Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

« La famille n’existe pas. Les familles, oui » proclame la Conference Episcopale de France, a l'unisson du Synode de Rouen : Dans quel monde vivons-nous ?

Perepiscopus que nos lecteurs connaissent  bien, vient de signaler l’étrange propos de Mgr Descubes à propos de la famille. (Inscrire le nom du site Riposte catholique, puis allez sur Perepiscopus) Nous sommes donc allés voir sur le site de la CEF (Conférence épiscopale de France).

La formule : « La famille n’existe pas. Les familles, oui », est le titre même de la page de la CEF publiée le 8 novembre dernier. Pour se convaincre que cette incroyable affirmation n’est pas un propos en l’air, une erreur de la secrétaire ou un propos déformé, nous avons consulté les textes recommandés par la CEF. Parmi ceux-ci, le dernier sur la liste, une interview donnée au Pèlerin, le 4 octobre 2010.

 

« Mgr Descubes : "L’Église accueille tous les types de familles"

Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen et président du conseil Famille et société, veut dissiper un malentendu qui voudrait que tous les types de famille ne seraient pas les bienvenues dans l’Église.

Pèlerin : la société change, avec l’augmentation du nombre de familles recomposées ou monoparentales. Quelle place donne l’Église à ces « nouvelles » familles ?  
Mgr Jean-Charles Descubes   : On prête à l'Église une conception figée de la famille. Aussi ceux qui pensent ne pas y correspondre peuvent s'en éloigner. Le but de Familles 2011 est de dissiper ce malentendu. Toutes les familles sont les bienvenues dans l'Église !

 

© Corinne Simon/Ciric

Pourtant, des personnes séparées, divorcées… ont souvent une impression de rejet.  
On ne peut le nier et il faut que cela change. L'institution a déjà fait un long chemin sur ce sujet. En 1983, Jean-Paul II encourageait ainsi les couples séparés à prendre toute leur place dans l'Église. Il faut maintenant que les communautés paroissiales s'interrogent sur l'accueil réservé aux familles désunies. Il ne s'agit pas de renoncer à notre conception de la famille, mais d'accueillir chacun tel qu'il est ».

Nous ne ferons pas de procès à Mgr Descubes sur l’incohérence  de « la conception figée à laquelle il ne faut pas renoncer ».

 

En fait, Mgr Descubes répète ce que son synode a écrit noir sur blanc si bien que l’on peut se demander si c’est le synode qui enseigne la CEF via Mgr Descubes ou si c’est la CEF qui a transmis au synode ce qu’il devait déclarer.

Synode de Rouen, page 26 : « Aux dires de nos communautés, les familles  sont les bases, les premières cellules de la vie de l’Eglise. L’engagement  d’un homme et d’une femme dans le sacrement de mariage est un témoignage permanent et courageux pour nous. Cependant, les familles d’aujourd’hui vivent des réalités nouvelles dont il faut tenir compte ».

Synode de Rouen, pages 28-29 : « L’Eglise fonde la famille sur l’union de l’homme et de la femme. Pourtant nos communautés doivent être attentives aux familles qui souffrent de séparation.[…]

Tous sont appelés à participer activement à la vie de leur paroisse. La parole de Dieu est le pain quotidien qui dynamise leur espérance.

La grande souffrance des chrétiens divorcés-remariés  demeure l’interdiction de toute  vie sacramentelle. Le synode estime important qu’une réflexion au niveau de l’Eglise soit menèe sur les évolutions possibles ».

La note 2, page 5, a précisé : «  Les Orientations synodales intègres les Décisions adoptées le 1er mai par l’assemblée synodale à l’exception de celle qui souhaite que soit confiée à un curé la décision, non conforme à la discipline actuelle de l’Eglise catholique, d’admettre ou non des chrétiens divorcés remariés à la communion ».

(Les textes en gras le sont par nous).

Pour l’instant le synode de Rouen et le CEF chantent à l’unisson. Est-ce la partition, de l’Eglise catholique ?



16/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres