Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Qu'est-ce que la Conférence des Evêques de France ?

Qu'est-ce que la Conférences des Evêques de France ?

 

Nous avons déjà abordé ce sujet à plusieurs reprises. Mais après tout ce que nous, (avec d'autres) venons de découvrir sur les positions de certains évêques, leurs orientations, les choix idéologiques et la qualité des  personnels, il nous paraît essentiel de rappeler ce qu'est véritablement  la CEF, à commencer par son statut canonique.

Cela est d’autant plus important que Le Salon Beige de ce jour publie l’information suivante sur Mme Monique Baujard, laquelle est connue de nos lecteurs car nous avons donné des détails complets sur cette personne.

 

19 juin 2014

Les positions de Monique Baujard dérangent les évêques

« Directrice du Service national famille et société de la conférence des évêques de France, Monique Baujard fait l'objet de sévères critiques quant à sa fidélité au Magistère de l'Eglise. Nous avons déjà vu que le livret du Conseil Famille et Société, résumant la Doctrine Sociale de l'Eglise, intitulé «Notre Bien commun», proposait quelques aspects étranges.

Par ailleurs, son invitation de l'idéologue du gender Fabienne Brugère à une journée de formation des responsables diocésains de la pastorale familiale, le 19 mars dernier, avait provoqué une levée de boucliers, jusque parmi les évêques. Cette polémique avait heureusement amené Mgr Pontier à annuler la venue de Mme Brugère, venue dont bon nombre d'évêques n'avaient pas été informés.

Dans le même registre, nous avions pu lire avec stupéfaction sa critique ouverte à l'endroit de l'encyclique Humanae vitae de Paul VI, allant même jusqu'à suggérer que le Pape François pourrait - à l'occasion sans doute du prochain synode sur la famille ? - en modifier la doctrine. (voir ici et )

Nous avons même vu qu'elle se plaignait que les évêques de France soient trop attentifs à leur communion avec l'évêque de Rome, comme si l'Eglise de France était une sorte d'Eglise autocéphale ! (voir ici)

Enfin, sur le grave sujet de l'avortement, elle a osé affirmer tout récemment, lors du Conseil d'administration de la COMECE (Commission des Episcopats de la Communauté Européenne) en mars dernier, que l'avortement est un droit des femmes. Cette remarque fait visiblement du bruit puisque, à notre connaissance, au moins deux cardinaux supérieurs de dicastères à Rome en sont informés et plusieurs évêques français pensent faire part de leur inquiétude à Mgr Grallet, archevêque de Strasbourg représentant la CEF à la COMECE. Et 3 évêques membres de la COMECE ont fait savoir qu'ils comptaient en référer à l'autorité.

Dans la Constitution Gaudium et Spes, le Concile Vatican II écrit :

"La vie doit donc être sauvegardée avec un soin extrême dès la conception : l’avortement et l’infanticide sont des crimes abominables."

Dans Evangelium Vitae, saint Jean-Paul II écrivait :

"Revendiquer le droit à l'avortement, à l'infanticide, à l'euthanasie, et le reconnaître légalement, cela revient à attribuer à la liberté humaine un sens pervers et injuste, d'un pouvoir absolu sur les autres et contre les autres."

Dans son discours au corps diplomatique, le pape François a déclaré :

"la seule pensée que des enfants ne pourront jamais voir la lumière, victimes de l’avortement, nous fait horreur".

Au vu de ces éléments, Mme Monique Baujard peut-elle rester Directrice du Service national famille et société de la conférence des évêques de France ? »

Cette dernière question n’est pas en rapport avec la gravité des faits qui sont reprochés à la dame en question dont nous rappelons ici que si elle est directrice du service, sa fonction est aussi celle de la politique et des relations internationales au sein de ce même service.

De plus elle a travaillé pour l’épiscopat avant cette fonction de direction .

Donc une seule question est à poser. Qui, à la CEF, a nommé Madame Baujard aux postes qu’elle a occupés depuis plus de dix ans ? Qui l’a proposée pour ces fonctions ?

Les chefs de service de la CEF, comme ceux des partis politiques, obéissent aux ordres de leurs supérieurs hiérarchiques. Ici les deux évêques en charge de la dernière nomination de Madame Baujard sont l’archevêque de Rouen, Mgr Descubes et l’évêque du Havre, Mgr Brunin. Ces deux évêques ont fait l’objet de nombreuses études dans notre livre Terrorisme Pastoral (dès 2009) et sur ce blog, en tout, plus de 25 articles documentés et jamais réfutés !

Le lampiste Baujard n’est pas le premier responsable.

Depuis de longs mois nous dénonçons ici la CEF et son appareil épiscopalo-médiatique (Madame Baujard est présente dans toutes les radios et TV catholiques, tous les journaux et revues ainsi que dans les bulletins diocésains.

Elle tient son autorité de sa nomination par les responsables de la CEF, et des présidents des conseils et commissions !

Vous ne serez pas déçus du voyage au sein de la CEF !

A suivre …



19/06/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres