Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Eugenio Scalfari et le pape François – 6

Eugenio Scalfari et le pape François – 6

 

Ce qu'a écrit Scalfari a été jugé par la presse molle et paresseuse ou tout simplement hébétée comme une atteinte, un outrage au Pontife romain. Comment oser  mettre dans la bouche du pape des propos aussi offensants, aussi incompatibles avec sa fonction et aussi attentatoires  à sa primauté !

Le pape n'est-il pas selon le droit canon : « Can. 331 - L'Évêque de l'Église de Rome, en qui demeure la charge que le Seigneur a donnée d'une manière singulière à Pierre, premier des Apôtres, et qui doit être transmise à ses successeurs, est le chef du Collège des Évêques, Vicaire du Christ et Pasteur de l'Église tout entière sur cette terre; c'est pourquoi il possède dans l'Église, en vertu de sa charge, le pouvoir ordinaire, suprême, plénier, immédiat et universel qu'il peut toujours exercer librement. » ?

 

On objectera qu’il s’agissait de libre propos …comme si sur des matières aussi importantes le libre propos devait  dispenser de l’orthodoxie !

N’est-ce pas aussi faire injure au pape que de penser qu’il se dispense de la doctrine lorsqu’il parle à bâtons rompus ?

 

Tout cela ne résiste pas à l’examen et force est de reconnaître que quelque chose ne va pas. Plusieurs s’en sont aperçus. Le fameux chapelain allemand du Vatican adresse au pape une remarque pertinente pour notre propos : «  Un manque de professionnalisme n’est pas le signe d’un travail du Saint Esprit ».

 

Malheureusement, la visite du pape à l’église luthérienne de Rome  le 15 novembre 2015, anéantit toutes les élucubrations visant à charger Scalfari pour incompétence et à dédouaner le pape François.

 

 

Ce que le pape François va déclarer en présence de la communauté luthérienne dépasse et de loin ce que l’on peut retenir de ses déclarations au journaliste de La Reppublica.

Et cette fois nous avons des témoins et des enregistrements audio et vidéo.

 

Un enfant pose la question suivante : « Tu es pape, qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce que tu fais ? »

La réponse du pape à la première question de cet enfant de neuf ans m’a rempli de honte ! Comment le successeur de Saint-Pierre, le Prince des Apôtres peut-il être niais à ce point : « Faire le pape c’est faire l’évêque, faire le curé, faire le pasteur. Si un pape ne fait pas l’évêque, ne fait pas le curé, ne fait pas le pasteur, il a beau être une personne très intelligente, très importante, avoir beaucoup d’’influence dans la société, je pense- je pense !- que dans son cœur il n’est pas heureux. »

Cette façon de ramener tout à sa personne, à son « style », est profondément odieuse. C’est un oubli public de sa fonction suprême, c’est cacher à cet enfant son identité unique et sacrée ! « Confirme tes frères (dans la foi) !»

Mais lorsqu’il s’adresse à une protestante mariée à un catholique, le basculement est encore plus radical.

 

«  Je m’appelle Anke de Bernardinis et, comme beaucoup de personnes de notre communauté, je suis mariée à un Italien, qui est un chrétien catholique de Rome. Nous vivons heureux ensemble depuis des années, partageant joies et douleurs. Nous souffrons donc d’être divisés dans la foi et de ne pouvoir participer ensemble au repas du Seigneur. Que pouvons-nous faire pour atteindre enfin la communion sur ce point ?

Merci Madame. A votre question sur le partage du repas du Seigneur il n’est pas facile pour moi de vous répondre, surtout devant un théologien comme le cardinal Kasper ! J’ai peur ! Je pense aux paroles que le Seigneur nous a dites en nous confiant ce mandat : « Faites cela en mémoire de moi. » Quand nous partageons le repas du Seigneur, nous répétons et imitons, faisons ce que le Seigneur Jésus a fait. Et la Cène du Seigneur aura lieu, le banquet final dans la Nouvelle Jérusalem aura lieu, mais elle sera la dernière. En attendant, pour ce qui est de notre cheminement, maintenant, je me demande – et je ne sais pas comment répondre, mais je fais mienne votre question – je me demande : partager le repas du Seigneur est-il un but dans notre cheminement ou le viatique pour marcher ensemble ? Je laisse la question aux théologiens, à ceux qui comprennent. C’est vrai, dans un certain sens, quand « on partage » c’est comme si on disait qu’il n’y a pas de différence entre nous, que nous avons la même doctrine – je souligne ce mot, un mot difficile à comprendre – mais je me demande : n’avons-nous pas le même baptême ? Si nous avons le même baptême nous devons marcher ensemble. Vous témoignez, Madame, d’un cheminement d’autant plus profond que vous êtes mariés, qu’il est question de famille, d’amour humain et de foi partagée. Nous avons le même baptême. Quand vous sentez avoir péché – moi aussi je me sens un grand pécheur – quand votre époux sent qu’il a péché, vous allez devant le Seigneur lui demander pardon ; votre mari fait la même chose, il va chez le prêtre et demande l’absolution. Ces remèdes entretiennent la flamme du baptême. Quand vous priez ensemble, ce baptême grandit, se renforce ; quand vous enseignez à vos enfants qui est Jésus, pourquoi Il est venu, ce qu’Il a fait, vous faites la même chose, dans la langue des luthériens et dans la langue des catholiques, mais c’est la même chose. Question : et le repas ? Il y a des questions auxquelles seule la sincérité avec soi-même et un brin de « lumières » théologiques comme j’ai, permet de répondre : « C’est la même chose, à vous de voir. » « Ceci est mon corps, ceci est mon sang », a dit le Seigneur, « faites cela en mémoire de moi », c’est le viatique qui nous aide à marcher. J’avais un grand ami évêque épiscopalien, 48 ans, marié, deux enfants et il avait ce souci : son épouse catholique, ses enfants catholiques, lui évêque. Le dimanche, il accompagnait sa femme et ses enfants à la messe, puis il allait prêcher son culte dans sa communauté. C’était un pas dans la participation au repas du Seigneur. Puis il a fait sa route, le Seigneur l’a appelé, un homme juste. Je réponds à votre question par une question : comment puis-je faire avec mon mari, pour que le repas du Seigneur m’accompagne le long de mon chemin ? C’est un problème auquel chacun doit répondre. Mais un ami pasteur me disait : «  Nous croyons que le Seigneur est présent. Il est présent. Vous pensez que le Seigneur est présent. Où est la différence ? — Eh, ce sont des explications, des interprétations… » La vie est plus grande que les explications et les interprétations. Toujours se rapporter au baptême : « Une seule foi, un seul baptême, un seul Seigneur », nous dit saint Paul, et à vous d’en tirer les conséquences. Je n’oserais jamais donner la permission de faire ça ou ça, car cela n’entre pas dans mes compétences. Un seul baptême, un seul Seigneur, une seule foi. Parlez avec le Seigneur et allez de l’avant. Je n’ose en dire plus. »

La réponse qu’il a donnée à Madame de Bernardinis dépasse tout ce qui a pu être dit par ailleurs. Au point que le cardinal Sarah est intervenu : «  L’intercommunion n’est pas permise entre catholiques et non-catholiques », « Vous devez confesser la foi catholique. Un non-catholique ne peut recevoir la communion ? Cela est très, très clair. Ce n’est pas une question de suivre votre conscience ».

Or ce n’est pas le sens des paroles du pape, ce n’est pas celui retenu par les assistants.

Heike Vesper écrit : « La sincérité et la liberté  de François est émouvante. Il a répondu comme quelqu’un qui se met en chemin avec ceux qui écoutent. Il a souligné l’importance de suivre sa conscience, du fait d’être  là pour le prochain ; et qu’avec la foi et le service- c’est-à-dire avec l’amour- tous les murs tomberont »

Elle ajoute : «  Ceux qui se trouvent dans cette situation, souffrent davantage de la division. Ce n’est pas facile pour le pape de répondre, en effet, malgré les nombreux pas déjà réalisés, des questions théologiques sur le magister subsistent, sur la vision de l’Eglise qui empêchent encore une célébration commune. Le pape indique quelques possibilités pour partager la cène du seigneur ? Il fait référence à l’Evangile, à saint Paul : «Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ».( Eph.4 ,5). Il invite à écouter la propre conscience, à donner plus de poids à la vie, au chemin à parcourir ensemble, plus qu’aux nombreuses interprétations. Ses Paroles transmettent paix et espérance. Le cadeau qu’il a apporté a également une dimension prophétique : le calice et la patène pour la célébration eucharistique ».

 

                       20151224.jpg

https://www.facebook.com/St.Andrew.Lutheran.Church.NJ/posts/1050773041634588

Selon les commentateurs autorisés ce sont les mêmes calices et patènes qui ont été offerts aux archevêques de Washington, de New York et de Philadelphie. Il s’agit pour nous d’un effroyable symbole qui identifie en quelque sorte la cène protestante et le Sacrifice Eucharistique de l’Eglise catholique. Cet épisode de la rencontre n’a pas été révélé par les médias catholiques habituels.

 

Pour le pasteur Jens Kruse le pape a commencé une véritable révolution en ce qui concerne l’intercommunion. 

« Avant cette rencontre dans notre église nous pensions que cette porte de l’intercommunion était fermée et que nous aurions à attendre l’éternité pour célébrer ensemble l’Eucharistie. Mais maintenant il y a un autre chemin, et je pense que c’est une sorte de révolution d’une plus grande intensité pour nos deux églises pour trouver des solutions à cette question.

Ce n’est pas une question de théologie. C’est la question de savoir si nous voulons plus d’unité ou non ».

« Parce que c’est Jésus qui nous invite, ce n’est pas l’Eglise catholique ou l’Eglise luthérienne, et ce n’est pas une question de dogmes luthérien ou de dogmes catholiques. Jésus lui-même nous invite et nous donne Son sang et Son corps ».

 

Tous les acteurs de ce drame inouï ont bien prononcé les paroles rapportées.

Ce soir, nous fêterons la naissance de  Notre Seigneur Jésus Christ, vrai Dieu et vrai Homme. Nous prierons pour l’Eglise et pour son Chef visible.

Saint Enfant Jésus ayez pitié de nous ! Mère de l’Eglise priez pour nous ! 



24/12/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres