Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Réflexions sur les cinquante ans du Concile Vatican II -3

Réflexions sur les cinquante ans du Concile Vatican II - 3

 

Dans mon premier article de réflexions sur le Concile, j’écrivais : « Interrogez autour de vous, la très grande majorité vous dira que le Concile a supprimé le latin. Certains clercs l’ont même écrit... »

C’est le résultat du bourrage de crâne, de la propagande, de la désinformation. La confirmation de ce mensonge -   car c’est un mensonge - universel est arrivée le lendemain par Youkoun !

Nous reviendrons sur cette étonnante association qui regroupe à la fois « Juventutem » dont le responsable joint au téléphone m’a dit qu’il avait participeé à une réunion mais n’avait pas adhéré, la JOC, Spi & Spi dont le texte de   présentation affirme être passionné de Dieu et de vin et se termine par ces fortes paroles « In vino veritas ». Youkoun veut faire connaître le Concile aux jeunes…(voir le Forum catholique et le Salon Beige)

La dite Youkoun par la voix de son responsable déclare : «  Tout ce qu’on vit aujourd’hui comme Eglise vient de ce texte(le Concile). Je pense à la liturgie, par exemple : la messe en français, le prêtre face à l’assemblée, etc. »

Mais le plus intéressant pour cerner l’idéologie qui anime cette auberge espagnole à caractère religieux, c’est le prêtre qui pilote avec les jeunes laïcs toute cette opération. Il s’est fait connaître comme pétitionnaire.

 

- Publié le 26 octobre 2006 - La Vie n°3191

 

Arnaud Alibert, jeune prêtre, défend la messe de Vatican II


À la nouvelle que le pape s'apprêteraità libéraliser la messe de Saint-Pie V, quarante-sept jeunes prêtres, nés après le Concile Vatican II et issus de vingt-quatre diocèses, ont adressé une lettre à leurs évêques respectifs. Ils y affirment leur attachement à la messe de Paul VI. À l'initiative de cette démarche, Arnaud Alibert, 35 ans, prêtre dans le diocèse de Montpellier.
« Nous sommes attachés au rite de Paul VI, qui nous a nourris spirituellement, et est injustement décrié par une ultraminorité qui en dénonce les prétendus " abus ". Or, nous sommes tous très réglo dans notre manière de célébrer ! Non, la messe de Paul VI ne fait pas des chrétiens au rabais !
Elle exprime l'esprit de Vatican II, pour lequel je me suis engagé radicalement en devenant prêtre et que je résume ainsi : Dieu aime le monde tel qu'il est. La possible libéralisation de la messe risque de fragiliser la génération de jeunes prêtres. Elle encouragera certains à privilégier leurs goûts. Or l'Église a besoin d'une règle qui impose les mêmes repères et balise les mêmes espaces de créativité. Il n'est pas bon que le prêtre choisisse selon ses goûts.
Le motu proprio, qui pourrait apparaître comme une liberté nouvelle, risque au contraire de geler toute créativité de nature à rendre la messe plus accessible, plus " priante ".
La force de notre appel est qu'il émane de prêtres jeunes, bien dans leur peau. Nous ne sommes pas des excités. Certains nous reprochent d'avoir parlé avant la sortie du motu proprio. Nous pensons au contraire que nous avons notre mot à dire avant qu'il soit promulgué. Dans ce sens, nous avons reçu le soutien de nombreux laïcs.»

Nul doute que  l’Esprit du Concile va encore frapper !  J’allais oublier que Youcoun a déjà eu droit à deux pages sur le site officiel de l’Eglise de France.

 

 Dans le deuxième article nous avons écrit que nous demanderions au pape Benoît XVI des évêques catholiques. Or sur le Salon beige de ce jour on lit que selon le Cardinal Brandmüller, spécialistes de l’histoire des conciles :” Même le Concile de Trente - disons-le franchement - jusqu'au jubilé d'or de 1596 a porté peu de fruits. Il a fallu attendre qu'une nouvelle génération d'évêques et de prélats mûrissent dans l'«esprit du Concile», afin que ses effets puissent s'accomplir. Nous devrions nous accorder un peu plus de temps pour souffler. »

Oui, mais les catholiques on fait bloc autour du Concile de Trente qui se termine en 1563. S’il y a des fumées de Satan elles viennent de la Réforme pas de la Contre-Réforme.

Pour nous depuis cinquante ans nous voyons les ruines.

Ruines du sacerdoce, ruines des séminaires et des séminaristes. Effondrement des effectifs des prêtres, des religieux et des religieuses, des fidèles. La diminution des jésuites dans le monde est significative : 1967= 35573, 1985= 25 549, 2006= 19564, 2011= 17908.

Que dire du patrimoine vendu, des ornements brûlés, des trésors bradés, des âmes abandonnées !

Jamais on n’écrira l’histoire des prêtres jetés hors de leur paroisse, calomniés, vilipendés, trahis, qui durent se regrouper pour se soutenir et s’entre-aider. Lisez « Le dossier des nouveaux prêtres » de Michel de Saint-Pierre. Même encore aujourd’hui un évêque nommé ne peut pas prendre possession de son siège parce que le clergé et les fidèles revendiquent l’esprit du Concile !

Vous voulez savoir ce qui s’est passé au séminaire français de Rome lisez «  La Marseillaise de Santa Chiara »  de Charles Hervé !

A l’heure où j’écris combien d’évêques méprisent ouvertement les jeunes prêtres qui portent la soutane. Quand ils ne peuvent pas s’en débarrasser, ils rendent leur apostolat impossible en y mettant des restrictions insensées pour plaire à leurs comités. Ils leur donnent des compliments en public  et les cassent dès qu’ils ont le dos tourné. L’un de ces évêques a été jusqu’à dire à un prêtre traditionnel « Je ne veux pas que vous veniez plus souvent car tout le monde viendrait vous voir. »

Ruines morales, ruines spirituelles, ruines matérielles. Les diocèses sont exangues.

Oui, il faut vraiment une nouvelle génération d’évêques !

 

 

 



01/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres