Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Message du pape via la Stampa - 2

Message du pape via La Stampa – 2

 

Le coup de semonce de Salvini demandant de nouvelles élections et rompant son alliance avec 5 Etoiles, le 8 août, a reçu dès le 9 une réponse dont la rapidité étonne encore !

La Stampa avait sans doute dans ses cartons cet entretien avec le pape pour soutenir une Europe très malade. Ce coup pourrait apparaître génial qui range le pape du côté des européistes.

 

Mais les paroles du pontife et son choix des pères de l’Europe comme référence le discréditent d’emblée. D’une réponse à l’autre il s’enfonce lamentablement. Et lorsque le journaliste après la question sur le « souverainisme » poursuit avec le « populisme », on a droit à une réponse qui lui est totalement inintelligible. « Au début je ne l’ai pas compris, parce que, étudiant la théologie, j’ai approfondi le popularisme, c’est-à-dire la culture du peuple : mais une chose est que le peuple s’exprime une autre est d’imposer au peuple l’attitude populiste »

 

C’est cette réponse s’achève sur son refus des ‘ismes qui ne conduisent jamais au bien.

Comme dans sa lettre aux Prêtres du 4 août, le pape se justifie avec le « popularisme » qui ne se trouve dans aucun dictionnaire, en invoquant ici sans le nommer, son maître, Lucio Gera. Maître, que personne ne connaît et qui sert de couverture à une réponse dont l’indigence est significative.

Le pape est là comme faire valoir pro- européen : il peut dire n’importe quoi du moment qu’il condamne le souverainisme et le populisme.

Il en est d’ailleurs très satisfait car, ainsi, il atteint un de ses objectifs : entrer dans le concert de la politique internationale.

 

Je n’interprète pas ses réponses ! Il suit à la lettre la « théologie » de Lucio Gera et de ses séides pour lesquels il n’existe pas de distinction entre le temporel et le spirituel puisque le combat pour la justice politique, sociale, économique et culturelle satisfait à un seul précepte : servir les pauvres !

 

Et quand il déclare que « le continent africain est victime d’une malédiction cruelle », il participe à la globalisation à la fois idéologique et pratique qui rejoint la déclaration de Marrakech signée par le cardinal Parolin ! On atteint la flagornerie lorsqu’il propose comme solution pour l’insertion des migrants le placement dans des zones à faible démographie pour qu’ils remettent « en marche l’économie de la zone » !

 

L’achèvement de l’entretien sur l’Amazonie voit la consécration du rôle des jeunes et de Greta Thunberg : « J’ai vu une de leurs affiches : « Le futur c’est nous ! ».

Tout ce beau monde défend la Création majusculaire.

 

CONCLUSION

Comment ne pas être saisi de vertige par une pareille idéologie. Annoncer que le Synode amazonique va enfanter une nouvelle Eglise et qu’il va régénérer 3 millions de pauvres ; prononcer la condamnation des adversaires de la politique mondialiste installée en Europe, tout cela avec l’appui de tous les médias du monde ! Aucun chef d’Etat ne peut jamais espérer parvenir à ce sommet de propagande.

Mais dans l’ordre du monstrueux il y a par-dessus tout l’ignorance et la nullité des journalistes et des hommes politiques.

 

Marine Le Pen reste à son niveau habituel et personne n’est là pour lui dire qu’elle doit passer son tour. Jean Frédéric Poisson est, semble-t-il, en vacances. Depuis quand un homme politique peut-il, à ce point renoncer, à dire à ce pape qu’il ruine le berceau de la Chrétienté qui a évangélisé le monde. Si J.F. Poisson comprend cela il y aura peut-être une alliance des droites en France. En face du pape il n’y a pas de pouvoir laïc chrétien conscient de ses droits et de ses devoirs.

 

Les journalistes commentent l’actualité sans rien savoir d’où leur assurance inaltérable ! Ils ont des cases à remplir.

 

 

 

 

 



12/08/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres