Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Les origines de la théologie du pape François

Les origines de la théologie du Pape François

 

Les commentateurs les plus attentifs aux dernières déclarations pontificales en Afrique ont sursauté !

 

Sandro Magister a repris  l’analyse de l’article de l'Américain John Allen : « For the Pope Francis, wisdom comes from the poor ». (Pour le Pape François la sagesse vient des pauvres) http://www.cruxnow.com/church/2015/11/28/for-pope-francis-wisdom-comes-from-the-poor/

 

“The path of Jesus began on the peripheries,” he said Friday. “It goes from the poor and with the poor, toward others.”

 Le chemin de Jésus commence dans les périphéries…Il part des pauvres et avec les pauvres, vers les autres.

 

If you want to understand Francis’ agenda, in other words, you don’t need to Google the Catechism of the Catholic Church or the Code of Canon Law. You’d be better off heading to some place like Kangemi.

 

Avec humour, John Allen termine son article :

 

En d’autres termes si vous voulez comprendre le programme de Francis, vous n’avez pas besoin d’aller sur Google voir  le site Catéchisme de l’Eglise catholique ou celui du Droit Canon. Il vaut beaucoup mieux partir vous installer dans un endroit  comme Kagami.” (Lieu de la déclaration du pape, quartier pauvre de Nairobi).

 

 Sandro Magister est plus radical dans le titre de son article du 27 novembre dans l'Espresso : «  L'innata « saggezza » dei poveri, terza fonte della Rivelazione. » La sagesse innée des pauvres, troisième source de la Révélation.

 

Sandro Magister reprend les paroles mêmes du pape qui oppose la sagesse des quartiers populaires à celle de la société de consommation.

La culture des quartiers populaire est imprégnée de cette sagesse particulière dont les caractères positifs sont la solidarité, le don de la vie pour l’autre, la préférence de la naissance sur la mort ; donner une sépulture chrétienne à ses propres morts, offrir une place à un malade dans sa propre maison, partager le pain avec l’affamé, la patience et la force d’âme dans les grandes adversités.

Ces valeurs ne sont pas cotées en bourse, elles n’ont pas de prix sur le marché.

 

Le pape ajoute : « Je me félicite d’être avec vous, je vous accompagne et je veux que vous sachiez que le Seigneur ne vous oublie pas. Le chemin de Jésus…etc ».

 

Le site du professeur de Mattei reprend exactement l’article de Sandro Magister et souligne que le pape n’a pas parlé des martyrs de l’Ouganda victimes des abus sexuels de leur roi !

 

Aucun ne dit d’où vient cette théologie nouvelle.

 

Dans un de ses discours le pape va jusqu’à reprendre pour les pauvres de l’Afrique le slogan de la théologie de la libération et de tous les mouvements populaires d’Amérique latine, celui des trois « t » : techo, un toit, trabajo, du travail, tierra, la terre.

 

Cela aurait pu orienter la recherche sur l’origine de ce discours. Mais nous sommes obligés de constater une fois de plus que l’inspiration théologique initiale du pape est totalement ignorée. Nous n’avons pas fini d’en découvrir tous les aspects mais le lecteur pourra se reporter à nos articles antérieurs, « Le pape qui vient de loin ».

 

Mais il s’agit là d’une constante de la pensée des idéologues du pape. Nous l’avons signalé dès l’élection du pape dans les propos de Juan Carlos Scannone, SJ, qui est le principal auteur de la théologie du peuple.

 

Sans aller si loin un autre jésuite, Antonio Spadaro, en a donné une formulation des plus précises dans sa relation du synode, Vocation et mission de la famille. ( Civilta Cattolica, 28 novembre 2015, pages 372-391) :

 

« Le fait que le processus synodal ait été initié par un questionnaire, manifeste un contenu d’une valeur fondamentale. En effet comme l’a dit le Pontife : « le sensus fidei empêche de séparer d’une façon catégorique (rigidamente) Ecclesia docens de Ecclesia discens, puisque même le Troupeau possède un « flair » propre pour discerner les nouvelles routes que le Seigneur ouvre à l’Eglise ».

 

Selon les auteurs et les circonstances, le Troupeau change de nom : peuple de Dieu, périphérie, religion populaire, l’Eglise des pauvres, l’Eglise des opprimés, etc …Si on est savant on dira : ‘la collégialité épiscopale doit vivre à l’intérieur d’une Eglise entièrement synodale » ( Antonio Spadaro).

 

Vivement que les théologiens se mettent à l’ouvrage pour non seulement dénoncer les effets de cette théologie aberrante mais surtout les causes, les sources véritables de ce succédané de la théologie de la libération la plus radicale !

 

 

 

 

 

 



04/12/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres