Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Qu'est-ce que la CEF ? (Conférence des évêques de France)

 

Qu’est-ce que la CEF (Conférence des Evêques de France)?

 

Dans plusieurs articles précédents nous avons attiré l’attention sur les adversaires que les catholiques allaient rencontrer dans leur combat pour la loi naturelle et divine. Parmi ceux-ci l’Eglise Populaire, c’est-à-dire l’Eglise qui en France prétend réconcilier l’Evangile et la Révolution. Nous avons donné un nom à l’appareil qui véhicule cette idéologie qui n’est pas nouvelle mais qui s’appuie sur les techniques modernes de communications pour se répandre : l’appareil épiscopalo-médiatique.

La confusion Evangile-Révolution est particulièrement flagrante chez l’archevêque de Paris, Mgr Vingt-Trois. Nous l’avons montré à partir des propos du cardinal lui-même dans son discours d’ouverture de l’Assemblée plénière de l’Episcopat. Le cardinal ne sait pas ce qu’est la philosophie de Lumières qu’il met sur le même pied que la philosophie de l’être. Grâce à Paix et Liturgie et Perepiscopus c’est un prêtre catholique ancien franc-maçon et pasteur luthérien qui fait la leçon à l’archevêque :

 

« S’il est vrai que sur le plan liturgique il y a encore du chemin à faire, nous assistons en revanche ces dernières années à une réaffirmation de la parole publique de nos évêques. Le scandale du mariage homosexuel en est une illustration réjouissante. Les évêques se font entendre et c’est très bien.

Je comprends que les excès de certaines prises de paroles de type soixante-huitard dans l’Église aient pu déclencher une allergie chez de nombreux catholiques pour ce qui touche les choses du monde. Certains ont donc tendance à se réfugier dans le spirituel pour échapper à la corruption qui nous entoure et qui pénètre parfois jusqu’au sein de l’Église. Mais c’est un piège tendu à l’Église, une impasse voulue par les tenants des Lumières, responsables d’un laïcisme qui veut enfermer le discours chrétien dans les églises et les sacristies !

 

Oui les évêques se font entendre, faut-il encore que leur discours soit catholique.

 

Cela existe. On vient d’en avoir une nouvelle preuve avec la lettre de Mgr Raffin, évêque de Metz : http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=719109

parue sur le Forum catholique.

C’est clair, complet et exhaustif. Et pas plus que le père Viot, il n’exclut la dimension politique du combat.

 

C’est par ce que nous allons assister à une confrontation d’évêques qu’il faut bien marquer les territoires. L’académicien-évêque d’Angoulème, Mgr Dagens qui est encore membre de la commission doctrinale de l’épiscopat s’est déjà manifesté contre les ultras-catholiques, révélant ainsi son relativisme académique.

De son côté, le nouveau vice- président de la Conférence épiscopale, Mgr Carré a déjà trouvé le ton qui s’ajuste à sa fonction. A propos de la loi Taubira il répond : « L’Eglise n’a pas à s’immiscer dans les lois civiles. C’est à nous catholiques, de trouver les motivations de notre comportement ».

On peut difficilement être plus fumeux !

 

Si les mots ont un sens on ne voit pas en effet pourquoi et comment l’Eglise interviendrait de façon indiscrète dans les lois civiles. Cela ne veut rien dire !

En revanche et c’est dans ce sens que ces paroles sont comprises, l’Eglise n’a pas a s’occuper des lois civiles qui sont de la responsabilité des citoyens et pas du pourvoir spirituel. Cette fonction négative de l’Eglise et ce report sur les « comportements » et tout simplement scandaleux.

 Ce n’est pas malheureusement le premier évêque dont nous constatons les carences au niveau élémentaire de l’exercice de la fonction.

 Rappelons pour Mgr Carré et consort, la Note doctrinale de la Congrégation de la foi, concernant certaines questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique (24 novembre 2002) : « L’enseignement de l’Eglise n’est pas une ingérence dans le gouvernement des pays. Il établit assurément un devoir moral de cohérence pour les fidèles laïcs, intérieur à leur conscience, qui unique et une ».

 

C’est à vous, évêque Carré, d’enseigner le devoir moral de cohérence.

 

Pour mémoire, Mgr Carré était le président de la commission doctrinale de la dernière conférence des évêques !

 

Les trois exemples de défaillances lourdes de Mgr Vingt-Trois, de Mgr Dagens et de Mgr Carré et d’autres que nous ne connaissons pas, nous obligent à nous interroger, dans la perspective d’une action des catholiques contre la loi Taubira, sur le fonctionnement de la Conférence épiscopale et ses membres.

 

Nous avons trouvé sur le Forum Catholique une grille qui nous aidera à voir clair dans cette formidable usine à gaz qui comprend 8 commissions, 9 conseils et 10 services nationaux.http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=718832

 

La CEF n’est pas seulement un lieu de partage et de communion, c’est un lieu de pouvoir !

A suivre



26/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres