Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Le cardinal Pell innocent en prison ; la maçonnerie libre en Australie

 

Texte français de LIFESITENEWS


 

 

ACTUALITÉS 

Un prêtre catholique maçonnique affirme que les évêques australiens ont approuvé l'adhésion de catholiques à la franc-maçonnerie

16 août 2019 ( journal Remnant ) - Un prêtre catholique et franc-maçon affirme que la Conférence des évêques a autorisé les catholiques à devenir des «francs-maçons australiens» en 2016.

Fr. Kerry Costigan, aujourd'hui retraité du diocèse de Toowoomba dans le Queensland, a publié un article dans la publication The Swag  dans lequel il a admis être membre du Ashlar Lodge depuis plus de dix ans. Dans l'article,  Franc-maçonnerie et Eglise catholique, le   p. Costigan a affirmé que la Conférence des évêques catholiques australiens avait approuvé l'adhésion de catholiques à la franc-maçonnerie australienne en 2016. Costigan a également écrit qu'il aimerait voir cette nouvelle politique rendue publique. (PDF de l'article est  disponible ici )

Synopsis du père Costigan

 

 

Image
L'article du prêtre a été publié dans l'édition d'hiver 2019 de The Swag.

Fr. L'article de Costigan commence par raconter comment les paroissiens d'une église où il était sur le point de célébrer la messe ont laissé des exemplaires de l'encyclique sur la franc-maçonnerie du pape Léon XIII dans le hall de l'immeuble. Il poursuit ensuite en expliquant que, selon lui, la franc-maçonnerie australienne diffère de celle trouvée en Europe, car elle est moins sectaire et politique.

Cet article affirme à plusieurs reprises que la franc-maçonnerie n'est pas un "organe unique et uni", mais que chaque pavillon a sa propre autorité suprême et constitue l'unique autorité sur ses membres. 

Fr. Costigan souligne un changement dans le caractère de la franc-maçonnerie après la Réforme et suggère que sa forme actuelle a été établie au XVIIIe siècle, date à laquelle elle a perdu sa nature sectaire et politique. Il cite ensuite le récit maintes fois répété d'un journaliste français du XIXe siècle, dont les maçons prétendent être à l'origine de leur mauvaise publicité. Le journaliste, Leo Taxil, a acquis une notoriété pour avoir initialement qualifié la franc-maçonnerie de satanique. Il est clair que cette explication ne tient pas compte du fait que la première encyclique papale condamnant la maçonnerie a été écrite 150 ans avant la venue de Taxil.

À ce stade, l'article devient un peu louche: le p. Costigan affirme qu'en 1984, la Conférence des évêques catholiques australiens a ouvert une enquête sur la franc-maçonnerie australienne. Fr. Costigan estime que la raison pour laquelle aucune conclusion n'a été publiée tient à l'  absence de conflit  entre le catholicisme et la maçonnerie. Il admet que cela contredit la politique du Vatican sur la franc-maçonnerie dans d'autres pays, mais ne mentionne pas le fait que l'interdiction s'applique effectivement dans le monde entier. 

Le prêtre ajoute qu'en 2016, des francs-maçons catholiques ont contacté les évêques australiens pour clarifier leur statut. À cette époque, les hommes catholiques seraient les grands maîtres des lodges de l’Australie occidentale, du Queensland et de l’Australie du Sud / Territoire du Nord. Le Grand Maître de la SA / NT a préparé une soumission pour les évêques et leur a demandé un jugement faisant autorité. Le secrétaire de l'ACBC aurait alors demandé aux Grands Maîtres de toutes les loges australiennes une soumission combinée, qui devait contenir des informations sur les idéaux et principes de base de la franc-maçonnerie australienne.

Selon le p. Costigan, les évêques catholiques australiens, via leur secrétaire, a ensuite répondu que  "tout homme catholique peut se joindre à la franc-maçonnerie telle qu’elle existe en Australie aussi longtemps que sa conscience l’accepte." Le père Costigan a ajouté que "la réponse demandait également que l'adhésion au Craft se fasse de manière discrète et sans publicité", et il supposait que cet appel à la discrétion était dû à l'interdiction de la maçonnerie à l'étranger.

Fr. Costigan termine son article en remerciant les évêques pour leur approche pastorale, en espérant que leur déclaration sera bientôt rendue publique. (On se demande comment un article paru dans un journal national ne pourrait pas être considéré comme public!) Il a déclaré que les maçons catholiques australiens "ont été condamnés injustement par la condamnation généralisée de toute la franc-maçonnerie" et se sont terminés par un message quelque peu blasphématoire "Que Dieu prospère dans l'artisanat . "

«Mille» francs-maçons catholiques dans le Queensland seulement

Fr. La participation de Costigan à l'Ashlar Lodge est connue depuis presque une décennie. En 2010, Tim Pemble-Smith, de  la  branche QLD de la Ligue de Lépante, a demandé à Mgr William Morris, ancien Ordinaire du diocèse de Toowoomba, de clarifier la relation du prêtre avec la loge, ainsi que de clarifier sa propre position sur la franc-maçonnerie. Mgr Morris a refusé de répondre directement à M. Pemble-Smith. Il a plutôt publié une clarification dans une publication diocésaine selon laquelle «le père Kerry entretient une relation d'amitié et de soin pastoral» avec la loge. 

Il n'y avait aucune mention de la propre position de Mgr Morris sur la franc-maçonnerie. En 2011, le pape Benoît XVI a révoqué  Mgr Morris  pour avoir refusé obstinément de renoncer à des postes hérétiques sans lien de parenté. Parmi celles-ci, citons notamment la promulgation du troisième rite de réconciliation et son soutien sans faille à l'ordination des femmes. Il convient de noter que Mgr Morris s’est accroché à son poste pendant quatre ans après la première demande de démission du Vatican.

Le Lépante a  également rapporté en 2011 qu'un prêtre catholique avait organisé un service de prière public pour les membres de la loge Oddfellows - une organisation secrète affiliée aux maçons - et qu'il y aurait «mille catholiques» francs-maçons dans le Queensland. Une déclaration de Michael Putney, alors évêque auxiliaire de Brisbane, était très révélatrice. Mgr Putney a déclaré que l'œcuménisme éliminait de nombreux obstacles et que «la manière dont l'Église réagit à des groupes tels que la loge maçonnique est une question pastorale différente qui varie selon les localités».

L'affirmation de Mgr Putney selon laquelle la politique de l'Église en matière de franc-maçonnerie peut varier d'un endroit à l'autre constitue une violation flagrante de la directive de 1983 de la Confraternité pour la doctrine de la foi, comme indiqué ci-dessous.

Le CDF a parlé

Il ne fait aucun doute qu'une certaine confusion autour du statut de franc-maçonnerie est apparue lors de la révision du Code de droit canonique en 1983. 

Le nouveau code n'a pas réappliqué la peine d'excommunication pour les catholiques membres maçonniques. Cela a conduit certains évêques à conclure à tort que les principes de base du franc-maçon varient d'un endroit à l'autre et que, par conséquent, sa pratique dans un lieu particulier ne constitue pas nécessairement un danger pour le salut du catholique. 

Cependant, les évêques allemands favorables au maintien de la peine d'excommunication ont  conclu  que la franc-maçonnerie était «un danger extraordinaire» pour l'Église. De même, le cardinal Pietro Palazzini a  parlé  de la nécessité de maintenir la peine d'excommunication, car la franc-maçonnerie "élimine la vérité et révèle la religion tout en accueillant les catholiques comme des" idiots utiles "."

Il est intéressant de noter que le juge Michael Kirby, alors commissaire adjoint de la Commission de réforme du droit et ancien juge de la Cour suprême, était plein d'espoir que l'examen par le Vatican des catholiques et des membres maçonniques mettrait fin à l'interdiction.  Dans une allocution  à la Lodge University de Sydney, M. Kirby a prédit que "les catholiques pourront bientôt devenir francs-maçons sans craindre l'excommunication". 

Bien que le nouveau code de droit canonique soit moins explicite que son prédécesseur,  Quaesitum es  - la déclaration la plus récente du CDF sur la maçonnerie - est aussi clair que définitif:

  1. Le jugement négatif de l'Église sur la maçonnerie reste inchangé, car les principes maçonniques sont inconciliables avec les enseignements de l'Église.
  2. Les catholiques qui rejoignent les maçons sont dans un état de grave péché et ne peuvent pas recevoir la Sainte Communion.
  3. Aucune autorité ecclésiastique locale n'est compétente pour déroger à ces jugements de la Sacrée Congrégation. "  (Soulignement ajouté.) 

Franc-maçonnerie australienne: aucune différence avec aucune autre forme

Un porte-parole de la franc-maçonnerie Victoria a assuré cet auteur qu'il y avait peu de différence entre la franc-maçonnerie australienne et celle pratiquée dans d'autres juridictions. Il a expliqué qu'il existe par exemple des différences mineures dans les codes vestimentaires ou les saluts, mais que les principes de base sont les mêmes et que la franc-maçonnerie australienne est très proche de celle de la Grande-Bretagne. Il a confirmé que la seule condition requise pour être membre «de leur foi» est la croyance en «une divinité» ,  mais que les membres sont libres de choisir qui est cette divinité. Il a également confirmé que le nom de Jésus-Christ n'est mentionné dans aucun rituel, du moins dans les niveaux inférieurs.

Donc même si un des p. Les affirmations de Costigan sont vraies - la franc-maçonnerie australienne n'a pas de nature politique ou sectaire - la maçonnerie de ce pays conserve les marques philosophiques qui la rendent incompatible avec le catholicisme.

Cette incompatibilité inchangée a été maintes fois répétée par l'Église.

Le pape saint Léon a clairement indiqué que "la fédération maçonnique doit être jugée non par les choses qu'elle a faites ou complétées, mais par la somme de ses opinions prononcées". ( Humanum Genus  §11 .)  Cet enseignement a été repris en 1980 par les évêques allemands, qui ont déclaré:

 

«Les francs-maçons n’ont pratiquement pas changé. L’adhésion met en question les fondements de l’existence chrétienne. Des enquêtes détaillées sur les rituels maçonniques et les idées fondamentales, ainsi que sur leur compréhension de soi actuelle et inchangée, le montrent clairement: une adhésion simultanée à l’Église catholique et aux francs-maçons est incompatible." (Hérésie par association, p. 195.)

À la conclusion d’une enquête des évêques américains sur la franc-maçonnerie en 1985, Cardinal Law a  déclaré : "Et même si les organisations maçonniques ne peuvent pas, dans certains cas, comploter contre la foi, il serait toujours faux de les rejoindre, car leurs principes fondamentaux sont inconciliables avec ceux de la foi catholique ".

Ainsi, son activité pratique est hors de propos; c'est la philosophie qui met en danger l'âme d'un homme.

Le verset ci-dessous provient  d'un hymne  qui était utilisé dans les rituels maçonniques australiens en 1951. Il illustre l'incompatibilité de la maçonnerie avec le catholicisme; à savoir que pour le franc-maçon, le salut peut être réalisé sans les sacrements et sans l'action rédemptrice de Jésus-Christ.

"Aussi pur que cet insigne puisse être ta vie, si tu restes par ses enseignements;

La sainte face de Dieu, tes yeux le verront, si tu veux faire de cet insigne ton guide. "

La franc-maçonnerie est toujours politique

Philosophie déiste à part, le p. Costigan a tort d'écrire que la franc-maçonnerie australienne ne présente aucun danger politique. Malgré ses opinions, les activités pratiques de la franc-maçonnerie ont longtemps été une source de discorde. Dès 1876, on accusait la franc-maçonnerie d'être le moteur de la laïcisation du système éducatif australien. Le docteur Roger Vaughan, archevêque de Sydney à l'époque, a condamné la franc-maçonnerie pour avoir secrètement poussé en faveur d'une "éducation laïque, gratuite et obligatoire universelle", contrôlée par le gouvernement. 

Depuis lors, des  accusations  d'influence maçonnique ont été portées devant les tribunaux et les nominations de professeurs d'université à divers moments et lieux de l'histoire du pays. Bien que toutes les allégations n'aient pas été prouvées, il ne fait aucun doute que les francs-maçons ont pu exercer une influence énorme sur tous les aspects de la société australienne depuis la fondation du pays. Des personnalités australiennes telles que Joseph Banks, le gouverneur Lachlan Macquarie, les explorateurs Oxley, Hume et Leichhardt, Sir Charles Kingsford Smith, Sir Donald Bradman, James Boag et Sir Edward `Weary 'Dunlop  étaient des francs-maçons. Et de nombreux membres du Parlement du Commonwealth ont été des maçons, y compris presque tous les premiers ministres conservateurs jusqu'en 1972, d'Edmund Barton à William McMahon.

Les choses sont peu différentes au Royaume-Uni, où il y a eu  des appels historiques à des enquêtes gouvernementales sur la maçonnerie et des allégations contemporaines de corruption impliquant des francs-maçons dans le  domaine médical  et dans la  police.

Que dit la conférence épiscopale?

Fr. Les déclarations de Costigan ont été réfutées par un porte-parole des évêques australiens. Gavin Abraham, responsable des communications pour le CBBC, a répondu aux questions concernant l'article:

«La Conférence des évêques catholiques australiens a échangé une correspondance privée avec des représentants de la franc-maçonnerie ces dernières années. Fr. Les écrits de Costigan ne reflètent pas avec précision le contenu de cette correspondance privée ni aucune politique de la Conférence. "

Ce que cette déclaration ne mentionne pas, c’est qu’elle ressort du p. L'article de Costigan selon lequel les «responsables de la franc-maçonnerie» étaient ces  hommes catholiques,  grands maîtres des grandes loges des États à l'époque, demandant des éclaircissements sur leur statut. De plus, l'énoncé omet complètement de rendre compte de la version des choses du prêtre. Citant le p. Article de Costigan:

“… La réponse donnée par écrit sur le papier à en-tête officiel de l'ACBC était que tout homme catholique pouvait rejoindre la franc-maçonnerie tel qu'il existe en Australie, à condition que sa conscience soit d'accord. La réponse demandait également que l'adhésion des catholiques à l'artisanat se fasse de manière discrète et sans publicité. Nul doute que cela n’a pas été publiquement opposé à l’enseignement de l’Église catholique sur la franc-maçonnerie existant dans d’autres pays.

«Cette décision de l'ACBC serait certainement appréciée par les catholiques membres du Craft. Nous exprimons notre gratitude aux évêques d’Australie pour leur approche ouverte, sensible et pastorale de cette question.

"Nous espérons que cette approbation sera rendue publique dans peu de temps. À l'heure actuelle, de nombreux hommes catholiques appartenant au Craft ici en Australie ont été condamnés injustement par la condamnation générale de toute la franc-maçonnerie."

Fr. Costigan serait en convalescence après l'opération et incapable de parler au public. Ainsi, son article représente-t-il la réalité déformée d'un vieil homme malade? Ou y a-t-il des évêques en Australie qui tolèrent et même promeuvent l'idée que la franc-maçonnerie est acceptable pour les catholiques?

Tout cet épisode soulève plus de questions qu'il n'en résout. À une époque où il y a des allégations crédibles de Franc-maçons infiltrant l'Église au plus haut niveau, un prêtre australien affirme qu'il est maçon depuis une décennie, apparemment avec l'approbation de ses supérieurs. Les évêques disent qu'ils n'ont pas violé la politique de l'Église concernant la composition maçonnique, mais le p. Costigan affirme qu'il a une déclaration officielle sur le papier à en-tête officiel, au contraire. 

Qu'en est-il des «mille» catholiques francs-maçons du Queensland? Qu'en est-il des grands maîtres prétendument catholiques qui devraient donc être exclus de la communion? Où est la condamnation vocale de la franc-maçonnerie australienne par les évêques?

Il faut espérer qu'une personne de l'ACBC sera suffisamment concernée pour prendre des mesures dans ce dossier grave. Des âmes sont en jeu, et il appartient aux laïcs de persévérer pour exiger des réponses de nos évêques à ce sujet, ainsi que pour toute déviation de la doctrine catholique.

Note de l'éditeur: Ce rapport apparaît pour la première fois dans le journal Remnant ici . Il est publié ici avec permission. 

 

 



17/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres