Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Le nouveau (?) visage de la Commission française Justice et Paix

Grâce à la « Revue mensuelle d’information du diocèse Eglise d’Annecy » du 26 mars 2012, nous découvrons le masque dont s’affuble aujourd’hui la Commission française Justice et Paix (CFJP).

http://justice-paix.cef.fr/L-eclaireur-de-la-doctrine-sociale.html

La revue présente  un entretien avec Denis Viénot, le Secrétaire Général de CFJP dont il est membre depuis 1987. C’est un apparatchik de longue date du Secours Catholique, de Caritas Internationalis dont il a été trésorier puis le président de 2005 à 2007. Il a fait partie de la Commission consultative des Droits de l’Homme  et il est aujourd’hui président de « Chrétiens en Forum »,  officine où l’on discute  à perte de vue sur tous les sujets de société selon l’idéologie dominante dans le catholicisme français. Sa manière de présenter la CFJP n’est pas innocente !

Tout d’abord son nouveau président, Mgr Boivineau, évêque d’Annecy n’est pas un inconnu puisqu’il était auparavant l’un des trois évêques accompagnateurs du CCFD. Pas de surprise de ce côté-là. La référence idéologique est la même que précédemment.

Denis Viénot commence par nous raconter l’histoire du Conseil pontifical Justice et Paix depuis son origine  ou presque car  il simplifie à outrance la réalité.

 

La vraie justice et la vraie paix

 

Paul VI a créé la Commission pontificale d’étude Justice et Paix par le motu proprio Catholicam Christi Ecclesiam du 6 janvier 1967 « ad experimentum » pour dix ans. Le 10 décembre 1976 par le motu proprio Justitiam et Pax, il donne sa structure définitive à ce qui devient le Conseil Pontifical Justice et Paix. Le but assigné est d’annoncer « la vraie justice et la vraie paix ». Le Conseil est un organe du Siège Apostolique en relation avec les dicastères et il doit remettre des rapports réguliers à la Secrétairerie d’Etat. Ses travaux sont destinés aux services du Vatican, aux ordres religieux, aux Congrégations et aux organismes Internationaux catholiques.

En 1988 Jean-Paul II réforme la Curie et reprécise les fonctions de tous.  Les articles 142, 143 et 144 concernent Le Conseil pontifical Justice et Paix. A l’article 142 on lit : Le Conseil doit faire en sorte que soient promues la justice et la paix selon l’Evangile et la doctrine sociale de l’Eglise.

Le dernier document cité par Denis Viénot est celui de mars 2011 émanant du Conseil Pontifical et qui a été remis aux présidents et secrétaires généraux des Commissions Justice et Paix d’Europe. Ce document énumère les thèmes étudiés par le Conseil et présentés par Mgr Mario Toso, Secrétaire du Conseil :

« En outre, une grave omission serait que les organismes dont les objectifs principaux sont de promouvoir, approfondir, promulguer et expérimenter la DES (doctrine sociale de l’Eglise), ne s’attachent pas à les réaliser parce qu’occupés à n’en suivre que certains thèmes, en perdant de vue leur unité et leur complexité, ainsi que la responsabilité qui est la leur au niveau de la promotion …. Bref, l’approfondissement de la nature ecclésiale et pastorale du Conseil Pontifical et des Commissions aide à éviter les erreurs opposées quant à leur identité et leur activité ; d’une part, l’immanentisation et le sécularisme et, de l’autre, le spiritualisme et l’abstraction. Une forme d’abstraction dangereuse et nuisible serait – même après que CIV (Caritas in Veritate) ait clairement pris position à propos de l’unité entre l’éthique de la vie et l’éthique sociale - de favoriser, dans la communauté ecclésiale et dans la société civile, la division et l’opposition entre le «peuple de la vie» et le «peuple de la paix», comme si ceux-ci ne devaient pas se rencontrer et collaborer mutuellement ».

http://www.pcgp.it/dati/2011-03/11-999999/Segretario_2011JPEuropa_FRA.pdf

Le Conseil pontifical est soumis d’après ses statuts à la Secrétairerie d’Etat.  Pour l’avoir oublié il s’est fait rappeler à l’ordre à propos d’un document qui contenait une formule favorable « à un système monétaire et financier mondial »

 

La commission française noyau dur de l’idéologie gauchiste

 

Denis Viénot ne sait pas plus l’histoire de la Commission française que celle du Conseil Pontifical ce qui lui permet d’occulter une origine politique bien réelle.

Nous n’avons pas trouvé trace d’une invitation faites aux conférences épiscopales par les instances romaines de créer des commissions Justice et Paix. Si elle existe  en 1968 ce ne peut qu’être dans les marques du modèle pontifical.

Un premier obstacle apparaît, celui de la date de la création française. La Conférence épiscopale française donne 1970 : « Le Conseil permanent de l’épiscopat français crée Justice et Paix en novembre 1970 »… alors que d’après le même document, Mgr Jacques Ménager  est cité comme président  de la CFJP dès 1967 !

André Caudron, un des biographes de Philippe Farine, nous assure que celui-ci,  premier laîc à succéder à Mgr Ménager  à la tête du CCFD, a pris part avec l’évêque aux travaux de la Commission pontificale Justice et Paix. Nous n’avons trouvé aucune trace de cette participation. Mais sans doute  travaillaient-ils de concert dans la commission française nouvellement créée. Il est évident que nous ne sommes plus du tout dans l’esprit voulu par Paul VI.

De son côté le bulletin d’Annecy mentionne la création de la CFJP au 14 décembre 1970, sous la forme d’une association autonome. Autonome par rapport à Rome ?

L’engagement politique de Philippe Farine ne fait aucun doute. Le même biographe écrit :

« Pour Philippe Farine, le CCFD devait être une sorte de « catalyseur des engagements politiques, syndicaux et culturels », ainsi qu’il le définissait lors d’une réunion de l’UNESCO à Paris en 1977. Sous sa direction, le Comité se constitua en groupe de pression, appelant à une remise en question de la société et prenant des positions qui suscitèrent des réserves de la part d’autres organismes caritatifs comme le Secours catholique et la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Le CCFD ne rejetait pas la rhétorique de la lutte des classes ; il entendait contribuer à libérer les pays en développement « de toutes les structures oppressives et de toutes les aliénations ».

Sans faire d’extrapolations hasardeuses on peut dire que c’est cet esprit- là qui a présidé à la création de la commission française. Et c’est celui qu’elle a toujours eu jusqu’à ce jour.

Si le dernier ancien président du CCFD, René Valette a quitté la commission à la fin de l’année dernière le nouvel arrivant ne déroge pas à l’orientation idéologique ! Merci à la revue d’Annecy !

« Nous sommes une association, avec peu de membres. Le recrutement se fait par cooptation, mais ce n’est pas un choix au hasard : on fait appel à des personnes en fonction de ce que nous avons en tête comme sujets importants.

On vient par exemple de faire rentrer Laurent d’Ersu, ancien chef-adjoint du service monde à La Croix, qui est maintenant à la Direction de la prospective du Ministère des Affaires Etrangères, en charge de l’Afrique subsaharienne : il a une coloration presse, médias, relations internationales, diplomatie, Afrique du Sud. Sur dix-huit membres actuellement, on compte un évêque, trois prêtres et deux religieuses ; le reste sont (sic) des laïcs. Et on aime bien avoir des compétences croisées. »

Les compétences nous les connaissons : CCFD avec Guy Aurenche, Secours Catholique aujourd’hui frère jumeau du CCFD avec à sa tête le socialiste François Soulage, l’ACAT où a régné sans partage Guy Aurenche, Pax Christi de Mgr Stenger, et la très maçonnique Commission nationale consultative des droits de l’homme.

Comme l’écrit l’auteur de l’entretien : la Commission est  un « organe discret mais reconnu comme la « voix » de l’Eglise sur les sujets de fond de la vie internationale ».

La voix de l’Eglise est surtout celle d’Eléna Lasida, grande amie des Zapatistes mexicains, qui rédige les documents de la Commission !

Nous affirmons avec force que cette commission est un cancer idéologique entretenu par la Conférence épiscopale française.

Question : le CCFD finance-t-il toujours la Commission ?

 

Voir notre étude précédente sur cette commission : ici.



04/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres