Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Depart de L.A. Knight : le Net en parle - La Croix -

La Croix 28/02/2011

Rome se penche sur Caritas Internationalis



La Secrétairerie d'État s'oppose au renouvellement du mandat de Lesley-Anne Knight à la tête de Caritas Internationalis, et insiste sur l'identité catholique de l'organisation caritative

Lors de sa mission en Haïti, mi-janvier, le cardinal guinéen Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum, l'avait affirmé : « L'Église n'est ni une ONG ni une société philanthropique. Notre action doit être l'expression concrète de l'évangélisation. » Objet de sa préoccupation : Caritas Internationalis (CI).

Soutenant 24 millions de personnes dans le monde, employant 440 000 salariés et 625 000 bénévoles, les 165 Caritas, fédérées à Rome par CI, s'appuient chaque année sur des ressources, privées et publiques, de 5,5 milliards de dollars. Les chiffres disent l'importance de la mission. Mais Rome demande à Caritas Internationalis de s'interroger sur le sens de cette mission.

Le 15 février, le Secrétaire d'État, le cardinal Tarcisio Bertone, a écrit aux conférences épiscopales, chacune étant responsable de « sa » propre Caritas locale, pour leur faire part de l'opposition du Saint-Siège au renouvellement du mandat de Lesley-Anne Knight, secrétaire générale de CI, lors de l'assemblée générale prévue en mai prochain.

«Incompréhension» du cardinal Maradiaga

Si la décision est inédite dans l'histoire de CI, elle est fondée en droit. Le statut canonique de Caritas Internationalis, promulgué par Jean-Paul II le 16 septembre 2004, prévoit cette possibilité, et confie à Cor Unum le suivi de CI. Il affirme également le lien entre CI et la Secrétairerie d'État matière de diplomatie multilatérale.

Dans cette lettre, révélée le 26 février par l'hebdomadaire catholique britannique The Tablet , le cardinal Bertone précise : « Durant les quatre années à venir, une attention particulière devra être apportée à l'harmonisation de la dimension théologique de CI avec son rôle en tant qu'organisation internationale. » Le cardinal souhaite que les activités de plaidoyer menées par CI soient mieux coordonnées « en coopération étroite avec le Saint-Siège, spécifiquement compétent dans ce domaine ».

Rapidement, le cardinal Sarah a précisé que la personnalité de Lesley-Anne Knight (51 ans, britannique, vingt-cinq ans d'expérience en matière de développement international) n'était pas en cause. Et le cardinal Bertone prend acte des « résultats significatifs » et du « professionnalisme » de L.-A. Knight.

Au siège de CI, on reste prudent. L.-A. Knight ne s'est pas exprimée. Patrick Nicholson, son porte-parole, se veut serein : « Le travail se poursuit. Nous avons toujours coopéré avec le Saint-Siège, et les Caritas locales sont sous la responsabilité des conférences épiscopales. »

Rome souhaiterait une identité catholique mieux affirmée

En revanche, le cardinal Oscar Maradiaga, président de CI et archevêque de Tegucigalpa (Honduras) a demandé au cardinal Bertone de revenir sur sa décision. Et il a écrit aux 165 directeurs des Caritas locales pour leur faire part de son « incompréhension », réaffirmant son soutien à L.-A. Knight.

La réponse de Caritas Internationalis à Rome a pris la voix de Duncan McLaren, prédécesseur romain de L.-A. Knight de 1999 à 2007. Sur le site de la revue jésuite australienne Eureka Street , il affirme : « La confédération est scandalisée. Si le Saint-Siège a le droit statutaire de refuser un candidat, il n'est pas habilité à juger de la qualité de son travail. (…) Je n'ai aucun doute que le Christ est au cœur du travail réalisé par Caritas au nom de l'Église. »

Le contentieux touche le caractère hybride de CI, à la fois ONG et organisme d'Église. Elle doit ainsi rendre compte à Rome, mais aussi à ses millions de donateurs privés, aux États qui, localement, attribuent des subventions, sans oublier les conférences épiscopales. Reste que des voix autorisées se font entendre, à Rome, pour souhaiter une identité catholique mieux affirmée des services rendus par l'Église à la société : éducation, santé, solidarité.
Frédéric MOUNIER, à Rome


02/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres