Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Evêque c’est par toi que je meurs – 13 - Madame Colette Glück : la « Passionaria » des réformateurs du 76

(relire la partie 1, la partie 2, la partie 3, la partie 4, la partie 5, la partie 6, la partie 7, la partie 8, la partie 9, la partie 10, la partie 11, la partie 12)

 

Nous lisons aujourd’hui sur l’excellent « Riposte Catholique », et nous nous réjouissons de ce  que « L’abbé Pagès  peut donc poursuivre sa mission sur internet de façon tout à fait légitime. Comme quoi internet permet de libérer la parole, même dans l’Eglise qui est en France ».


Nous avons dit dès mars 2011 en relançant ce blog que, à l’instar des révolutions arabes, internet cassait définitivement l’hégémonie épiscopalo-médiatique du noyau dirigeant de la Conférence épiscopale de France. L’affaire de l’abbé Pagès confirme cette avancée significative.

Le printemps de l’Eglise nous appartient !  Depuis plusieurs semaines nous expliquons en détail les formidables manipulations dont est victime le diocèse de Rouen sous l’impulsion d’un évêque catholiquement illettré, et une maffia de prêtres et de laïcs rompus à la conduite d’actions de subversion.

 

Nous continuons aujourd’hui par le portrait d’une réformatrice, Madame Colette Glück dont on trouvera le sympathique sourire dans l’article de Paris Normandie du 25 novembre 2011, Rouen : les laïcs catholiques secouent l’église.(//www.paris-normandie.fr/article/societe/rouen-les-laics-catholiques-secouent-leglise)

 

Colette Glück ne figure pas dans les participants des différentes commissions du synode. En revanche, elle bien membre de POINT1.

Au regard de ses activités, nous dirions qu’elle est, et je ne pense pas que cela lui déplaise à cause son engagement militant, la « Passionaria » des réformateurs du 76 !

 

Madame Colette Glück est née en 1939 . En 1963, élève à l’Institut de géographie du collège littéraire universitaire  de Rouen, elle est reçue au CAPES de géographie et elle est admissible à l’agrégation féminine .Elle reçoit en 1964 la mention Bien à son DES : L’Industrie cotonnière de haute Normandie.

Pour ne pas lasser le lecteur par une vie militante bien remplie, nous nous en tiendrons aux faits récents.

Le 3 août 1998, elle signe une pétition parue dans Libération, un appel de militants associatifs, syndicalistes, intellectuels, citoyens… pour l’autonomie du mouvement social.

Lors des législatives de 2002, elle se présente sur la liste des Alternatifs de Seine Maritime. Elle récolte 265 voix sur 55 121 votants au niveau départemental er 3 voix sur 1081 votants, à Elbeuf ; elle a pour suppléant Jean-Paul Hébert.

Le 11 mai 2006, elle signe une pétition avec le PCF, pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes en 2007.

En 2010, elle signe l’appel pour les cinquante ans du PSU. Les signataires ont tous été « les acteurs d’une aventure humaine portée par une passion commune : relever le défi d’un siècle qui vieillissait mal, trahissant pour la seconde fois après un cataclysme mondial la promesse de paix, d’équité et de renouveau, en s’embourbant dans le post-colonialisme, en restant sourd à la demande de libération des femmes, et aveugles dès les premiers signes d’extension de la surexploitation des êtres humains à celle des biens naturels … »

Cet appel est signé également par François SOULAGE actuel président du Secours Catholique. (Voir sur ce blog du 15 06 2011 – Qui est le nouveau président du Secours Catholique ?)

Elle pratique « Les cercles de silence » avec POINT 1. Cette activité consiste à se réunir en cercle sur une place publique, pendant que autour des militants distribuent des tracts de mobilisation des masses. Nous avons-nous-mêmes vérifié. Le tract était signé par, le PCF, Parti de Gauche, NPA, EE/LV, et le PS.

On le voit Madame Colette Glück était toute désignée pour se lancer dans la réforme de l’Eglise catholique !

Cela devrait faire l’objet d’une comédie satirique.

Après avoir échoué en politique et ne pouvant réformer le monde,  voilà notre passionaria qui rencontre avec bonheur le père Flament et son évêque Mgr Descubes eux aussi en mal de réforme. Bingo ! Elle est à la une de l’événement.

Je pense que sa déception va être cruelle.

A suivre…



17/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres