Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Le vote des catholiques

Il y a un grand risque de ma part à vouloir me mêler de commenter les résultats des élections.

L’échec de ce qu’on appelle communément la droite est essentiellement dû à l’appareil épiscopalo-médiatique.

Si 70% des catholiques pratiquants (language des sondages), ont voté à droite cela veut dire que 30% ont voté à gauche ou se sont abstenus. Ces 30% restants ne vont pas à la messe ou si peu et ne sont  pas encouragés à faire leur devoir dominical. S’ils allaient à la messe ils auraient voté à droite....

Ceux qui ont voté à gauche y sont entraînés par la mouvance d’action catholique ou de leur cartel d’entente tel  le CCFD ou le Secours Catholique dont le président Soulage est membre du parti socialiste et qui diffusent à longueur d’année les thèses du PS à travers les positions tiers-mondistes et pro-immigration. Ces cartels sont directement sous l’autorité de la Conférence épiscopale et participent à ses relais dans l’opinion publique.

Il existe au sein de l’épiscopat français un lobby socialiste qui s’est manifesté il y a plus de 25 ans de façon très directe lors du procès qui m’opposait au CCFD. Mon évêque témoin à charge a déclaré au tribunal : « Le socialisme n’est pas un péché ».

 

-          Mon analyse a été écrite avant que ce texte  paraisse sur LA VIE -

 

François Soulage aurait voulu une parole forte des évêques ! Faut-il lui rappeler que cette parole il l'a toute l'année et qu'elle remplit les caisses du Secours Catholique. Il s'exprime dans tous les supports de l'appareil épiscoplalo-médiatiques et dans une multitude d'autres qui relaient ses sophismes.Par mandat il agit sous l'autorité de la Conférence épiscopale.


PrésidentielleFrançois Soulage : "Un extraordinaire décalage entre catholiques pratiquants réguliers et occasionnels"
Anne Guion - publié le 07/05/2012

 

François Soulage, président du Secours catholique, réagit à notre sondage sur le vote des catholiques et le rôle des questions de société telles que l'euthanasie et le mariage homosexuel sur leur décision. 40% des catholiques pratiquants et seulement 25% des pratiquants occasionnels jugent que ces sujets ont joué un rôle important sur leur vote.

 

Comment réagissez-vous à notre sondage ?
D'abord, je me suis dit qu'il était dommage que vous n'ayez interrogé les catholiques que sur l'euthanasie et le mariage des homosexuels. Surtout, ces résultats sont un mauvais signe pour l'Eglise catholique. Ils montrent un extraordinaire décalage entre les catholiques pratiquants réguliers et les catholiques pratiquants occasionnels. Ces derniers réagissent pratiquement dans la norme de la société française concernant l'euthanasie et le mariage homosexuel. Cela veut dire que ceux-ci n'ont pas vu la dimension anthropologique et sociétale de ces questions. Cela me paraît grave. Ceux qui se sont déterminés en fonction de ces questions sont les plus conservateurs. Les catholiques occasionnels ne se sont pas saisi de ces questions et n'en ont pas vu la portée. Ils ne semblent pas avoir été touchés par le discours de l'Eglise catholique, sans doute trop conservateur, en décalage avec la société. Or, si nous ne voulons pas que le nouveau gouvernement apporte des solutions trop rapides à ces questions fondamentales, il faut arriver à mobiliser ces pratiquants occasionnels sur le devenir anthropologique de l'homme. Ce n'est pas une question de morale conservatrice ! J'ai moi même voté pour François Hollande et hier, j'étais avec des amis prêtres et nous avons fêté ensemble la victoire. Mais très vite, nous nous sommes dit qu'il allait falloir mobiliser et se battre sur ces questions.

 

Le  vote massif (79%) pro Nicolas Sarkozy des pratiquants vous a-t-il surpris ?
Je m'attendais à 65, 70 % , un score classique, mais 79%, c'est beaucoup ! Cela veut dire, si l'on fait un calcul que, les catholiques qui ont voté Le Pen au premier tour ont voté Sarkozy au deuxième. Concernant l'immigration, il me semble que la masse des catholiques n'a pas entendu le discours de leurs évêques. Sur le respect de la vie à ses débuts, lorsque j'entends des gens dire qu'on ne peut pas accepter qu'une femme avorte, je leur réponds, alors acceptez que cette femme soit accompagnée tout au long de sa vie ! Comment accepter que cette femme soit abandonnée ? Même chose dans les pays en développement : comment accepter que l'on exploite des enfants pour construire des Iphone, que l'on utilise ici ? Le "respect de la vie" sans respect "tout au long de la vie" pour les hommes et les femmes en France et dans le monde entier, c'est de l'hypocrisie !

 

Les catholiques ont semblé particulièrement divisés lors de cette élection, avec des positions très arrêtées...
Il y a eu un certain clivage. J'ai ressenti une poussée à gauche au Secours catholique. Les bénévoles qui travaillent avec les migrants n'en pouvaient plus du discours d'exclusion de Sarkozy. Il a été parfois difficile de discuter avec certains catholiques.
J'aurais préféré que les évêques parlent plus. Ils n'ont pas assez tenu compte du débat parmi les catholiques. Nous manquons d'une parole forte.»



08/05/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres