Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Inspiration maçonnique directe de la théologie du pape françois

Inspiration maçonnique directe de la théologie du pape François.

 

 

Nous sommes entrés dans une zone de turbulences extrêmes.

 

L’absence de réponse du pape François aux questions des quatre cardinaux entraîne selon ce que déclare le cardinal Burke une phase nouvelle de recours : une demande formelle de correction.

 

 

Pour notre modeste blog cela ne change rien…ou presque rien.

 

Cependant le sujet que nous avons abordé à partir des informations données par le cardinal Walter Kasper, nous incite à être précis.

 

De nombreux sites et blogs accusent le pape d’être franc-maçon. Il existe là-dessus de multiples textes tous plus farfelus les uns que les autres.

 

Ce n’est évidemment pas notre cas.

 

L’originalité de la théologie du pape François, appelée « théologie du peuple » a attiré notre attention. Nous avons constitué une documentation de premier ordre sur cette question et au fil de nos recherches nous avons publié des articles toujours référencés.

 

Nous pensions avoir terminé cette enquête et cette théologie nous apparaissait comme le confluent de toutes les hérésies modernistes - et non pas une variante de la théologie de la libération -, lorsque la Providence a mis les déclarations du cardinal Kasper sur notre chemin.

 

Nos investigations sur les auteurs cités (Krause et Tiberghien)  que nous n’avons trouvé nulle part ailleurs, ni chez les biographes ni chez les analystes de la pensée pontificale, nous ont découvert un monde nouveau et inattendu. Nous étions cependant très étonnés de la dévotion du cardinal Bergoglio envers son professeur Lucio Gera dont nous connaissions l’engagement révolutionnaire radical. Et le père Bergoglio ne pouvait pas ne pas savoir qui était le père Lucio Gera.

 

Notre démarche ne comporte aucun a priori. Il n’existe en français aucune étude sur la « théologie du peuple ». Si une personne a réalisé des travaux sur ce sujet nous sommes tout disposés à une confrontation de nos travaux respectifs.

 

Ceux qui ont été produits en espagnol, en portugais, en italien ou en anglais ne disent pas un mot de ces sources maçonniques avérées. Ils s’en tiennent à la doxa fournie par le père Juan Carlos Scannone, S.J.

 

Nous cherchons des clés pour  comprendre une pensée originale et ne portons aucune accusation contre le pape François. Nous établissons des constats et nous tirons des conclusions.

 

 

Le livre  du cardinal Kasper qui révèle l'inspiration maçonnique du professeur du pape et du pape lui-même a été traduit de l'allemand en neuf langues : anglais, flamand, italien, croate, portugais, espagnol, hongrois, suédois et polonais.

Pas en français !

 

Aucune de ces traductions n'a, à notre connaissance, attiré l'attention des lecteurs sur les origines intellectuelles du pape François.

 

La traduction anglaise ne donne pas le nom du philosophe belge, Tiberghien, qui n'apparaît que dans l'article paru dans « Missioni Consolata » avec une présentation succincte de la pensée de Karl  Krause. (Cité sans son prénom).

Nous ne savons pas comment Marianna Michelluzzi a eu le privilège d'informations plus complètes.

Nous supposons qu'elle a assisté à la présentation du livre par le cardinal Kasper lui-même, aux éditions Paolines à Milan.

L'Avvenire, sous la plume de Walter Kasper, donne les prénoms de Krause sans plus de curiosité et relie directement le « krausismo » au poème de Martin Fierro, sans autres explications sinon la filiation : Krause, Lucio Gera, Bergoglio.

 

Zenit, en italien, n'ajoute rien aux banalités habituelles servies par le cardinal Kasper qui fait du pape François un héritier de saint Thomas d'Aquin, de saint Jean-Paul II et de Benoit XVI. Rien sur Krause et Tiberghien mais le cardinal donne une belle citation latine de von Balthazar, «  l'universale concretum personale » (définition de la personne), « synthèse de l'homme et de Dieu et clé de l'herméneutique de toutes les expériences humaines ».

 

Depuis notre dernier article nous avons trouvé une autre source qui associe la théologie du peuple au krausisme dans «  Religion y Razon- En el Krausismo y en la Generacion del 98 », du père jésuite Rogelio Garcia Mateo.

 

Ce père jésuite est professeur émérite de la Grégorienne où il a enseigné et nous apparaît comme LE spécialiste de la philosophie de Karl Krause dans la Compagnie de Jésus.

 

Son livre, publié en 2015, s’intéresse à l’influence du krausisme sur la religion catholique en Espagne et sur la littérature notamment chez Miguel de Unamuno et Azorin. Il faut attendre les pages 186-187 (sur 188) pour trouver l’établissement d’une relation certaine de la théologie du peuple avec le krausisme.

 

Deux remarques complémentaires : 

1- R. G. Mateo commence par citer le cardinal Kasper.

2- Dans un article, dont nous reparlerons, intitulé La relacion Krause / Krausismo como problema hermeneutico, il déclare que le krausisme n’est pas un « sophisme obscur » « mais une pensée dont l’origine et le fondement s’élèvent à une des plus hautes cimes de la spéculation philosophique ».

 

ETRANGES  HAUTES CIMES !

 

Cette pensée a fait basculer l’Espagne et l’Amérique latine dans la religion maçonnique !

 

Pour le 150è anniversaire de la mort de Krause en 1931, la revue mensuelle de la Grande Loge de Prusse, La Pierre brute, Am rauhen Stein…publia un article commémoratif dans lequel l’auteur, le frère Trommsdorf, qualifiait Krause de « plus grand et de plus authentique penseur de la philosophie maçonnique ». (La Grande Loge est aujourd’hui domiciliée à Hambourg)

 

 

 

Traduction de Religion y Razon pages 186 et 187.

 

« Le cardinal W. Kasper, spécialiste de Schelling et également de la pensée allemande, voit avec raison dans cette compréhension du peuple, une pénétration, à travers le krausisme, du Volksgeist propre au romantisme germanique ; …

On peut dire que peu de politiques ont développé et encouragé comme Yrigoyen, l’idée de solidarité, au point de la comparer à la fraternité chrétienne. Ce qui fait que le libéralisme dépasse son défaut individualiste et élitiste et cède le pas à un libéralisme solidaire, populaire et humaniste. Ces attitudes trouveront une expression littéraire et se propageront dans le poème épique national argentin de Martin Fierro (1872). Une telle conception proche du peuple et de l’humanité se différencie beaucoup… de la conception marxiste fondée sur la lutte des classes, pour autant la conception krausiste n’escamote pas les injustices et le conflit social.

 

C’est sur ce fondement qu’a surgi en Argentine sous la direction de Lucio Gera (1924-2012), une théologie de la libération qui n’utilise pas l’analyse marxiste, mais une conception historique de la culture du peuple, qui ne désire pas imposer une doctrine, mais se met à l’écoute de la sagesse populaire. Ce qui fait que de la religiosité populaire acquiert une haute valeur. Gera fut le professeur de théologie de Jorge M. Bergoglio, ce qui éclaire beaucoup la singularité des convictions religieuses et théologiques du pape actuel lorsqu’il parle du peuple saint de Dieu, de la fraternité et de la solidarité, etc. ». (En note un renvoi au livre du cardinal Kasper que nous avons présenté).

 

En revanche dans un autre livre, El Krausismo y su influencia en America latina, paru en 1989, et qui étudie la présence des théories de Krause en Argentine et ailleurs, on ne trouve aucune allusion à une quelconque résurgence du krausismo dans la  pensée et la culture catholique pour la période qui concerne notre étude.

 

Ce livre est une somme universitaire très complète, réalisée par des spécialistes à l’occasion d’un symposium réuni à Madrid en 1989.

Les deux parties invitantes, la Fondation Friedrich Ebert et l’Institut Fe Y Secularidad méritent un commentaire.

 

L’Institut a été créé en 1967 par l’Université Pontificale jésuite espagnole, Comillas. Il a été le fer de lance de la révolution de la Compagnie par l’adoption des thèses de la théologie de la libération, de l’Eglise des pauvres etc…

Cet Institut se retrouve associé à la Fondation F. Ebert, liée à la sociale-démocratie allemande, qui finance depuis des lustres toutes sortes d’actions et d’entreprises révolutionnaires sur le continent latino-américain.

OUI, nous pénétrons dans un monde étrange inconnu de tous les informateurs dits sérieux !

 

 

Il nous reste à voir le contenu de cette filiation. C’est un champ nouveau d’investigations. Ce que nous savons déjà ne manquera pas de surprendre !

 

 

 



22/11/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres