Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Les raisons idéologiques pour affirmer que le combat n'est pas politique

 

Les raisons idéologiques pour affirmer que le combat n’est pas politique

 

A l’origine il y a le refus de défendre et de promouvoir un ordre social chrétien. Ce refus est un héritage direct de Maritain et de Mounier. Ce dernier comme l’archevêque de Paris croit pouvoir adhérer aux Lumières du XVIII siècle et au catholicisme de sa façon. Aussi tout ce qui de près ou de loin pourrait rappeler la Chrétienté est à bannir : «  Un catholicisme affiché, écrit Mounier, nous déconsidèrera aux yeux d’un grand nombre tant que nous n’aurons pas fait la preuve que l’on peut être à la fois catholique intégralement et sincèrement révolutionnaire ».

L’Archevêque de Paris n’est pas sincèrement révolutionnaire. Il est pour une société pluraliste et démocratique et donc il ne veut pas compromettre l’Eglise avec les cathos réacs. Là, où est le problème c’est que la loi naturelle et divine c’est éminemment et évidemment réac !  Ni lui, ni l’épiscopat ne peuvent nous rejouer la manif pour l’enseignement catholique de 1984 qui s’est soldée par un échec monstrueux car il n’y avait pas d’issue politique et que le cléricalisme qui sévissait dans l’enseignement catholique bétonnait tout.

Faute de pouvoir réussir le coup de 1984, l’archevêque de Paris refuse toujours de considérer que ce sont les catholiques qui sont le fer de lance et les troupes de la Manif et que la suite va lui échapper. Alors, il tente une manœuvre grossière, un dosage de prudence pour se défausser, accompagné du fantôme de la guerre civile et d’un compliment pour dévier la volonté des manifestants.

Extrait de l’entretien du cardinal André Vingt-Trois sur Radio Notre Dame le samedi 18 mai 2013.

Mgr Vingt-Trois, vous avez beaucoup encouragé la résistance contre le mariage pour tous, quelles suites donner à la décision du Conseil constitutionnel ?

Je n’ai jamais encouragé la résistance, j’ai invité les chrétiens à réfléchir et à exprimer leur opinion. Ils ont le droit d’avoir une opinion différente de celle des promoteurs de la loi et ils peuvent exprimer leur particularité, avec d’autres personnes d’ailleurs, car ce ne sont pas seulement des chrétiens qui expriment une opinion différente. Ils l’ont fait très fortement, et je pense qu’ils vont le refaire dans la manifestation qui est prévue à la fin du mois de mai. Je trouve très bien que la prise de conscience de l’enjeu qui est en cause dans la loi Taubira puisse être entendue et perçue par l’ensemble de la société.

Que peut-on attendre de la manifestation du 26 mai ? En quoi est-ce nécessaire et utile que des français se mobilisent à nouveau puisqu’ils n’ont, semble-t-il, pas été entendus ?

On ne peut pas dire qu’ils n’ont pas été entendus, on peut dire qu’ils n’ont pas été suivis. Il peut être important aussi que des citoyens expriment qu’ils ne sont pas en accord avec la loi qui a été votée et promulguée et qu’ils pensent qu’il y a quelque chose à faire encore à partir de là. Il ne s’agit pas simplement de dire : on est contre ! La loi c’est la loi, on peut être d’un avis différent mais on ne va pas entrer dans l’insurrection civile. Donc voilà la question qui se pose désormais : comment toute la générosité qui s’est manifestée à travers les différents rassemblements et les différentes formes d’actions au cours des mois écoulés, et qui va encore se manifester à la fin mai, va-t-elle pouvoir s’investir positivement dans un travail de fond sur la qualité de la vie familiale, sur la réflexion à propos du mariage, sur l’éducation affective des jeunes. Quantités de chantiers sont ouverts et peuvent se développer en investissant cette force magnifique dans ce travail. » (Rapporté par Perepiscopus).

                                                                                                                                          

Nous avons souligné en gras les éléments de la dialectique du Cardinal.

 

Heureusement que les fidèles n’ont pas attendu.

Le soutien effectif et raisonné du Cardinal l’aurait conduit à affirmer la loi divine et naturelle, ce qu’il se refuse à faire.

 En effet, les chrétiens n’ont pas exprimé leur opinion. Il faut être déconnecté de la réalité vécue par les manifestants pour parler d’ « opinion ». La quasi-totalité savaient qu’il ne s’agissait pas d’opinion mais de vérités essentielles liées à la loi naturelle et divine.

On ne manifeste pas depuis six mois pour une « opinion » !

 

Il y a des degrés dans l’insurrection civile. Non, la loi n’est pas la loi ! Le légalisme du Cardinal est une capitulation.

 « Cette loi est nulle et non avenue ». Ces fortes paroles de votre confrère dans l’épiscopat, Mgr. Aubry, évêque de la Réunion doivent tinter à vos oreilles, Eminence !

« On ne va pas entrer en résistance » ! Quel courage ! Heureusement que des évêques sur le sol de France on un autre langage. Et c’est leur détermination qui est reçue par les manifestants de tout le pays pas votre misérable désertion.

 

Les familles, leurs enfants et les grands parents n’ont pas montré seulement de la « générosité », terme vague et passe partout ! Non, Ils ont marché au combat car ce que vous n’osez pas même articuler, eux ils le  savent. Ils savent qu’ils défendent la foi catholique et leur patrie !

 

Quand cesserez- vous, Eminence, d’utiliser ce vocabulaire d’une pastorale des années soixante !

 

Vous sentez le parlementarisme. Et vous croyez qu’en déployant encore une commission, une de plus vous, allez changez cette loi inique !

 

Vous voulez que cette force se dilue et remettent ses conclusions après que vous en aurez soigneusement choisi les responsables, etc…

 

On a bien compris votre message, Eminence, et la suite de ce soulèvement qui ridiculise tous les discours d’ouverture au monde que vous nous prodiguez depuis cinquante ans, se fera sans vous et vos chantiers. DEO GRATIAS !

 

 

 

 

 

 



23/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres