Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Détours par LYON -1

Les lecteurs de ce blog qui suivent assidûment l’affaire du synode de Rouen, peuvent imaginer que pareil  scandale n’existe pas ailleurs.

C’est une lourde erreur. On peut affirmer que sauf dans les diocèses où l’évêque exerce vraiment sa triple autorité sans laisser les pouvoirs parallèles s’installer et se développer, tous les autres sont gangrénés.

Tel celui de Lyon, où nous allons voir les revendications d’un prêtre anonyme (évidemment) face au cardinal Barbarin. Cet anonyme a envoyé une lettre à son archevêque et à certains de ses confrères.

Nous la connaissons grâce à Golias-news. Chacun peut se reporter facilement sur le site de ce chouchou des informateurs religieux.

Nous ne sommes pas un spécialiste de l’histoire récente du diocèse de Lyon. Deux faits ont par le passé retenu notre attention.

Mgr Barbarin a fait venir il y a quelques années Mgr Gaillot pour parler aux prêtres de son diocèse. Mgr Gaillot était déjà  l’évêque de Partenia. Ayant bien connu le père du cardinal je me suis permis de lui écrire pour lui dire ma stupéfaction et mon incompréhension. Il m’a fait répondre par son Vicaire Général des platitudes de circonstances.

Le deuxième fait est l’entretien qu’il a donné à L’Homme Nouveau  (N° 1448 du 20juin 2009). Ce long entretien est à mon sens capital pour comprendre l’affaire qui nous occupe.  L’idée centrale dont L’Homme Nouveau a fait son titre est éloquent : « Je n’aime pas les dogmes pastoraux ».

Voici le contexte : « Chaque chrétien a son tempérament pour évangéliser. Je suis beaucoup pour la liberté, je n’aime pas les dogmes pastoraux ni les gens qui donnent des méthodes d’évangélisation universellement efficace. Ce qu’il y a de vraiment universel, c’est ceci : pour être un vrai missionnaire, laisse le MISSIONNAIRE accomplir toute sa mission en toi. A partir du moment où Jésus, le MISSIONNAIRE, a accompli  son œuvre en nous, tout se passera bien ».

Si j’osais une formule radicale, je dirais qu’avec ces propos le cardinal a signé son arrêt de mort.

Si cette entretien est passé inaperçu pour les amis de L’Homme Nouveau et ceux du cardinal, il n’en a pas été de même pour les idéologues de l’esprit du concile. Ils ont compris qu’un danger radical menaçait leur  hégémonie.

Un an et demi après le cardinal, fidèle à son intuition, a décidé le 15 décembre dernier le non renouvellement du Conseil Pastoral Diocésain.  C'est-à-dire que le fief de l’idéologie pastorale n’existe plus !

Alors le clergé révolutionnaire a sonné la charge.

L’anonyme en chef a contacté ses confrères,  et les membres du Conseil du Presbyterium et le régime de la terreur a commencé qui n’est pas sans rappeler celui qui fut infligé en 1991 au prédécesseur du cardinal Barbarin, le cardinal Decourtray. (Voir Le terrorisme Pastoral pages 165-171).

La première charge de la lettre est l’accusation de manquement au Canon 511 qui selon l’auteur demande qu’il y ait un Conseil Pastoral ; « ce n’est pas optionnel, ce n’est pas laissé à la discrétion de l’ordinaire… Etes-vous certain que votre décision soit canoniquement valide et conforme à l’esprit du Concile  et du canon ? »

Par cette interpellation violente et irrespectueuse, l’anonyme en chef manifeste à la fois son ignorance, (mais avec ce genre de cuistre on a l’habitude) et son idéologie.

Pour ce qui concerne l’idéologie le lecteur sait à quoi s’en tenir. Pour le canon voici ce qu’il dit :

 

CHAPITRE V

LE CONSEIL PASTORAL

 

Can. 511 - Dans chaque diocèse, dans la mesure où les circonstances pastorales le suggèrent, sera constitué le conseil pastoral auquel il revient sous l'autorité de l'Évêque d'étudier ce qui dans le diocèse touche l'activité pastorale, de l'évaluer et de proposer des conclusions pratiques.

Can. 512 - § 1. Le conseil pastoral se compose de fidèles qui soient en pleine communion avec l'Église catholique, tant clercs ou membres d'instituts de vie consacrée, que laïcs surtout; ils sont désignés selon le mode fixé par l'Évêque diocésain.

§ 2. Les fidèles députés au conseil pastoral seront choisis de telle manière que par eux la portion tout entière du peuple de Dieu qui constitue le diocèse soit réellement représentée, compte tenu des diverses régions du diocèse, des conditions sociales et professionnelles et de la participation qu'individuellement ou collectivement ils ont à l'apostolat.

§ 3. Ne seront députés au conseil pastoral que des fidèles remarquables pour leur foi solide, leurs bonnes moeurs et leur prudence.

Can. 513 - § 1. Le conseil pastoral est constitué pour un temps selon les statuts établis par l'Évêque.

 

§ 2. Lorsque le siège devient vacant, le conseil pastoral cesse.

Can. 514 - § 1. Il appartient à l'Évêque diocésain seul, selon les besoins de l'apostolat, de convoquer et de présider le conseil pastoral qui n'a que voix consultative; c'est aussi à lui seul qu'il revient de publier ce qui a été traité au conseil.

§ 2. Le conseil pastoral sera convoqué au moins une fois par an.

 

Nous avons mis en gras les passages qui ridiculisent l’anonyme en chef.

 

L’injonction qui est faite au cardinal d’observer l’article 19 du synode est tout aussi farfelue.

 

A suivre…

 

Merci au lecteur qui a corrigé l’erreur que j’ai commise dans la succession des évêques sur le siège de Rouen



31/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres