Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Mgr Stenger désinformateur / dissimulateur ?

Mgr Stenger : désinformateur / dissimulateur ?

 

(Ce dossier est épais car il contient les textes essentiels qui ont été cachés aux catholiques du diocèse de Troyes et à tous les hommes de bonne volonté)

 

A la page 5 de la Revue Catholique du diocèse de Troyes du mois de décembre dernier, l’évêque de Troyes « apprenait » aux fidèles qui en avaient été averti par la presse locale, qu’il était devenu vice –président de l’Observatoire Pharos du Pluralisme des Cultures et des Religions.

L’évêque explique :

«  Ce n’est pas une responsabilité supplémentaire, mais le développement d’une préoccupation de Pax Christi (dont il est le président), qui a commencé à prendre forme, lorsqu’a été lancé, en 2008, le mouvement de mobilisation en faveur des chrétiens d’Irak.

[…]

De notre expérience et de nos convictions partagées est née en 2009 une association qui réunit une grande diversité de personnes attachées à la défense du pluralisme. C’est en son sein qu’a été conçu, en 2010 et 2011, le projet d’un Observatoire du Pluralisme  des Cultures et des Religions, auquel a été donné le nom de Pharos, et qui veut être au service des droits de l’homme .

Nous avons choisi pour la présidente de l’Observatoire, une laïque universitaire, spécialiste de droit international, Madame Mireille Delmas-Marty, et les représentants des diverses religions sont tous vice-présidents.

Au moment où nous nous préparons à accueillir Celui qui est venu pour donner  la paix et la lumière à tous les hommes, confions-lui ce projet ».

Après la lecture de cette présentation   on ne sait évidemment rien ni de la chose ni des personnes. Le journaliste de l’Est-Eclair qui donnait la nouvelle en primeur n’en savait pas davantage.

L’Observatoire de Pharos est une de ces multiples structures qui n’a d’autre objectif que de soutenir la politique du gouvernement français.  Nous en donnons ci-après toutes les preuves.

En réalité cet « observatoire » est issu de trois autres organismes. Outre Pax Christi, nous avons comme géniteurs « Chrétiens de la Méditerranée »(CM), et le « Réseau pluralisme des cultures et des religions » (RPCR). Cette filiation est si évidente que l’on retrouve les personnes   de RPCR dans l’Observatoire Pharos (OP), certaines avec la même fonction ; quelques  têtes nouvelles cependant dont la présence nous le verrons est hautement significative.

BUREAU

Marc Stenger vice- président OP, président de RPCR, partenaire de CM

Jean-Arnold de Clermont, vice président OP, vice président RPCR, président de la Conférence des Eglises Protestantes (KEK)

Frédéric Fonfroide de Lafon, vice président  (OP), ancien Directeur délégué du Groupe Bayard Presse. Personne bien en cour à l’archevêché de Paris

Dunia Oumazza, vice présidente OP, Directrice du Secours Islamique de France. «  S’appuyer sur les valeurs de l’Islam c’est faire de l’universalisme ».

Jean-Claude Petit, secrétaire OP, président de Chrétiens de la Méditerranée, Président du centre National de la Presse catholique, plus de 30 ans à La Vie, secrétaire RPCR

Gérard Testard, trésorier OP, trésorier RPCR ; Président de Fondacio, communauté Charismatique, membre de « Ensemble pour l’Europe » mais sans christianisme dominant, Signataire de la Déclaration de l’An 2000 du groupe Paroles pour une église démocratique et un concile Vatican III ((voir Le Terrorisme Pastoral, pages 133-137).

ADMINISTRATEURS

Esther Benbassa, sénatrice EELV, vice présidente de la Commission des lois. Elle est entrée au Sénat « pour changer la France parce qu’elle l’aime mais ne goûte pas le mauvais coton qu’elle file ». Elle  est pro avortement, pour le droit de vote des étrangers, pour le mariage homo, pour la PMA et la GPA.

Jean-François Colosimo, Président du Centre national du Livre sur proposition de Frédéric Mitterrand, chargé de l’orientation scientifique de l’Institut européen en sciences des religions à Bruxelles dont régis Debray est le président d’honneur.

Christian Dauriac, journaliste RTBF

. Régis Debray, ancien guérillero, activiste trotskyste compagnon de Che Guevara, arrêté avec lui en Bolivie. Il est aujourd’hui, depuis 2005, Président d’honneur de l’Institut en Sciences des religions à Bruxelles.

Nathalie Delapalme, haut fonctionnaire, conseillère Afrique aux Affaires étrangères

Vincent Goosaert, Docteur en Sciences religieuses, directeur d’études à l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) ; appartient au groupe Sociétés, Religions, Laïcités ; auteur de « L’interdit du bœuf en Chine.

Jean-Claude Guillebaud, conseil de surveillance de Bayard Presse, journaliste au Nouvel Obs et à La VIE, figure historique et emblématique du progressisme chrétien.

Laurent Larcher, professeur essayiste, journaliste L e Pèlerin, La Croix, adjoint de Kouchner.

Pierre Morel,  directeur de OP ; ancien ambassadeur, notamment près le Saint-Siège ce qui donne un air de sérieux à l’ensemble.

François Mabille, professeurs des universités catholiques, docteur en Sciences politiques. Membre de l’EPHE et du même groupe que Goosaert , Sociétés, Religions Laïcités. Appartient à une multitude d’organismes, Centre de recherches sur la Paix, Solidarités Actions Internationales, Catholic Peace GMAP…spécialiste du CCFD et son histoire officielle.

Tareq Oubrou, http://www.dreuz.info/2013/01/qua-donc-fait-lislamiste-tareq-oubrou-pour-meriter-la-legion-dhonneur-a-part-vouloir-instaurer-la-charia-bien-entendu/

Sa devise : « Le Coran est notre constitution »

Cecile Richter,  Bayard Service Edition ; à RPCR chargées des fiches pays avec Fonfroide de Lafon.

 Yazid Sabeg est un franc-maçon  (Loge,  La Couronne n°888 de la Grande Loge Nationale Française, Faits et Documents-Emmanuel Ratier) qui était dans le gouvernement Sarkozy, commissaire à la diversité  et à l’égalité des chances.  Il a participé en 2009 au Forum mondialiste de Crans Montana avec 200 ministres et chefs d’Etat. Personnage avide et intrigant, il a été mêlé à des trafics d’armes en Angola. C’est un très puissant homme d’affaires, membre de l’Institut  Montaigne, centre de réflexion socialo-mondialiste. Sa présence dans cette structure est tout à fait inquiétante.

René Samuel Sirat, grand Rabbin

Antoine Sondag, formateur au Secours Catholique ; ancien secrétaire de Justice et Paix, service du prêt à penser de l’épiscopat, cellule progressiste par excellence. Rédacteur en chef de Développement et Civilisation de l’Institut Lebret-IRFED gaucho tiers- mondiste.

Vincent Picard, Secrétaire Général de OPhttp://fr.linkedin.com/pub/vincent-picard/17/5a3/832

Pyman , expert juridique. Sa présence peut s’expliquer par le fait que son livre « L’internationalisation pénale en matière de trafic » a été préfacé par la présidente de OP.

Mireille Delmas-Marty, présidente de OP

La présidente de l’Observatoire  Pharos, Madame Mireille Delmas-Marty, est une éminente juriste qui défend les idées les plus révolutionnaires quant aux droits de l’homme. Elle est membre du Comité National d’Ethique qui autorise toutes les manipulations sur l’embryon, les cellules souches, et la fin de vie. Elle a exposé ses idées dans un article paru dans la Revue de l’UNESCO de octobre-décembre 2011, page 28. Selon elle, le droit doit rendre les pratiques qui découlent des technologies nouvelles, plus humaines et les concilier avec les aspirations individuelles. Elle constate une ambivalence entre les possibilités offertes par les technologies et leur utilisation. Le droit doit alors trouver un équilibre non dogmatique entre pratiques et aspirations :

« L’ambivalence est tout aussi forte dans le domaine des biotechnologies qui permettent tout à la fois de lutter contre la stérilité, grâce à l’assistance médicale à la procréation, et de faire des tris d’embryons, via le diagnostic préimplantatoire, en se rapprochant ainsi de l’eugénisme pourtant considéré comme un crime ».

 

Le lecteur pourra compléter ces informations qui montrent à l’évidence que nous sommes en présence d’un appareil au service des droits de l’homme totalement étranger à la conception catholique rappelées par le Pape Benoît XVI :

« Malheureusement, surtout en Occident, on trouve beaucoup d’équivoques sur la signification des  « droits de l’homme et des devoirs qui leur sont liés. Les droits sont souvent confondus avec des manifestations exacerbées d’autonomie de la personne, qui devient autoréférentielle, n’est plus ouverte à la rencontre avec Dieu et avec les autres et se replie sur elle-même en ne cherchant à ne satisfaire que ses propres besoins. Pour être authentique, la défense des droits doit, au contraire, considérer l’homme dans son intégralité personnelle et communautaire. [...]

En poursuivant notre entretien d’aujourd’hui, je voudrais ajouter que la paix sociale est aussi mise en péril par certaines atteintes à la liberté religieuse : il s’agit parfois de marginalisation de la religion dans la vie sociale; dans d’autres cas, d’intolérance ou même de violence envers des personnes, des symboles identitaires et des institutions religieuses. Il arrive aussi que des croyants – et particulièrement des chrétiens – soient empêchés de contribuer au bien commun par leurs institutions éducatives et d’assistance. Pour sauvegarder effectivement l’exercice de la liberté religieuse, il est ensuite essentiel de respecter le droit à l’objection de conscience. Cette “frontière” de la liberté touche à des principes de grande importance, de caractère éthique et religieux, enracinés dans la dignité même de la personne humaine. Ils sont comme “les murs porteurs” de toute société qui se veut vraiment libre et démocratique. Par conséquent, interdire l’objection de conscience individuelle et institutionnelle, au nom de la liberté et du pluralisme, ouvrirait paradoxalement au contraire les portes à l’intolérance et au nivellement forcé. [...]" (Benoît XVI discours aux diplomates janvier 2013)

L’idéologie de OP n’a rien à voir avec l’enseignement  du pape. Si Mgr Stenger ne s’en est pas aperçu c’est bien regrettable. Son rôle de faire valoir est évident. Il faut aussi se souvenir qu’il est un adepte des thèses du théologien  Claude Geffré que  la Grande loge de France a reçu en 2007, sur le thème : Quel dialogue entre les religions à l’heure de la mondialisation.(Faits et Documents)  

Les catholiques membres de OP, ou qui se présentent pour tels, appartiennent exclusivement au progressisme le plus endurci !

L’OP des droits de l’homme maçonniques a  reçu 200.000 du ministère des Affaires Etrangères pour un budget de 580 000€ et  une somme sans doute conséquente du Sénat qui ne peut rien refuser à Esther Benbassa. C’est Mgr Stenger lui-même qui a fait la quête ! Nous donnons son discours in extenso en annexe).L’objectif et la « philosophie »  du projet sont si évidents que c’est par une  lettre de mission du Président Hollande, dans la plus pure tradition maçonnique, que l’évêque catholique, Marc Stenger, est mandaté pour aller défendre les droits de l’homme !

 

Mercredi 3 octobre 2012

MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Lancement de l’Observatoire du pluralisme des cultures et des religions

 

« Je salue la belle initiative, prise par des citoyens engagés et appuyée par les pouvoirs publics, de créer aujourd’hui un lieu qui manquait. Lieu virtuel dans sa forme mais réel dans ses effets, l’observatoire PHAROS du pluralisme des cultures et des religions sera un espace de tolérance, et donc d’abord, d’information – tant il est vrai que l’intolérance naît de l’ignorance.

Votre observatoire contribuera, grâce à son site internet multilingue, à défendre et à illustrer le pluralisme des cultures et des religions dans le monde. La diversité culturelle est un bien commun que nous défendrons toujours avec la plus grande force car elle est ce qui permet que notre monde soit ouvert et riche de ses différences.

En France, tous les citoyens ont une référence commune, un cadre collectif, une règle supérieure : la laïcité, c’est-à-dire le droit pour toutes les religions de se pratiquer, et de se côtoyer, dans le respect réciproque de leurs singularités, et en se soumettant toutes à la même loi, celle de la République.

La laïcité exige la séparation de l’Etat et des cultes. Elle fixe une frontière intangible entre ce qui relève de l’intime, qui ne doit pas pouvoir être attaqué, et ce qui relève de la sphère publique. Elle suppose qu’aucun culte ne soit reconnu, mais aussi qu’aucun ne soit méconnu.

C’est précisément à ce travail de connaissance, où la neutralité est le contraire de

l’indifférence, que devra contribuer l’Observatoire en fournissant une information objective et vérifiée sur le respect du pluralisme culturel et religieux partout dans le monde, y compris en France.

Fière de ses valeurs, la France poursuivra son combat pour le respect des droits de l’homme et des libertés publiques. Nous ne nous résignons pas à la haine et à la violence exercées contre les personnes et les groupes. La France a d’ailleurs pris l’initiative, avec d’autres pays européens, de proposer l’adoption de « lignes directrices » de l’Union européenne pour favoriser à l’extérieur la promotion de la liberté de religion et de conscience.

Votre observatoire, j’en suis certain, contribuera à ce combat. »

 

Notre conclusion est simple. Au moment où le Président Hollande avec ses ministres recommencent la guerre initiée par les loges maçonniques il y a plus de cent ans, où ils bafouent les lois naturelles et divines dans une guerre sans merci à la famille et aux enfants ; il y a un évêque en France qui, au mépris de sa fonction et de l’enseignement de l’Eglise, reçoit mission de ce même Président et de ses séides pour soi-disant défendre des droits de l’homme alors qu’il est incapable de le faire dans son diocèse  comme nous l’avons montré précédemment dans sa déclaration à propos du mariage.

Mgr Stenger n’a pas seulement brisé un tabou,( voir nos articles précédents), il a manqué au premier devoir de sa charge qui est d’enseigner aux fidèles la vérité catholique et de montrer l’exemple par ses actes. Nous sommes en présence d’une tromperie intellectuelle et morale lourde qui confirme nos analyses précédentes notamment celle qui concerne ce que nous avons appelé l’incarnation humaniste. Pire, cette entreprise maçonnique est confiée par l’évêque lui-même sous la protection du Prince de la Paix !

Demain nous complèterons cet affligeant tableau.

ANNEXE

« Lancement de l’Observatoire du pluralisme des cultures et des religions

Palais du Luxembourg 31 janvier 2012

 

_ Allocution de Marc Stenger

Président de l’Observatoire du pluralisme des cultures et des religions

 

C'est un grand honneur et une grande joie pour moi de développer devant vous la genèse et le contenu d'un projet que certains d'entre nous portent depuis quelques années déjà, mais auquel se sont joints de nouveaux acteurs de divers horizons philosophiques, politiques, sociaux, et religieux. C'est en leur nom à tous que je suis amené à vous présenter cet « Observatoire du pluralisme des cultures et de religions » qui ce soir prend corps par l'attention que vous lui accordez et doit devenir un instrument important de la protection des libertés fondamentales que sont la liberté de conscience et la liberté d’expression de sa croyance, droits indiscutables de la personne humaine. Si un nombre conséquent d'hommes et de femmes de pensée et d'action se sont ainsi retrouvés autour de ce projet, c'est parce que nous sommes nombreux à penser que seul le respect plénier du pluralisme des cultures et des religions permet de fonder un vivre ensemble harmonieux, serein et fécond entre les hommes. Là où un système de pensée ou une religion impose sa loi d'airain sans

laisser d'espace à la conscience de chacun, l'homme est nié dans ses droits les plus fondamentaux, les libertés essentielles de conscience, d'opinion, d'expression et de religion sont mises à mal, la violence et le déséquilibre social s'installent. Les initiateurs de l'Observatoire pensent que le silence, la désinformation ou la manipulation des opinions sur de telles atteintes à ce qui est constitutif de

l'homme et de son être au monde sont potentiellement dangereux, car ils engendrent le désespoir, le découragement, le désir de vengeance chez les victimes et favorisent l'ignorance, l'indifférence, voire la désinvolture chez ceux qui prétendent défendre les droits de toute personne humaine. Et il ne nous échappe pas non plus qu'à l'heure d'une information mondialisée, d'un univers où les distances s'estompent, d'une planète en quête d'unité dans le respect des diversités, une pareille négation constitue une vraie menace pour la paix du monde, pour l'harmonie des échanges internationaux et le futur des sociétés. Permettez-moi de vous expliquer d'où vient ce projet d'Observatoire. Il a germé au lendemain des nombreuses agressions subies par les chrétiens en Irak. Une mobilisation oecuménique, en 2008, avait permis de sensibiliser l'opinion publique à leur situation non seulement en Irak, mais dans tout le Proche et Moyen Orient. Dès ce moment-là il est apparu à ceux qui avaient parrainé cette opération qu'il ne fallait pas se focaliser sur les seuls chrétiens, que c'est le pluralisme des cultures et des religions, facteur de paix, de justice et d'harmonie sociale, qu'il faut défendre aujourd'hui. Pour en rester à l'exemple irakien, sur notre route nous avons rencontré les Yezidis, minorité à la riche tradition spirituelle, depuis longtemps persécutée et obligée de se terrer, n'apportant donc rien de cette tradition dans l'échange social. De notre expérience et de notre conviction est née une Association qui réunit une grande diversité de personnes attachées à la défense de ce pluralisme. C'est en son sein qu'a été conçu le projet d'un Observatoire qui a vu le jour sous le nom d'Observatoire du Pluralisme des Cultures et des Religions au service des Droits de l'homme.

2

Cette appellation est bien indicative des missions que nous voulons nous donner. Il s'agit d'évaluer le respect du pluralisme des cultures et des religions dans n'importe quel Etat du monde et ceci sous l'angle des droits de l'homme. Ce que nous voulons vérifier c'est la reconnaissance de la qualité de citoyen de chacun, quelle que soit son appartenance culturelle ou religieuse. L'Observatoire fournira donc une information précise et rigoureuse, toujours vérifiée et contextualisée, sur la façon dont tout Etat qui sera observé appréhende dans sa constitution et son arsenal juridique la question de la liberté de conscience en matière culturelle et religieuse. Pour récolter cette information est constitué un réseau plurilingue d'observateurs qualifiés (anglophones, arabophones, francophones). A partir de ces sources l'Observatoire met à la disposition du public des informations et des analyses concernant la possibilité pour chacun d'exercer sa liberté de conscience dans le champ culturel et religieux de l'Etat observé. Information set analyses seront consultables à tout moment sur la plateforme Web qui va vous être présentée tout à l'heure. On peut faire remarquer que nous ne sommes pas le seul organisme à fournir de telles informations. Mais, outre le trilinguisme de la plateforme, la diversité d'appartenance culturelle et religieuse des membres de l'Observatoire lui donne accès à une richesse d'informations que ne peuvent pas offrir des institutions plus spécialisées. Chaque année l'Observatoire s’efforcera de remettre aux autorités publiques, culturelles et religieuses, en France, en Europe, au niveau international, un rapport sur le respect de la liberté de conscience et du pluralisme des cultures et des religions à travers le monde. Ce rapport ne pourra bien évidemment voir vraiment le jour que lorsque l’Observatoire aura examiné dans la durée un certain nombre de pays pour relever – dans une perspective de vigilance et éventuellement d’alerte – l’évolution positive ou négative des pays observés. Nous voulons aussi caractériser cet instrument que nous mettons à la disposition du public par les valeurs sur lesquelles nous nous appuyons.

− Nous affirmons que sans la liberté de sa conscience, sans la liberté de ses choix

philosophiques ou religieux, sans la liberté de les exprimer ou de les exercer, l'homme voit sa dignité bafouée.− Nous croyons que promouvoir la liberté de conscience, d'opinion, d'expression et de religion, c'est lutter contre tous les sectarismes et extrémismes religieux, politiques et culturels qui menacent la construction d'un vivre ensemble universel.

− Nous considérons qu’un monde sans le respect du patrimoine des cultures, des spiritualités, des philosophies et des religions qui y sont déployées est un monde gravement appauvri.

− Nous sommes convaincus qu’oeuvrer pour la liberté des autres est la manière la plus juste et la plus féconde d'exercer la nôtre dans toute son ampleur.

− Nous affirmons que s’engager pour le respect de la liberté des autres est aujourd'hui l'une des contributions majeures que nous pouvons apporter à la construction d'une paix mondiale véritable et durable.

3

A quel public l'Observatoire veut-il destiner ses informations? En principe un site est destiné à tous ceux qui veulent le consulter. Mais nous voudrions prioritairement rendre service à ceux que leur travail et leur engagement font proches des pays concernés, tels les entreprises travaillant à l'étranger ou dont l'activité s'exerce à l'international, les organisations religieuses et culturelles, les organisations non gouvernementales, les organisations humanitaires, les diplomates, les universités

et centres de recherche, les coopérants, les agences de voyage, la presse et les médias Notre ambition est de leur offrir une information objective, vaste, vérifiée et garantie et à travers cela servir les échanges internationaux, entretenir la vigilance de l'opinion, accroître la protection de ceux qui sont en danger, autrement dit faire progresser la paix. Au service de ce projet est créée une plateforme Internet dont les principes vont vous être explicités dans un instant. Laissez-moi simplement vous dire qu'il s'agira d'un site conçu dans une logique d'agrégation, impliquant une recherche d'information, une vérification de cette information et une mise en valeur de cette information. Dès aujourd'hui les informations sur le thème qui nous préoccupe sont multiples sur le Web. Nous essaierons d'y donner accès sur notre site. Mais notre

premier objectif sera de donner une information que nous chercherons nous-mêmes, que nous prendrons à notre compte et que nous labelliserons après l'avoir vérifiée. Elle sera de notre responsabilité. Il nous semble qu'offrir une information de qualité sur laquelle nous nous engageons par la travail de notre réseau de correspondants et la rigueur de notre vérification est une forme de respect à l'égard des victimes des atteintes à la liberté culturelle et religieuse, mais aussi à l'égard de ceux qui dans les divers domaines de leur activité veulent travailler à des relations internationales

justes.

Nous envisageons par ailleurs deux autres niveaux d'information:

1. L'information qui ressort de « liens profonds » que nous établissons avec d'autres

associations dont nous jugeons le travail utile pour notre enquête. Nous nous engageons là par le choix des liens que nous faisons.

2. L'information collectée par une veille au quotidien sur le Net concernant le sort des

minorités linguistiques, ethniques et religieuses. C'est un service rendu, mais nous n'avons aucune responsabilité par rapport à cette information.

Le fait de travailler avec des collaborateurs francophones, anglophones et arabophones nous donnera une plus large capacité d'agrégation d'informations. En outre la plateforme offrira des liens  pour alimenter la réflexion de ceux qui l'utiliseront (par exemple avec des sources d'analyse de géographie religieuse). Tout ceci vise à donner à ceux qui le souhaitent une approche aussi objective, documentée et propice à la réflexion qu'il est possible, de la situation des minorités culturelles et religieuses dans le monde.

J'en viens à ma dernière partie qui, vous le comprendrez tout de suite, n'est pas la moindre. Nous avons conscience que notre projet est ambitieux et de grande envergure, mais nous sommes convaincus aussi qu'il est nécessaire, au regard de beaucoup de situations dont nous sommes témoins dans le monde d'aujourd'hui. Ce projet cependant nous ne pourrons le réussir qu'avec vous.

4

Avec votre confiance. Avec votre soutien. Pardonnez-moi de le dire aussi directement.

L'Observatoire du pluralisme des cultures et des religions, au service des droits de l'homme est aujourd'hui entre vos mains. Nous voudrions vous proposer un partenariat pour agir, que vous ne soyez pas seulement des usagers potentiels de notre site, mais aussi des protagonistes d'une œuvre urgente au bénéfice de l'homme et de ses droits, et en même temps au bénéfice d'une société mondiale apaisée. Agissons ensemble: entreprises, institutions publiques et privées, associations, mouvements, familles, hommes et femmes de toutes opinions. Mais nous voulons que notre action soit à la hauteur des enjeux, efficace, donc aussi professionnelle. Pour cela nous avons besoin de moyens, des moyens importants: notre budget de lancement est de 120.000 Euros, et le budget de fonctionnement est de 428.000 Euros. Nous avons donc besoin de 548.000 Euros pour 2012.

C'est la raison pour laquelle nous vous demandons avec une insistance toute amicale de devenir donateurs, partenaires financiers de l'Association Pluralisme des cultures et des religions. Dans la mise en oeuvre de cette entreprise nous allons avancer prudemment – mais résolument. Nous avons choisi une stratégie de montée en puissance progressive du projet, afin de pouvoir assumer les engagements financiers initiaux, ce qui donnera toute garantie aux bailleurs de plus long terme. Car

nous avons besoin de toutes les formes de générosité financière, du coup de coeur, de l'engagement militant eu égard à ce qui est en cause, mais aussi, j'ose dire surtout, du soutien effectif et de longue haleine, des entreprises, des institutions publiques et privées, des fondations qui reconnaissent dans l'Observatoire un instrument utile pour le déploiement de leur propre économie.

Nous sommes entièrement disponibles pour échanger plus avant avec vous, pour accueillir vos questions et vos suggestions, mais aussi, bien entendu, pour recueillir votre adhésion à notre projet et votre soutien financier. Dans la plaquette qui vous a été remise ce soir vous trouverez tous les renseignements utiles pour faire un pas de plus avec nous.

Au total je dirai que c'est votre confiance qui donne force à notre engagement. Nous comptons sur vous pour la manifester de toutes les manières possibles et utiles

 

 

 



29/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres