en l’harmonie d’un travail commun. »

 

Comme à son habitude Scalfari est très précis sur les circonstances de l’entretien. Le 28 octobre le « pape François a eu la bonté de me téléphoner à 18 heures et nous avons parlé environ un quart d’heure. Je vous laisse imaginer ma joie de non croyant ayant le privilège de l’amitié de François. »

 

Scalfari n’amplifie pas les paroles du pape mais  rapporte à sa façon  le discours de l’audience générale du 28. Le pape a repris les thèmes du Concile à l’occasion du cinquantenaire de la déclaration conciliaire Nostra Aetate sur les relations de l’Eglise avec les religions non chrétiennes

 

«  l'interdépendance croissante entre les peuples, la recherche du sens de la vie, la souffrance, la mort, toutes questions qui accompagnent notre chemin, mais aussi l'origine et le destin de l'humanité, l'unité de la famille humaine, les religions en tant que recherche de Dieu ou de l'Absolu au sein des diverses cultures, le regard bienveillant de l’Église sur les religions qui ne rejettent rien de ce qui est vrai et beau, de l’Église qui apprécie les croyants de toutes les religions, leur engagement spirituel et moral, de l’Église, ouverte au dialogue avec tous mais fidèle aux vérités de sa foi, à commencer par le salut offert par Jésus, le seul Sauveur, et par la certitude que l'Esprit agit comme source la paix et l'amour".

 

Scalfari ne donne pas la partie que nous avons mise en italique car il ne veut pas avoir l’air d’adhérer au christianisme.

 

En revanche il a très bien compris à quoi aboutissait le relativisme ambiant du discours interreligieux qui a marqué les paroles du pape dans ses conclusions aux évêques du monde entier sur le Synode.

 

 

« Le premier devoir de l’Eglise n’est pas de distribuer des condamnations ou des anathèmes mais c’est celui d’exalter la miséricorde…

« Nous avons vu aussi que ce qui semble normal pour un évêque d’un continent, peut se révéler étrange, presque comme un scandale – presque – pour l’évêque d’un autre continent ; ce qui est considéré violation d’un droit dans une société, peut être requis évident et intangible dans une autre ; ce qui pour certains est liberté de conscience, pour d’autres peut être seulement confusion ».

 

Pour Scalfari aucun pape n’a été aussi loin. « Il a un sens politique très aigu ».

 

« Dans la même conversation téléphonique du mercredi, il s’est dit très intéressé par l’article que je lui avais consacré quinze jours avant. Il m’a demandé ce que je pensais des conclusions du Synode. Je lui ai répondu selon ce que j’avais écrit ». Scalfari regrette que le Synode ne tienne pas compte des mutations de la famille depuis cinquante ans. « J’ai ajouté que l’Eglise ouverte qu’il voulait se trouvait confrontée à une famille ouverte pour le bien ou pour le mal et que c’est cela que l’Eglise devait affronter. »

 

« C’est vrai – a répondu le pape François – c’est une vérité et du reste la famille qui est le fondement de toute société change continuellement, comme tout change autour de nous. Nous ne devons pas penser que la famille n’existe plus, elle existera toujours parce que notre espèce est une espèce sociable et que la famille est la poutre (qui soutient) la sociabilité, mais nous n’ignorons pas que la famille actuelle, ouverte comme vous dites, contient certains aspects positifs et d’autres négatifs. Et comment se manifeste cette diversité ?

Les aspects négatifs sont l’antipathie ou même la haine entre les nouveaux conjoints et ceux d’avant, s’il y a eu divorce ; la faiblesse du sentiment de fraternité notamment entre les enfants de parents partiellement ou totalement différents ; un contenu variable de la paternité qui oscille entre l’indifférence réciproque ou l’amitié réciproque. L’Eglise doit œuvrer pour que les éléments positifs prévalent sur les éléments négatifs. Cela est possible et c’est cela que nous ferons. La différence d’opinions entre les évêques fait partie de la modernité de l’Eglise et des différentes sociétés dans de telles œuvres, mais l’intention est commune et pour ce qui regarde l’admission des divorcés aux Sacrements elle confirme que ce principe a été accepté par le Synode.

C’est cela, le résultat de fond, l’évaluation de fait sera confiée aux confesseurs, mais à la fin des parcours, qu’ils soient plus rapides ou plus lents, tous les divorcés qui le demanderont seront admis. »

 

Scalfari termine :

 

« Tel est le contenu de notre échange téléphonique. Une autre information que le pape m’a donnée : en mars il écrira une longue dissertation sur l’Eglise missionnaire et ses objectifs. Et puis nous nous sommes salués téléphoniquement. »

 

Je ne peux reprendre ici toutes les attaques dont Scalfari a fait l’objet.

 

 Je vais seulement donner un avis sur trois aspects de cette rencontre.

 

Il lui a été reproché de ne pas utiliser d’enregistrement. Le pape ne l’a pas non plus exigé, il a donc confiance dans son interlocuteur qu’il connaît bien. Rien ne nous dit que Scalfari n’avait pas un crayon et un papier et prenait des notes en écoutant le pape. J’ai l’article en italien sous les yeux tout le passage contesté depuis « E vero… jusqu’à saranno ammessi », est entre guillemets.

 

Il y a trente ans le rédacteur en chef d’un grand quotidien espagnol m’a demandé de l’aider pour obtenir un entretien de Jacques Chirac. Je l’ai accompagné et Jacques Chirac comme moi-même avons été surpris qu’il n’ait pas de magnétophone. Seulement un papier et un « bic ». Chirac a appelé immédiatement son secrétaire qui a fourni un magnétophone. L’entretien s’est très bien passé sans que copie d’enregistrement ait été donnée. Deux jours après, l’entretien est paru. Il n’y avait aucune erreur dans les propos rapportés, tout était parfaitement exact. Oui, on peut avoir une excellente mémoire. Je ne connais pas Scalfari. Mais c’est un professionnel. D’ailleurs ni le pape, ni lui ne se sont excusés.

 

Pour qui a l’habitude de lire le pape c’est parfaitement son style avec ce balancement dialectique du positif et du négatif. Et selon sa pratique le pape affirme une volonté déterminée : « Questo è possibile e questo faremo ». Dans l’entretien précédent il avait utilisé une formule du même style à propos du mariage des prêtres : « le soluzioni si sono e le trovero » (il y a des solutions et je les trouverais).

 

Le pape ne reculera pas ! On vient de le voir dans l’application des normes pour l’établissement de la nullité des mariages.

 

 Le blog Belgicatho  sans pitié a posé la bonne question sans y répondre ! « Mais pourquoi le pape François s’obstine-t-il à téléphoner à Scalfari ?

 

Le réquisitoire de la revue The Remnant, « Un appel pressant à François : soit à changer de cap soit à renoncer à l’Office Pétrinien » et la lettre d’un chapelain allemand au pape François, sans compter les multiples redressements de discours incertains, devraient entraîner les blogs catholiques à être très prudents car, si grâce à Dieu, on peut trouver des propos catholiques dans les déclarations du pape, il y a cependant de quoi être très inquiets.

 

Jamais dans l’histoire de l’Eglise on a rencontré une pareille détermination à appliquer un programme venu d’une mafia établie en Suisse, porté par un cardinal italien et mis en œuvre par un pape argentin !

 

 

 

 

 

 

 



16/12/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres