Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Je sais rien mais je dirai tout...2 Excellente dénonciation des erreurs de Scannone par d'un lecteur

 

 

Un de nos fidèles lecteurs, attentif et savant, nous a envoyé ce commentaire éminemment approprié. A lire absolument !

 

 

 

NOTE CRITIQUE SUR un TEXTE de SCANNONE sj:

 

 

Le P.Scannone sous le vernis trompeur d’un vocabulaire abscons qui enveloppe de termes pseudos philosophico-théologiques obscurs des notions absolument fausses, hétérogènes et incompatibles qu’il associe abusivement, commet, sans doute de façon délibérément erronée et téméraire, des confusions qui rendent invalides son propos et anéantissent son raisonnement.

 

    En vue de bien comprendre un texte amphigourique destiné à en imposer aux simples et aux pauvres, manière étrangère à notre Seigneur qui parlait bonnement et simplement pour se faire comprendre de tous, et le cas échéant utilisait la parabole imagée pour pénétrer les esprits, définissons deux mots latins que Scannone ne traduit pas:

  • revelabile” : Etienne Gilson et les “Mélanges Mandonnet” [Cahiers d’études d'histoire littéraire et doctrinale du moyen âge] traduisent ce mot par “révélable” et expliquent que par là St Thomas Aquin entend ce que Dieu a révélé et qui cependant est accessible à la raison humaine, contrairement au “révélé” qui est au dessus de la saisie par la raison et qui ne serait jamais atteint sans le secours de Dieu:« Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine à partir des choses créées » (Dei Verbum Vatican II cf. Rm 1, 20). Pourquoi Dieu a-t-il daigné révéler ce qui pouvait néanmoins être connu par l’intelligence des hommes ? St Thomas l’explique sobrement & lumineusement: c’est que, de la sorte, des vérités nécessaires au salut qui n’eussent pu être atteintes que “d’un petit nombre”, en “beaucoup de temps” et “non sans beaucoup d’erreurs” par la raison, le sont par révélation d’une “façon plus ordinaire et plus certaine”.

Dieu est un maître d’école parfait et connaît les faiblesses de l’entendement humain, aussi pourvoit-il les hommes des connaissances salutaires avec perfection selon le mode le plus approprié au but qu’il se propose. Quelles sont ses vérités objet du révélable? Elles sont nécessairement essentielles et rares; St Paul les nomme dans l'Épître aux Hébreux (11:6) : “il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.” Ce sont les préambules de la foi que nous procure la raison, non sans efforts, ce qui justifie la révélation que Dieu nous en fit, par surcroît:

  • Manuductio” : c’est la main qui nous conduit à Dieu, Dieu lui-même qui nous attire paisiblement, secrètement, amoureusement à LUI: St Jean 6:44Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire” .
  • Il n’y a en premier lieu aucun lien de couple dans St Thomas Aquin entre “revelabile” et “manuductio” dont on ne voit pas bien ce qui relie ces deux notions hétérogènes sinon un rapprochement arbitraire de théologien moderniste en recherche de singularité.
  • D’ailleurs Scannone n’a été “inspiré” par le rapprochement de ce couple artificiel que parce qu’il “comprend ‘ l’unité noétique entre foi et raison selon le modèle Chalcédonien’…”. C’est à dire qu’au delà de ce langage volontairement compliqué -pour faire intellectuel- s’il y a, selon Scannone unité noétique entre foi et raison, c’est que la foi pour lui n’est que de l’intellect et de la raison (constitutifs de la noétique). Nous n’en sommes pas étonné, la foi, vertu théologale gratuite qui a Dieu pour objet et pour fin, en tant que vertu c’est à dire disposition stable vers le Bien parfait qui est l’Être, ne peut être réduite à la raison étant un acte de la volonté. Le réductionnisme noétique de la foi par Scannone convient à l’immanentisme moderniste par la confusion panthéiste de toutes choses.
  • L’audace ou plutôt le toupet du jésuite Scannone est d’enjamber la fausse confusion noétique Foi-Raison et de l’étendre hardiment, et illégitimement là où elle n’a rien à faire: “la structure de la Révélation du Christ dans son incarnation...selon le modèle Chalcédonien («inconfuse et indivise»).”

Tentons de décrypter cette manière brouillonne d’exprimer, cachée dans des langes immaculés, une bouillie brenneuse destinée à emmêler, amalgamer la foi & la raison en réduisant la vertu à un acte intellectuel pur. Le but du jésuite est de se recommander d’un Concile (Chalcédoine) qui, en 451, condamnant l’hérésie d’Eutychès confirma les deux natures du Christ que le moine hérétique confondaient, d’où le définition des deux natures «inconfuses et indivises» c’est à dire unies sans confusion.

 

MAIS, là où Scannone déconne c’est qu’il tente de nous faire prendre les vessies pour les lanternes en comparant la douteuse unité noétique foi/raison à l’indivision des deux natures selon Chalcédoine en escamotant L’INCONFUSION !  Il aura beau embrouiller les termes difficiles, une unité noétique (entre foi & raison- son fameux “couple”) est une confusion des deux dans l’ordre intellectuel ou de la pensée (idéalisme).  

 

Pire encore il nous dit que cette unité définie à Chalcédoine est relative à la “structure de la Révélation du Christ dans son incarnation, ses sacrements”...! MENSONGE SCANDALEUX !

 

Chalcédoine a défini l’unité de Personne du Christ ( et non de “la structure de la Révélation” ce qui ne veut strictement rien dire !) en deux natures, humaine et divine, sans division ni confusion”).

 

On voit où il veut en venir : éliminer la Personne du Seigneur de la grande clarification de Chalcédoine pour n’exalter que “la structure de son enseignement”.

 

Comment les hommes pourraient-ils adorer une structure?

 

En intellectualisant, rationalisant, évaporant la personne humaine et divine de Jésus dans une noétique kantienne idéaliste, incertaine, notionnelle, sans amour ni volonté ni transcendance, pure structure désincarnée d’une révélation académique anhistorique, l’Église perd définitivement son caractère ontologique d’épouse et corps mystique hiérarchique, magistériel, infaillible et sacerdotal.

 

Cette Eglise-là est mûre pour intégrer la LOGE universelle du GADLU impersonnel, tolérant envers tout, sans amour pour quiconque, sans sacrements et sans Eucharistie. Que serait cette "Présence" d’une “structure de révélation” sans les Corps, Sang, Âme et Divinité réels et substantiels déposés dans tous les Tabernacles du monde?

 

 

 



31/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres