Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Pour lire le pape François -1

 

Pour lire le Pape François - 1

 

Avertissement : un bienveillant lecteur m'a signalé qu'il ne trouvait pas, après avoir lu  "Pour lire le Pape François -2" , la première partie de cette série ! Et pour cause ...je l'ai oubliée sous la pression de l'actualité !

Je vous présente toutes les excuses

 

 

 

Nous avons déjà utilisé les travaux de Emilce Cuda pour comprendre le pape François. Et nous avons signalé son livre capital, Para leer a Francisco, « Pour lire François- Théologie, éthique et politique », véritable somme pour l'interprétation de la pensée pontificale.

 

Pareillement nous analyserons ensuite deux autres livres qui nous semblent essentiels pour décripter cette pensée du pape : El programma del papa Francisco. Adonde nos quiere llevar , --Le programme du pape François. Où veut-il nous amener » ? de Victor Manuel Fernandez.

 

Et, El papa Francisco y la teologia del pueblo, « Le pape François et la théologie du peuple », de Rafael Luciani.

 

Nous n'avons pas pu nous procurer le premier livre qui traite de la théologie du peuple dans ses premiers développements historiques, Teologia del Pueblo : una propuesta argentina a la teologia latinoamericana , « Théologie du peuple : une proposition argentine a la théologie latino-américaine. » de Sebastian Politi. Nous ne connaissons que des extraits de cet ouvrage.

 

Pour connaître la pensée du pape nous n’avons choisi que des textes qui lui sont favorables. Les oeuvres critiques sont très rares et portent sur des points particuliers. Quant aux biographies elles sont d’une rare indigence et se recopient.

 

 

Le livre d’Emilce Cuda a l’avantage incomparable de posséder un prologue dont j’oserai dire qu’il est une « imprimatur ». Ce certificat de conformité est signé de l’inventeur principal de la théologie du peuple, professeur de théologie du pape, Juan Carlos Scannone. (La troisième partie du livre est consacrée à l’apport de ce jésuite dans la construction « théologique » de la pensée du pape.)

 

Emilce Cuda se réfère constamment au maître.

 

 

L’origine réelle de la théologie du peuple

 

Un mot récapitule la démarche intellectuelle du mentor et de l’élève c’est celui de « recatégorisation ».

Celle-ci est nécessitée par la pastorale théologique. C’est une pratique et une réflexion qui recatégorise la théologie, laquelle est conçue alors comme une nouvelle « éthique historico-culturelle ».

Ce jargon peut surprendre. Il est néanmoins commun à toutes les théologies dites de la libération.

Nous avons déjà abordé cette question dans des articles précédents mais nous en donnons ici une formulation empruntée à un spécialiste, Samuel Silva Gotay, auteur de « La pensée chrétienne révolutionnaire en Amérique Latine et aux Caraïbes ».

 

Le modèle de renouvellement social, politique et religieux qui s’impose à nous dans la déconstruction actuelle - surtout celle de de l’Amérique latine – c’est celui du peuple juif quittant l’Egypte, lieu de tous les esclavages. Dieu s’est investi dans l’histoire du peuple juif pour le libérer. L’expérience de l’exode est une expérience de libération socio-économique et politique nécessaire pour la construction d’un peuple nouveau et pour une manière de vivre nouvelle. Gutierrez l’a dit : «  création, libération, et salut sont des termes interchangeables. La foi du peuple d’Israël est l’espérance de l’intervention de Dieu dans l’histoire pour faire justice. La justice est la finalité unique de l’intervention divine.

 

La fonction des prophètes est d’être à la fois pasteur et prophète : montrer au peuple les voies du Seigneur et maintenir le cap jusqu’au royaume de Dieu.

 

La théologie traditionnelle a « déshistoricisé », et individualisé cette quête de justice. La théologie doit être refondée et revenir aux sources bibliques.

Le salut est pour les pauvres, les opprimés, les exploités, livrés aux mains des oppresseurs et des exploiteurs. La nouvelle herméneutique a pour objet de réinterpréter l’instrument exégétique à la lumière d’une foi qui prend au sérieux le temps historique et le futur. Les signes des temps doivent être lus dans la continuité de la révélation biblique.

 

Dans un chapitre essentiel de son livre, Gotay décrit la redécouverte de la dimension politique de la foi. La religion a faussé la connaissance de la vraie foi en lui imposant des codes et des contraintes ? Grâce aux théologiens de la libération les chrétiens on récupérer le concept de la foi comme pratique historique et politique. La foi en Dieu est une foi qui libère pour la justice ainsi l’espérance trouve un fondement historique. Gotay a lu Lucio Gera, principal inspirateur du pape François :

« L’espérance est l’attitude avec laquelle on regarde l’histoire : on la sent, on la vit comme terriblement difficile. Il est quasi impossible d’imaginer une histoire qui ne soit pas domination des uns sur les autres ; Cependant, par l’espérance, l’homme ose et essaie malgré la dureté et la résistance de l’histoire… Dans la carapace de cette histoire de domination, il rencontre une fissure qui ouvre la possibilité «  de l’homme nouveau ». Gera conclut : La foi chrétienne dans le salut entendue comme libération du péché, implique en soi une attitude d’engagement avec l’homme pour sa libération historico-laïque (secular), c’est –à-dire économique et politique ».

 

Il s’agit d’une restructuration intégrale. ‘ La théologie de la libération rejette une conception abstraite, métaphysique de Dieu et affirme une conception historique et temporelle de Dieu, celle de la Bible …La justice et l’amour tangibles sont reçus directement de la communauté chrétienne historique et humaine et augmentent l’amour de Dieu ».

 

Pour la théologie de la libération, façon lutte des classes, l’agent c’est le prolétariat chrétien. Pour la théologie du peuple, façon argentine « Bergoglio », c’est le peuple : « agent de l’éthique sociale et politique ».

 

Argentinisation

 

Lucio Gera et les jésuites argentins ont compris que les analyses marxistes seraient toujours marginales dans un continent façonné par cinq cents ans de catholicisme. Quatre facteurs ont concouru à former « la théologie du peuple » :

 

1 L’expérience politique du péronisme. (Nous avons déjà abordé cette question mais nous y reviendrons en détail) ;

 

2 Les travaux anthropologiques de Rodolfo Kusch sur les peuples latino-américains, leurs moeurs et leurs cultures. Argentin, il a fait partie de l’équipe de J.C. Scannone, et on peut dire que la fameuse « théologie de la culture » et tout ce qui se rapporte à la religion est au langage, est son œuvre. Il a été exploité et son nom est rarement cité alors que c’est lui qui a fourni la matrice des thèmes de la religion du peuple.

 

3 La mise en forme par Lucio Gera d’une "pastorale populaire".

 

4 L’invention d’une genèse philosophique et théologique à partir de la praxis des peuples latino-américains par J.C. Scannone.

 

Les clés d’une pensée qui vient d’ailleurs.

 

En fait, selon l’explication donnée par Carlos Galli une des têtes pensantes de la « théologie du peuple », l’unité de l’œuvre de Scannone  vient de trois « clés spéculatives ».

 

« Ces clés , permettent de comprendre la matrice philosophique de sa pensée – d’où se distinguent les thèmes comme le modèle de Calcédoine qui unit et distingue des niveaux de réalité, la réalité blondelienne de l’action, le caractère de sujet propre de peuple comme « nous » ético-historique, l’utilisation d’une analectique dans laquelle l’analogie assume et dépasse la dialectique, la théorie de la méthode Lonergan, une compréhension anthropologique et historique de la culture, la valeur du symbole à la lumière de Ricoeur, etc – que l’auteur met à son service, comme un instrument de la réflexion théologique, pastorale et sociale. Ce facteur influe sans aucun doute pour atteindre « l’unité de pensée qui traverse toute l’oeuvre ». (Evangelizacion, cultura y teologia. El aporte de JC Scannone en una teologia inculturada).

 

Cet éclectisme surabondant rend toute synthèse très difficile.

 

Livre de Emilce Cuda nous plonge dans un univers abstrait de philosophie, de méthode, de sociologie, d’anthropologie avec des affleurements théologiques qui avortent rapidement, le tout très difficile à synthétiser. Aux trois auteurs retenus par Galli, elle en ajoute des dizaines d’autres sans se rendre compte que cette abondance est destructrice de son propos car pour « lire le pape » il faudrait avoir lu une montagne de documents, de livres, d’articles, de thèses, de témoignages…

 

Emilce Cuda, dans un besoin de simplification pour aider les pauvres mortels, nous livre cependant, le mystère du Pape François : « Selon mon jugement, l’élection d’un pape comme François est un signes des temps, non seulement parce qu’il est le premier latino-américain, et le premier jésuite, mais parce qu’il est le prophète du peuple en temps de crise scientifique, politique et culturelle – et je ne dis pas économique car selon François c’est la conséquence et non la cause ». (page 48).

 

En même temps, l’Eglise catholique est la première institution historique, a savoir lire les signes des temps. « François représente aujourd’hui une autorité « déterritorialisée », une voix décisive. ( page 48)

 

Le pape n’est plus le pasteur de l’Eglise universelle, il est la voix de l’humanité entière… ce que nous pouvons vérifier tous les jours.

« …en Francisco, el pastor es un profeta, en François le pasteur est un prophète, et cela le rapproche davantage de la fonction politique comme vocation… » ( page 39).

 

Ce n’est plus seulement son élection qui est signe des temps mais sa personne elle-même : « Le pape François est lui-même le signe des temps « en personne ». (Opus cit. page 49).

 

Pour nous, les signes des temps découverts, décrétés et invoqués par les tenants de la théologie du peuple, sont le « poumon » de Toinette, la servante du Malade Imaginaire. Le monde est malade, l’Eglise est impuissante et moribonde pour avoir ignoré, jusqu’à aujourd’hui, la cause première de la maladie planétaire !

 

Si l’on rit de Molière, nous, nous sommes effarés de la crédulité abyssale des catholiques fascinés par les feux follets agités par les émules du GRAND REFORMATEUR !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



17/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres