Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Des évêques catholiques ça existe !

Nous sommes suffisamment critiques devant l'inertie des évêques pour ne pas reproduire cette magistrale information parue dans "RIPOSTE CATHOLIQUE". Elle est la preuve qu'une étincelle catholique peut allumer un brasier !

Depuis combien d'années connaissons-nous la dérive du MRJC ? Les vieux lecteurs de L'Homme Nouveau se souviennent de la revue de Presse qui régulièrement épinglait la dérive gauchiste et philo communiste du MRJC !

 

Merci Mgr GINOUX

 

MRJC : Mgr Ginoux reçoit le soutien d’une quinzaine d’évêques mais pas de la CEF

25 janvier 2018

 

Download PDF

 

Dans Famille chrétienne, l’évêque de Montauban apporte des éléments intéressants :

En tant qu’évêque, je ne peux pas laisser dire que l’IVG est un droit fondamental. Pour des chrétiens, le respect de la vie s’impose. Il fallait que quelqu’un leur réponde. J’ai considéré que c’était dans ma mission d’évêque, de celui qui veille sur la foi catholique.

 

Si un mouvement veut être d’Église, il convient qu’il soit d’accord sur les fondamentaux. On peut ne pas être d’accord sur des questions de forme – par exemple les défilés de la Manif pour tous -, mais pas sur les fondamentaux de l’enseignement de l’Église, dont fait partie le respect de la vie.

Mais voici ce qui est intéressant : le soutien de bon nombre d’évêques :

Mon courrier est passé par la Conférence des évêques de France, non pour avoir son feu vert, mais par correction, afin qu’elle en soit informée. Ce n’est donc pas un coup de franc-tireur. A cette heure, une quinzaine d’évêques m’ont félicité et me soutiennent. En tant qu’accompagnateur de la pastorale en monde rural, Mgr Habert, l’évêque de Sées, a lui aussi écrit une lettre au MRJC dans le même sens que la mienne. A nous de voir maintenant, évêques, si nous voulons en parler et en débattre lors de la prochaine assemblée.

Autre information, cette fois scandaleuse :

Cet été encore, le MRJC a fait intervenir des personnes issues de la LGBT dans ses réunions ! Ça pose quand même de sérieuses questions.

Et enfin, la question sensible du financement :

une des questions qui se pose est celle de la subvention d’environ 570 000 euros qu’il reçoit de la part de la CEF. Ne convient-il pas de la revoir ? De faire un audit ? Chaque diocèse est ponctionné pour financer les services ou mouvements nationaux. Mon diocèse donne 30 000 euros chaque année, et une partie de cet argent part au MRJC. Comme évêque, je ne veux plus lui donner aucune aide financière ou matérielle.

Cette affaire de ponction est à vrai dire assez incroyable ! Qui ponctionne les diocèses ? La CEF ? Cela signifie que même le diocèse de Toulon, où il n’y a pas d’antenne du MRJC finance le MRJC ! Peut-être sans le savoir !

Et ce n’est pas terminé. Mgr Ginoux remet en cause l’intérêt même de cette association .

 

Leur sensibilité de gauche est très importante aux yeux de beaucoup dans l’Église de France. Alors on les soutient. On affirme qu’ils touchent de près des personnes que l’Église ne côtoie jamais. Mais nous n’avons aucune preuve de cela. Et qu’apportent-ils à ces jeunes ? Que leur proposent-ils de la foi catholique ?

Et dans le diocèse de Montauban ?

le mouvement s’est éteint de lui-même. La dernière permanente diocésaine du mouvement – que je partageais d’ailleurs avec le diocèse d’Albi – sortait des quartiers populaires. Elle n’était absolument pas du monde rural ! Il ne faut pas se leurrer, ce mouvement touche très peu d’adolescents dans le monde rural. Le mouvement n’existe pas dans plusieurs diocèses ruraux. Un évêque voisin m’a écrit hier pour me dire que, dans son diocèse, la question était réglée puisqu’il n’avait jamais vu de trace du MRJC. Pendant les six années où je les ai côtoyés dans mon diocèse, ils ne m’ont jamais demandé de prêtre et durant leur camp d’été il n’y avait jamais ni messe ni quoique ce soit !

Et enfin, pour faire déborder la coupe, Mgr Ginoux évoque l’envoi à Rome d’un membre du MRJC représenter les jeunes français au synode :

Je trouve cette sélection franchement déséquilibrée. Sur les trois membres envoyés, il y a un membre du MRJC et aucun de grands mouvements de jeunes, comme le scoutisme ou la communauté de l’Emmanuel. Ça parait étrange. J’ai fait part de mon questionnement, dans un courrier, à la responsable nationale jeunesse de la CEF. Cela est d’autant plus étonnant qu’un mouvement comme le scoutisme fournit de nombreuses vocations, alors que je n’en ai jamais vu aucune sortir du MRJC.

La survie du MRJC est-elle suspendue à un fil ? Un fil auquel semble tenir Mgr Olivier Ribadeau Dumas, qui n’est pas évêque mais secrétaire général de la CEF, qui s’est dit “étonné de l’ampleur” de la controverse:

“Je ne suis pas sûr que s’il s’agissait de l’accueil des migrants, qui est aussi un point non négociable de la doctrine de l’Eglise, cela aurait pris autant d’importance”. “Il est essentiel que des voix diverses se fassent entendre dans l’Eglise, qui n’est pas monolithique” mais dont “les évêques sont les pasteurs et éclairent la foi des fidèles”.

L’immigration n’est pas un principe non négociable… Quant aux voix diverses, sur l’avortement, dans l’Eglise, on tombe des nues. Le MRJC sera-t-il l’occasion de ce bras de fer entre les évêques et la CEF ?

 

 



27/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres