Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Le vrai Mgr Brunin - 2

 

Le vrai Mgr Brunin – 2

 

 

 

 

 

 

 

« Âgé de 53 ans, ce théologien est un enfant pur sucre du Nord. Il a commencé comme prêtre du monde ouvrier, coordonnant la mission ouvrière dans la zone de Roubaix, puis a pris la charge de la pastorale des migrants. Il est soucieux d'innovations pastorales : il fonde en 1998 un groupe de réflexion pour de nouvelles formes de présence de l'Eglise dans les quartiers.

Il noue des relations fructueuses avec les musulmans et signe des livres sur le dialogue islamo-chrétien (1). Nommé évêque auxiliaire en 2000, il devient président du comité épiscopal des migrations. Son franc-parler et sa simplicité font de lui une figure charismatique. L'homme s'est même confronté à plusieurs reprises à l'ancien ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, sur les questions des sans-papiers et du droit d'asile. Cette ouverture et cette force d'engagement ont certainement pesé dans cette nomination ».

 

TC 13 mai 2004

 

Quel panégyrique de la part de Témoignage Chrétien. Cependant rien qui le qualifie pour le Conseil famille et société dix ans plus tard.

 

 

ROME, Dimanche 30 octobre 2005 (ZENIT.org) – Parmi les nouveaux membres du conseil pontifical pour les Migrants et les personnes en déplacement, le pape Benoît XVI a nommé Mgr Jean-Luc Brunin, évêque d’Ajaccio depuis 2004.

Son bilan à Ajaccio est très contrasté ! Il obtient devant les tribunaux de la république raison contre l’économe diocésain qui a volé… y compris un héritage (Il y a d’autre évêque de notre connaissance qui a la même pratique en matière d’héritage) et … il révoque un prêtre qui sera rendu à sa paroisse par la Signature Apostolique présidée par le cardinal Burke.

 

Mgr Jean-Luc Brunin est  président du Comité épiscopal français des migrations et des gens du voyage, membre de la Commission épiscopale de la Mission universelle de l’Église, membre du Comité épiscopal des relations interreligieuses et des nouveaux courants religieux. Qui a tracé la carrière de Mgr Brunin spécialiste des nouvelles formes de présence de l’Eglise dans les quartiers. ?

De 2004 à 2010 il est membre élu du conseil  permanent de la CEF, le politburo de la CEF.

 

Il monte en grade, Mgr Brunin. En 2008 c’est comme évêque d’Ajaccio et membre du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France qu’il participe les 15 et 16 avril à la session : «  Présence de la vie religieuse dans les cités et quartiers populaires »

 

 

Fin janvier 2013, « Justice et Paix » tient sa rencontre annuelle avec les Instituts Religieux. Consacrée à la « Présence religieuse en banlieue : de la solidarité de proximité à la solidarité internationale», cette journée de travail a rassemblé plus d’une centaine de participants à Paris. Elena Lasida, chargée de mission pour ce service de l’Eglise catholique, revient sur les enjeux de la rencontre.

 

Avec la pasionaria Elena Lasida qui se situe elle-même « aux marges de l’Eglise », il a fait du chemin Mgr Brunin. Il est maintenant au cœur du dispositif de la CEF, le réservoir à idées de la CEF. Voici le résultat :

 

 

« Quels échos importants sont remontés de la rencontre organisée fin janvier ?

On a beaucoup parlé d’une manière différente de faire Eglise, de vivre l’universalité de l’Eglise. Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et président du Conseil Famille et Société, a évoqué la différence entre Eglise instituée et Eglise instituante. Cette dernière ne fait pas de catéchèse, mais elle partage la vie des gens au quotidien. On a cherché à identifier et caractériser cette autre forme d’être Eglise et le lien entre cette Eglise plus à la marge -« celle de la rue plus que celle des bâtiments »- et l’Eglise plus institutionnelle. »

Et ce monseigneur trouve le moyen d’invoquer le pape François pour justifier sa nouvelle évangélisation … sans catéchèse.

 « De plou z’en plou fort ».

 

 

Et avec tout ça, il  atterrit comme président du Conseil  Famille et Société en 2011. Fort de ses expériences pastorales,  il publie  en 2013 « Les Familles, l’Eglise et la Société – La nouvelle donne ».

Quel parcours ! Sa promotion rappelle celle de Valls : il devient l’homme clé du secteur le plus sensible de l’heure, la famille et le mariage. Comme Valls, il n’a pas plus de connaissance sur la famille que Valls en économie mais la réforme et l’église à la marge c’est sa spécialité.

A sa manière, il gaze la famille avec Brugère et Baujard !

Seul ou presque, le Père Louis-Marie Guitton du diocèse de Toulon rappelle une évidence canonique : « Les services ou commissions, fussent-ils nationaux, ne sont pas « l’Eglise de France ».

On mesure le drame des catholiques en regardant en face le matraquage idéologique opéré par des autorités sans pouvoirs légitimes.

Nommé pour trois ans à la famille, Mgr Brunin devrait bientôt dégager. Mgr Pontier n’avalera pas sa mitre une deuxième fois.

 

A suivre…

 

 

 

 



05/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres