Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Marrakech. L'empereur ne va pas à Canossa. C'est le pape qui rend les armes à l'EMPIRE

Marrakech, le discours de l’Eglise catholique et les Médias

 

Commençons par les médias.

 

Ils n’ont pas lu le texte. Ils n’ont pas d’archives. Ils ignorent qui sont ceux qui parlent. Cependant, ils vont écrire ! Quoi ? Ce que tout le monde sait déjà. Maître Goldnadel a résumé le document en une belle formule, c’est « une ode à l’immigration ». Tout le monde peut la répéter et tout le monde a raison.

 

Nous savons que  personne ne s'est donné la peine de lire la place qu’occupe l’immigration dans la théologie du pape donc aucune analyse à attendre de ce côté.

 

Le Pacte Mondial comprend 41 pages, 23 objectifs avec conclusion, « mise en œuvre, suivi et examen. »

 

Un excellent site espagnol, Infovaticana,  a lui, lu le texte. Il explique que le pape et la cohorte de ses féaux ont accepté de donner leur caution à un document qui renvoie directement à l’OMS sur la santé sexuelle et reproductive de la femme. Il recommande l’avortement légal, provoqué et sûr. Ces dispositions ont été données dans différents textes en 2012, 2014, et 2015 par les services de l’OMS.

On trouvera dans le Pacte ce renvoi aux « recommandations pertinentes données par l’OMS : « Priorités et principes directeurs de l’OMS » (- objectif 17, § e.)

 

Brèves remarques

 

Nous ne pouvons tout commenter.

Ce qui s’impose c’est le droit international ! C’est-dire celui de l’Europe et des autres instances mondialistes : page 5, § c.

« Souveraineté nationale. Le Pacte mondial réaffirme le droit souverain des États de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international. Compte tenu de la diversité des situations, des politiques, des priorités et des conditions d’entrée, de séjour et de travail des pays, les États peuvent, dans les limites de leur juridiction souveraine, opérer la distinction entre migrations régulières et irrégulières, notamment lorsqu’ils élaborent des mesures législatives et des politiques aux fins de l’application du Pacte mondial, conformément au droit international ».

L’objectif 10 et l’objectif 11.

Les recommandations « surveiller les itinéraires » des migrations et « gérer les frontières ». Le général Gomart a déclaré récemment que tout cela était parfaitement connu des gouvernements européens. « L’INVASION N’AVANCE PAS AU HASARD. LE GÉNÉRAL GOMART, PATRON DU RENSEIGNEMENT MILITAIRE a donné toutes les informations sur les voies et moyens actuels de l’invasion de l’Europe !

Donc pas besoin des services mondialisés pour savoir ce qu’il se passe.

A côté des mesures administratives mises en place, on a droit à tous les poncifs : « respect mutuel des cultures traditionnelles et des coutumes » (page28), « dialogue interculturel » (page 29), « autonomisation des femmes et des filles ». Comme le déclare l’introduction nous sommes dans un panorama des migrations à 360°. La formule est si belle que le représentant du Saint-Siège, le cardinal Parolin n’hésitera à la reprendre dans son intervention !

 

Le soutien du pape et de l’appareil ecclésiastique au Pacte Mondial

 

Le pape est un adepte de la défense des droits de l’homme mais à cette occasion il s’est surpassé : il lance un appel à « tous ceux qui ont des responsabilités institutionnelles, en leur demandant de mettre les droits de l’homme au centre de toutes les politiques y compris de coopération au développement, même quand cela implique d’aller à contre-courant » ! Sans doute ne connaît-il pas la formule de Saint Paul « omnia instaurare in Christo » !

 

Il se lamente sur l’injustice, le mépris de la dignité humaine et les enfants auxquels on nie le droit de naître. Mais dans le même temps son Secrétaire d’Etat applaudit au Pacte Mondial qui inclut les pratiques abortives de l’OMS.

 

Le cardinal Parolin a validé le Pacte Mondial au nom du pape, en cautionnant la moralité des dispositions qui visent à assurer une « migration sûre, ordonnées et régulière » ! L’idéologie pontificale ruine tout espèce de discernement. Le Pacte Mondial est la mise en place d’une immense machine administrative de gestion des populations pauvres du globe qui deviennent au gré des marchés du travail, des migrants à vie !

Il faut savoir que le Saint-Siège a travaillé activement à la préparation de ce Pacte. Cela a été répété notamment par son représentant à l’ONU, Mgr Bernadito Auza.

 

Mais le plus étonnant soutien vient du président de la Commission Européenne des Evêques d’Europe, la COMECE. Ce président, Jean Claude Hollerich est archevêque de Luxembourg et jésuite. Le réseau jésuite est à l’origine de la structure européenne de l’Eglise, il ne faut jamais l’oublier.

 

Si l’on est attentif à la présence de l’Eglise dans les affaires politiques du monde spécialement pour ce qui concerne la globalisation ou mondialisation, on s’aperçoit que les représentants de l’Eglise catholique ont tenu le même discours à Marrakech qu’à Katovice. Le Pacte Mondial a également un développement spécial sur le changement climatique et les migrations. La spécialiste de l’épiscopat français pour l’écologie qui couvrait l’événement en Pologne, Elena Lasida, ne s’est pas trompée. Son appréciation sur la COP24 peut s’appliquer aussi au Pacte Mondial : « C’est tout notre rapport du vivre ensemble que nous devons redéfinir ».

 

Le Pacte Mondial comme la COP24 vise, à travers la mise en place d’une gigantesque administration planétaire à redéfinir tous les rapports humains. Ne pas voir cela c’est faire preuve d’un aveuglement politique absolu.

 

Voici deux preuves qui montrent que le processus a été bien préparé !

 

1 - Il s’agit d’un document officiel de l’ONU de juin 2018

 

 Migration de remplacement : une solution au déclin et au vieillissement démographiques ?

Les projections des Nations Unies indiquent pour les 50 prochaines années un déclin et un vieillissement des populations de pratiquement tous les pays d'Europe et du Japon. Ces nouveaux défis nécessiteront une réévaluation complète de nombreux programmes et politiques établis, y compris ceux qui ont trait aux migrations internationales.

Se concentrant sur ces deux tendances démographiques le rapport examine la migration de remplacement pour huit pays à faible fécondité (France, Allemagne, Italie, Japon, Corée du Sud, Russie, Royaume-Uni, États-Unis) et deux régions (Europe et Union européenne). Par migration de remplacement, on entend la migration internationale dont un pays aurait besoin pour compenser le déclin démographique et le vieillissement de la population résultant de faibles taux de fécondité et de mortalité.

 

C’est exactement une des préconisations du Pacte Mondial. Le calcul est simple : la main d’œuvre bon marché fait baisser dans un premier temps les salaires « élevés » des nations industrialisées ; et dans un deuxième temps ces populations nouvelles seront maintenues dans un état de survie en limitant leurs besoins sur place ou seront redirigées vers d’autres pays.

 

2 – Le cardinal Parolin à l’assemblée des Bilderberg en 2017

 

Nous ne saurons jamais ce qu’il a dit à cette réunion secrète. Mais nous pouvons retenir que la position prise par l’Eglise catholique ne date pas d’aujourd’hui. Et il n’est pas difficile d’imaginer que le cardinal a tenu le même langage que Paul VI à l’ONU le 4 octobre 1965.

 

« Nous serions tenté de dire que votre caractéristique reflète en quelque sorte dans l'ordre temporel ce que notre Eglise Catholique veut être dans l'ordre spirituel : unique et universelle. On ne peut rien concevoir de plus élevé, sur le plan naturel, dans la construction idéologique de l'humanité. Votre vocation est de faire fraterniser, non pas quelques-uns des peuples, mais tous les peuples. Entreprise difficile ? 

Sans nul doute. Mais telle est l'entreprise, telle est votre très noble entreprise. Qui ne voit la nécessité d'arriver ainsi progressivement à instaurer une autorité mondiale en mesure d'agir efficacement sur le plan juridique et politique ?  

Vous avez, Messieurs, accompli, et vous accomplissez une grande œuvre : vous enseignez aux hommes la paix. L'ONU est la grande école où l'on reçoit cette éducation, et nous sommes ici dans l'Aula Magna de cette école. Quiconque prend place ici devient élève et devient maître dans l'art de construire la paix. Et quand vous sortez de cette salle, le monde regarde vers vous comme vers les architectes, les constructeurs de la paix. »

 

Paul Vi n’est pas affecté par le délire mondialiste d’aujourd’hui. Il est obnubilé par le mirage démocratique qui s’est emparé de l’Europe et du monde après la deuxième guerre mondiale : « Le nouveau nom de la Paix est le développement » … « les peuples se tournent vers les nations Unies comme vers la dernière espérance de la Concorde et de la Paix » … etc

 

Il ne sait pas que « la construction idéologique de l’humanité » est déjà parfaitement organisée et que son utopie démocrate chrétienne n’est qu’un pauvre discours supplétif comme celui de l’église bergoglienne aujourd’hui. A cette différence près : aujourd’hui cette église adhère consciemment au mondialisme.

 

A suivre…

 

 

 



13/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres