Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Les canaux de la désinformation

Nous n’avons pas voulu employer l’expression faussement attribuée à Lénine d’ « idiots utiles » qui aurait donné à penser que nous méprisions ces malheureux vecteurs de contre-vérités.

 

Les facteurs principaux qui conduisent aux plus surprenantes désinformations sont selon nous, l’ignorance ; la paresse qui conduit à répéter sans vérification ; le « souci de paraître » sur le champ idéologique qui est dans l’air du temps ; la démagogie politique, qui en rajoute dans le social et le populaire.

Ceux qui agissent ainsi ne sont pas des sots. S’ils l’étaient, ils ne seraient pas dangereux. Essentiellement les praticiens de la désinformation pratiquent l’amputation. Ils racontent (ou leurs nègres leur font raconter) n’importe quoi.

 

Première partie

 

Pour être très didactique prenons d’abord pour exemple ce qu’est la réinformation.

Lorsque « La Croix », sous la plume de Michel Kubler, présente le 5 octobre 2009 « Quatre figures de la pensée sociale », Léon XIII, Léon Harmel, le dominicain Louis Joseph Lebret et Chico Withaker ; le jour même, réaction de Michel Janva sur le Salon Beige qui remet les pendules à l’heure.

 

On pourra se reporter à notre livre « Le terrorisme pastoral » (pages 38-40), où nous donnons une biographie des plus complètes sur ce personnage. C’est lui qui avec Mgr Helder Camara organise en 1978, Les journées internationales pour une société dépassant les dominations. L’Eglise est scandaleusement attaquée. Rome intervient et les journées sont supprimées. Trente-trois ans après, Guy Aurenche dira son admiration pour Chico Withaker (qui fut salarié du CCFD), pour ces journées. Il a reçu le Nobel Alternatif en 2006, comme avant lui, Léonardo Boff.

 

La Croix est dans son rôle de désinformation habituelle. Ici il s’agit d’honorabiliser Chico Withaker en le plaçant à la suite de Léon XIII et Léon Harmel. On omet de nous dire qu’il a été lors de son passage à la Jeunesse Universitaire Chrétienne de Sao Paulo nourri des idées du Père Lebret inspirateur de Populorum Progressio (1967) de Paul VI. Cette encyclique deviendra immédiatement la bible des tiers- mondistes jusqu’à ce que Benoît XVI y mette bon ordre avec Caritas in veritate. Ce que Michel Kubler présente dans un raccourci saisissant, est pour nous un modèle de désinformation par contamination : « C’est ainsi qu’en 1942 il (P.Lebret) créa « Economie et humanisme », parcourut la planète pour lancer des programmes de développement et former leurs respondables. Il fut l’initiateur « du développement intégral » … que vient d’actualiser Benoit XVI ».

Benoît XVI actualisateur du père Lebret, il fallait le faire !

 

Deuxième partie

 

Fin avril 2009, Christine Boutin, ministre du logement, a fait un voyage au Brésil pour rencontrer son homologue et connaître les réalisations de ce pays en matière de logement social. En même temps elle participe à Sao Paulo à un colloque international : « Tolérance et droit de l’homme : diversité et paix ».

Sur son blog le 11 mai, elle écrit : « Alors que s’ouvre l’année de la France au Brésil, j’ai voulu aller à la rencontre des acteurs des politiques sociales de ce pays de près de 200 millions d’habitants. L’accueil qui m’a été fait et l’amour de la France qui m’a été témoigné lors de ce déplacement m’ont particulièrement marqué. Par sa créativité et son dynamisme en matière de logement et de politique sociale, je suis convaincue que le Brésil a beaucoup à nous apprendre. Notre Europe est souvent bloquée dans ses habitudes et je crois que les pays émergents comme le Brésil nous aident à poser un nouveau regard sur le monde qui vient.[…] Parmi les acteurs du dynamisme social brésilien, j’ai pu rencontrer Chico Whitaker, fondateur du Forum Social Mondial de Porto Allegre. Aujourd’hui toutes les lignes bougent et j’entends parler avec tous ceux qui sont en recherche pour construire un nouveau monde. »

 

 

 

Chico Whitaker un acteur du dynamisme social brésilien !

 

Voilà comment on transforme un agent de la révolution mondiale en honnête acteur du dynamisme social ! Christine Boutin ne sait pas avantage ce qu’est le Forum Social Mondial ! Chico n’est pas en recherche. Il a milité et a été conseiller municipal de Sao Paulo sous l’étiquette du Parti des Travailleurs, le PT de Lula. Il quittera le parti en 2006 « pour non fidélité aux principe d’origine ». La fondatrice du Parti Chrétien Démocrate devrait avoir quelqu’un qui lui fasse des fiches sérieuses. Il faut dire à sa décharge que les informations sur le Brésil sont peu nombreuses et très peu détaillées.

Aussi, lorsqu’elle se lance dans son discours et fais l’éloge de Henri Burin des Roziers, fils d’une longue lignée de juristes qui font honneur à la France, elle ne sait pas ce qu’elle dit. « Il est de ceux qui font honneur à la France, il est de ceux qui font honneur au Brésil. Il est de ceux qui tracent une route et nous montrent que le combat pour les droits humains est un combat qui doit être incarné. Frère Henri, soyez ici remercié ! »

Cette belle envolée oratoire cache une réalité un peu différente. Qu’il ait défendu la veuve et l’orphelin est une chose. Qu’il ait été un agitateur révolutionnaire en est une autre.

A l’école de Congar, militant pour l’indépendance e l’Agérie, engagé dans le processus de luttes politico-sociales au Brésil, il est au cœur de la mobilisation des masses avec deux autres français de même obédience. L’un, Xavier Passat coordinateurs des actions de la Commission pastorale de la terre ; l’autre vice-président puis président de la dite Commission, Xavier Gilles de Maupeou d’Albeiges. Quelle étonnante encontre que celle de ces deux hommes, aristocrates passés à la révolution tiers mondiste !

Le président de la CPT va s’illustrer de bien triste façon, en écrivant une lettre à Benoît XVI le 25 août 2007, pour lui demander d’entériner le texte falsifié de l’Assemblée du CELAM à Aparecida après la visite du pape. Dom Henri et Dom Xavier sont tous les deux les piliers de la CPT, défenseurs des « communautés de base » cheval de Troie de la révolution dans l’Eglise au Brésil !

Madame Boutin devrait faire attention à ce qu’on lui fait dire ! Henri Burin des Roziers est l’honneur de la France révolutionnaire. Mais c’est peut-être ainsi quelle l’entend ?

 

Troisième partie

 

Dans la semaine qui suit le retour de Christine Boutin en France, Famille Chrétienne n° 1634 du 9 au 15 mai, publie un reportage sur la réception donnée au consulat de France en l’honneur de la ministre du logement, reportage dont le héros est … Chico Witaker.

« On le dit révolutionnaire. Mais Chico ne fait pas plus de vague que la piscine du consul de France. Invité d’honneur de la République, il se prête à la curiosité de la délégation française conduite par Christine Boutin ».

On comprend bien que le buffet de la réception retient l’intérêt de l’altermondialiste, pour être révolutionnaire on n’en est pas moins homme.

Avec une belle photo d’homme jouisseur, Samuel Pruvot termine son article : « Champagne et dessert. Chico n’a pas vraiment l’air d’un gauchiste. Plutôt d’un utopiste conforté par la crise ». In fine, nous apprenons qu’il a sept petits-enfants.

 

Guy Aurenche annonce toujours le nombre de ses enfants et petits-enfants. Ca rassure le gogo.

 

Une femme politique, un journaliste, une revue chrétienne, tous participent, volens, nolens, à la belle histoire de vrais subversifs qui ont détruit l’Eglise catholique pendant des lustres !



29/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres