Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Mgr. STENGER - épisode 12. L’Incarnation humaniste, et les messages de Noel de Mgr Stenger

Relire les precedents episodes sur Mgr Stenger (12345678910, 11)

 

Avec ce douzième épisode s’achève notre analyse du comportement  doctrinal et/ou idéologique de l’évêque de Troyes.

Sauf erreur de notre part, que nous sommes déterminés à rectifier immédiatement, nous avons remarqué ses curieuses doctrines qui nous semblent peu compatibles avec la foi et la pratique catholique. Mais nous n’avons d’autre autorité pour juger ses comportements ou ses écrits que celle reçue lors de notre baptême.

Je suis un catholique du rang et si je me suis astreint à ce travail c’est parce que personne dans le diocèse (ni à d’autres niveaux) ne se préoccupe apparemment de l’orthodoxie épiscopale.

D’autres blogs catholiques ont, eux aussi, souligné de temps à autre des propositions épiscopales que nous dirons farfelues et parfaitement offensantes pour la foi et la discipline catholiques.

Dans cette dernière partie, nous présenterons non pas ce qui a été dit ou fait mais ce qui a été omis dans ce qui est appelé par Mgr Stenger  « Message de Noël «  ou plus simplement « Editorial ».

Nous avons repris tous les messages de Noël de 1999, année de l’arrivée de Mgr Stenger à Troyes, à 2011. Ces textes ont paru dans la revue catholique du diocèse chaque mois de décembre.

 

Cette étude comprend deux parties : une analyse lexicale et des commentaires.

 

Analyse lexicale


Les mots ou expressions sont suivis d’un chiffre qui indique le nombre de fois où ils figurent dans l’ensemble  des 13 messages.

Trinité 0 ; Jésus 13 (dont 6 en 2000) ; Christ-Jésus 2 ; Christ 10 ; Emmanuel Dieu avec nous 1 ; l’enfant de Bethléem 1 ; l’enfant de la crèche 1 ; Fils de  Dieu 1 ; Fils de l’homme 1 ;  Vierge Marie 1 (1999) ; Péché originel  0 ; Péché 0 ; sauveur 1 ( Dieu, lui, n’est pas resté sourd et aveugle à l’épreuve de son peuple. Il lui a envoyé un sauveur) ; salut / salut éternel 0 ;  Marie 4 ; Joseph 3 ; Bethléem 24 (dont 5 fois dans le message de 2002 et 5 fois dans celui de 2010) ; ange 1 ; bergers 4 (dont 3 en 2000) ;  mages 3 ; Eglise 2 (il s’agit de notre Eglise auboise) ; Bonne Nouvelle-Evangile 8.

Il est à noter que les messages de  2001, 2004 et 2009 ne comportent aucun nom.

Incarnation 11 ; le mot ne figure pas dans les messages de 2004, 2005 et 2010. En 2008 et 2009 on trouve trois formulations voisines : « Mystère d’un Dieu qui par amour se fait homme » ; « Il lui a envoyé un sauveur » (2008), « Dieu a voulu en envoyant son Fils dans le monde » (2009).

Nous n’ignorons pas les limites de cette appréciation quantitative. Il faudrait qu’elle soit complétée par l’analyse des expressions qui contiennent les mots cités et les phrases elles-mêmes. Nous avons fait ce travail. Mais il serait fastidieux de le reproduire ici. Nous dirons qu’elle permet cependant de saisir une tendance. L’énumération ne travestit absolument pas la teneur des treize messages de Noël donnés par Mgr Stenger de 1999 à 2011.

 

Commentaires


Le lecteur aura compris en lisant cette première analyse qu’il manque quelque chose dans ces messages. Quelque chose de si essentiel que nous avons relu ces textes plusieurs fois pour être certain que cela ne nous ne nous avait pas échappé.

Nous avons bien noté  que Mgr Stenger a utilisé onze fois le mot « Incarnation » avec ou sans majuscule. Mais jamais il n’a indiqué ce qu’EST l’ « Incarnation », selon le dogme catholique et la volonté de la Sainte Trinité d’envoyer le Fils pour que par son sacrifice sur la croix  nos péchés soient rachetés.

« Nous croyons que Notre Seigneur Jésus-Christ, par le sacrifice de la croix, nous a rachetés du péché originel et de tous les péchés personnels commis par chacun de nous, en sorte que, selon la parole de l’Apôtre, « là où le péché avait abondé, la grâce a surabondé ». (Profession de foi de Paul VI 30juin 1968).

Dans aucun des messages, à aucun moment pendant treize ans, sous aucune forme le mystère de l’Incarnation n’est présenté pour lui-même dans sa forme catholique reçue jusque dans les cantiques traditionnels du peuple chrétien. Jamais les noms des personnages cités, les faits, les actions, les mots  ne rapportent l’essentiel.

« Pour affermir la paix, autrement dit la communion avec lui, et pour établir la fraternité entre les hommes –les hommes qui sont pécheurs- il (Dieu) décida d’entrer dans l’histoire humaine d’une façon nouvelle et définitive, en envoyant son Fils dans notre chair, afin d’arracher par lui les hommes à l’empire des ténèbres et de Satan (cf. Col I, 13 ; Act. 10, 38) et de réconcilier en lui le monde (cf. 2 Col 5, 19) ». Décret Ad gentes Cap.1, n°3. Concile Vatican II.


Alors que reste-t-il des messages de Noël de Mgr Stenger à son diocèse ?

Il reste des formules… toujours incomplètes :

« Il convient que nous nous réapproprions le sens de cet événement fondateur de l’aventure chrétienne ; l’incarnation de Dieu dans l’histoire des hommes »

« L’histoire humaine cesse d’être dangereuse et insuffisante parce que Dieu l’investie et bouleversée par l’incarnation de son Fils. Désormais l’éternité est déjà en plein dans la temporalité, la vie est le germe de la mort la vérité est plus forte que le mensonge, la charité est plus puissante  que la haine, la méchanceté est déjà vaincue par la grâce de Dieu ».

« …je dirai à tous les prisonniers : vous êtes présents au cœur de notre Eglise qui accueille dans la joie son libérateur. »

« Depuis l’incarnation du Christ, ce monde a vocation à être terre d’Evangile, lieu de croissance et de libération, de réconciliation et de communion, de justice et de paix, pour les hommes de toute race, langue, peuple t nation ».

Noël, pour nous chrétiens, est la fête de Dieu qui est venu se mettre au service de l’homme, de tout l’homme, sans aucune exclusion… Il est venu pour libérer l’homme paralysé par ses contradictions, le mettre debout, lui offrir de nouvelles raisons de croire, d’espérer. Il est venu pour créer la fraternité entre les hommes. »

« La volonté du Père c’est qu’aucun de nous ne se perde. Lui-même se rend dépendant de cet amour qu’il a pour nous et il ne pouvait pas faire moins que de nous envoyer son propre « Fils pour s’acquitter de la responsabilité dans laquelle cet amour l’engage, nous donnant à la mesure de notre besoin de retour à la vie, à la joie, à la lumière. »

« Le mystère de l’Incarnation est la révélation d’un Dieu qui se considère comme chargé de l’homme. »

« Noël, c’est le mystère d’un Dieu qui se fait pauvre pour rejoindre notre humanité et qui, par son incarnation, nous enrichit infiniment ». (Oui, il arrive parfois qu’on approche de la vérité catholique… mais elle est toujours amputée.)

« Et cette Bonne Nouvelle c’est que tout homme est précieux pour Dieu. Dieu  veut pour lui l’épanouissement et la paix, il scelle une alliance avec lui pour le faire partenaire de son propre accomplissement, tout homme est destinataire de la même promesse de vie, ce qui crée entre les hommes une fraternité de dignité et de destin.

« Le Noël chrétien, c’est « l’autrement » (souligné dans le texte) de ce quotidien déréglé par l’homme et ses choix, et l’affirmation de nouveaux possibles.»

Il ne sert de rien de multiplier les périphrases si le contenu essentiel n’existe pas : « …par l’audace de son incarnation il a fait de l’homme plus que l’homme ». (1999)

Lorsque en 2002 Mgr Stenger écrit qu’il « est impératif de ne pas perdre de vue le vrai message de la crèche » ; que «  le message principal de Jésus c’est que cet « autre monde…c’est dans notre monde qu’il prend naissance et qu’il veut se développer, tout comme l’été commence à se développer au cœur de l’hiver » (2003) ; que « le mystère de l’Incarnation est la révélation d’un Dieu qui se considère comme chargé de l’homme » (2006) ; que « Le Dieu pauvre qui vient à la rencontre des hommes est un Dieu totalement disponible pour l’homme. Il n’est pas là sous condition, bardé d’exigences » (2007) ; que « Noël devrait être pour nous chrétiens, l’occasion d’une mise au point croyante » (2011) , jamais il ne dit ce qu’est l’Incarnation.

A côté de ces formules creuses à résonances humanistes, Mgr. Stenger n’a cessé de développer sans nuance sa propre idéologie qui dérive de « la dynamique de l’incarnation ».

 «   Notre société occidentale voit monter en son sein toutes sortes de fondamentalismes qui prospèrent sur le terrains de nos peurs, en particulier celle de l’Islam. »

« … en refusant d’ouvrir nos portes aux étrangers, nous reproduisons le refus des gens de Bethléem qui ont forcé Marie à accoucher dans une crèche ! »

« Ce sont les pauvres qui sont les victimes de la surconsommation des riches ». Cette incise fait partie du message de Noël 2009 consacré à la rencontre écolo de Copenhague. Voici :

« Face aux limites et aux menaces environnementales auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés, de nombreuses voix s’élèvent en faveurs du « moins » : moins de consommation, moins de production, moins de croissance, moins de mobilité, pour éviter que nous allions plus avant sur la pente où nous sommes.

« Le discours du « moins » en lui-même n’est pas entièrement satisfaisant ? Pour nous libérer de notre esclavage de consommateurs il ne suffit pas de diminuer notre consommation, il faut que nous changions radicalement nos modes de vie et que nous visions non pas un moins, mais un plus, un autrement, un mieux ».

A quoi bon multiplier les citations !

Nous sommes revenus au point de départ de notre première analyse : une religion sans dogme. Mgr Stenger propose une fraternité universelle et spiritualiste à la manière des humanistes anglo-saxons du dix-neuvième siècle dans laquelle Dieu joue le rôle d’inspirateur et de « good fellow » le bon camarade qui va veiller à ce que tout se passe bien puisqu’il le veut ainsi. C’est aussi la religion de la théologie de la libération qui réduit l’Incarnation à la justification des luttes sociales.

Pendant treize années consécutives les fidèles du diocèse de Troyes ont eu droit en guise de messages  de Noël à un discours à caractère religieux, certes, mais sans le principe même de la foi catholique. Ils ont eu droit à l’option préférentielle pour les pauvres et les immigrés, à l’écologie, mais rien sur le salut apporté par Notre Seigneur Jésus-Christ. Ils ont lu des revendications de paix et de justice mais sans qu’il soit demandé la moindre reconnaissance du péché originel et de l’Incarnation-Rédemptrice. Les Noëls de réclamations se sont succédés  sans aucune affirmation de la vraie et seule mission de la seconde personne de la Trinité. On ne leur a pas dit qu’il fallait chercher le Royaume de Dieu et sa justice pour avoir le surcroît. La religion exprimée par les « messages » est un alibi pour un combat socio-politico-écologique. Les pauvres de la crèche qui entourent la naissance du Christ confessent sa divinité. L’adoration de l’enfant-Dieu est inexistante dans le discours de Mgr Stenger.

Si l’Eglise a été et est encore immensément charitable, plus qu’aucune autre institution à travers les siècles, ce n’est pas parce qu’elle a tu, caché, omis ou défiguré le mystère de l’Incarnation.

Le Christ est venu pour que tout homme soit sauvé et qu’il ait la vie éternelle.

 

Conclusion

Lorsque Mgr. Stenger a reçu la consécration épiscopale lui conférant la plénitude du sacerdoce, il ne pouvait pas ne pas savoir ce qu’est le dogme de l’Incarnation. Si pendant treize ans il a omis de l’écrire dans ses messages de Noël cela ne peut être à notre avis que dans une intention délibérée. Ayant reçu entre autres le pouvoir d’enseigner, ces manquements répétés sont pour nous une cause de scandale au sens catholique.

Mais c’est aussi une offense gravissime à la Sainte Trinité, au Fils de Dieu fait homme, à la Vierge Marie et à tous les saints. C’est une offense gravissime à l’Eglise spécialement à notre Saint Père le Pape Benoît XVI, à tout le collège épiscopal et enfin au peuple de Dieu particulièrement aux fidèles du diocèse de Troyes.

 

Nous attendons Noël 2012 !



17/07/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres