Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Le PAPE POLITIQUE

 

Rédigé par : Dr Maike Hickson

 

SOURCE : One Peter Five

Le 6 mai 2017

 

 

Maike Hickson : Qu'est-ce qui vous inspiré d’écrire un livre sur le Pape François ?

 

George Neumayr : Dès le premier moment où je l'ai vu, je savais qu'il allait être une boule de démolition Moderniste, et il m'a frappé dès le début comme étant le Jésuite « progressiste » prototypique. Je savais que c'était un signe extrêmement mauvais que l'Église désigne le premier Pape Jésuite au moment même où l'Ordre des Jésuites était dans son état le plus corrompu et hétérodoxe. Je savais que ce serait un pontificat péniblement historique, et dès le premier moment de la papauté de François, j'ai commencé à penser que son pontificat serait un bon sujet pour un livre. Au fur et à mesure que son pontificat se déroulait, c’était de plus en plus clair que quelqu'un devait faire la chronique de ce pontificat conséquemment chaotique.

 

MH : Vous avez étudié à l'Université Jésuite de San Francisco. Quelle a été votre première réponse lorsque vous avez vu et entendu le Pape François, le premier Pape Jésuite dans l'histoire de l'Église ?

 

GN : Étant allé à une université Jésuite, je suis très familier avec les mièvres et les imposteurs qui peuplent cet Ordre. Quand j'ai appris que le Pape, dans les premiers mois de son pontificat, a participé à un blabla gauchiste non-stop, cela m'a rappelé toutes les bêtises que j'ai entendues en tant qu'étudiant de Jésuites « progressistes » similaires. Le programme de François était tellement évident pour promouvoir le libéralisme politique tout en minimisant la Doctrine ; c'était la formule du Catholicisme à la mode et vide que j'ai vu exposer à l'Université Jésuite de San Francisco.

 

MH : Quelle approche avez-vous prise pour pouvoir faire une caractérisation proportionnée du Pape François en tant que Pape dans ses actions et ses paroles ?

 

GN : Je suis retourné et j'ai regardé son temps passé à Buenos Aires, en Argentine, lors de sa formation dans l'Ordre des Jésuites, j'ai lu tous ses discours et ses écrits disponibles — lorsqu'il était Évêque avant qu'il ne soit Pape ; j'ai lu toutes les biographies existantes à propos de lui ; j'ai parlé aux prêtres latino-américains, j'ai parlé aux Jésuites, j'ai parlé aux responsables du Vatican, j'ai parlé aux militants Catholiques et aux universitaires Catholiques et aux avocats en droit canon. Compte tenu de la sensibilité du sujet, la plupart des gens ne voulaient que parler de manière anonyme avec moi. J'ai essayé de regarder toutes les nouvelles importantes concernant Bergoglio, avant qu'il ne soit le Pape et quand il a été le Pape.

 

MH : Quelle est la principale conclusion de votre recherche ?

 

GN : La conclusion indéniable est que l'Église Catholique souffre sous un mauvais Pape et que les Cardinaux doivent faire face à cette crise.

 

MH : Comment décrivez-vous dans votre livre la vision du monde politique du Pape François ? Dans quels domaines de la politique montre-t-il ses tendances de gauche ?

 

GN : le Pape François est un produit du gauchisme politique et du Modernisme théologique. Son esprit a été façonné par toutes les hérésies et les idéologies de la période qui suit les Lumières de Marx à Freud à Darwin. Il est la réalisation de la vision du Cardinal Carlo Martini d'une Église Moderniste conforme aux hérésies des Lumières. Sur presque tous les fronts intellectuels, François est un adepte de l'école Moderniste. Il est un étudiant de la Bourse Biblique Moderniste ce qui peut être vu dans son interprétation ridicule de certains passages de l'Évangile : tel qu'il a décrit le miracle de la multiplication des pains et des poissons comme une métaphore et non comme un miracle. À plus d'une occasion, il a déclaré que ce n'était pas un miracle, mais une leçon de partage : « Ceci est le miracle : plutôt qu'une multiplication, c'est un partage, inspiré par la Foi et la prière. Tout le monde mange et il y a certains restes : c'est le signe de Jésus, le Pain de Dieu pour l'humanité ».

 

MH : Pensez-vous que le Pape François, dans ses déclarations plus politiques, abuse de sa fonction en tant que Chef de l'Église Catholique ?

 

GN : Oui, ce pontificat est un exemple flagrant du cléricalisme hors de contrôle. Le Pape François utilise la Chaire de la Papauté, non pour présenter les enseignements de l'Église, mais plutôt pour promouvoir son agenda politique personnel.

 

MH : Ses déclarations politiques sont-elles conformes à l'enseignement Catholique ?

 

GN : Beaucoup de ses déclarations ne sont pas conformes à l'enseignement de l'Église, comme je l'ai écrit dans le livre. Le Pape François est le pire enseignant de la Foi dans l'histoire de l'Église Catholique. On ne pourrait pas lui faire confiance pour enseigner une classe de religion à l'école élémentaire.

 

MH : Lorsqu'on décrit le Pape François comme un homme plus à gauche, pourriez-vous nous donner des preuves à ce sujet ? Quels auteurs Marxistes, par exemple, a-t-il admiré ou approuvé ? Quelles figures politiques de la gauche sont admirées par lui ?

 

GN : j'en parle au début du livre. Son mentor était Esther Ballestrino de Careaga qui était une Communiste très fervente. François a reconnu qu'il avait eu des enseignants qui étaient des communistes qui l'ont influencé. Je souligne dans mon livre qu'il a également rencontré la veuve de Paulo Freire, l'auteur du livre The Pedagogy of the Oppressed [ La pédagogie de l’opprimé ] qui est un classique de la gauche socialiste en Amérique latine.

 

MH : Quels actes pratiques en tant que Pape démontrent que le Pape François soutient activement les mouvements Marxistes ou révolutionnaires ?

 

GN : je documente dans le livre tous les théologiens de la théorie de la libération que le Pape François a réhabilités. Leonardo Boff est en tête de liste. Il est un prêtre ouvertement socialiste qui a quitté la prêtrise, mais qui est maintenant dans les bonnes grâces du Vatican si bien qu'il a été conseiller dans l'Encyclique papale Laudato si. Il a également réintégré au sacerdoce le prêtre communiste Miguel d'Escoto Brockmann, du Nicaragua, qui est toujours en contact avec le Président Daniel Ortega. Ce prêtre a repris sa polémique communiste.

 

MH : Comment décririez-vous l'enseignement moral du Pape François dans le cadre de son enseignement politique ? Existe-t-il un parallèle entre son libéralisme politique et moral ?

 

GN : Il rend hommage au relativisme moral et au socialisme qui sont au cœur de la gauche globale. Ce n'est pas par hasard que ses phrases célèbres ont été « Qui suis-je pour juger » et « L'inégalité est la racine de tout le mal ». Il est un chouchou de la gauche mondiale parce qu'il avance de nombreux éléments de leur programme, comme l'activisme du changement climatique, les frontières ouvertes et l'abolition de l'emprisonnement à vie (une position encore à ce jour tellement à gauche que même les Démocrates Américains n’endossent pas cette position ). Il est un porte-parole du contrôle des armes à feu, il est pour le gouvernement mondial, pour la redistribution de la richesse par des planificateurs centraux. Le Pape se penche sur la tolérance inhérente au libéralisme qui prend à la fois la forme du relativisme moral et la forme d'un socialisme « de vertu ostentatoire ». Il fait plaisir à l’ego des libéraux en leur offrant un pontificat de « vertu ostentatoire » sans aucun enseignement sur la vertu réelle. En d'autres termes, les libéraux aiment paraître bons, mais ne sont pas bons. Et un pontificat qui combine le libéralisme politique avec le relativisme moral ou doctrinal est en accord avec leur politique auto-indulgente. Ils aiment aussi une touche de spiritualité non menaçante dans leur politique qu'un dilettante Jésuite d'Amérique Latine leur fournit.

 

MH : Vous parlez aussi dans votre livre sur l'Exhortation Apostolique du Pape François, Amoris Laetitia. Ce document est-il conforme à l'enseignement Catholique tel qu'il a toujours été enseigné par l'Église Catholique ?

 

GN : Amoris Laetitia est l'un des documents les plus scandaleux de l'histoire de l'Église. Le Pape François donne un clin d'œil évident et un signe de tête aux adultères dans la note de bas de page 329 de ce document ( Dans ces situations, les [ divorcés et « remariés » ], connaissant et acceptant la possibilité de cohabiter « comme frère et sœur » que l’Église leur offre, beaucoup soulignent que s’il manque certaines manifestations d’intimité « la fidélité peut courir des risques et le bien des enfants être compromis ). Dans mon livre, je parle de l'ambiguïté intentionnelle de ce document et que l'Archevêque Bruno Forte, qui a aidé à rédiger le projet du Synode de la Famille de 2014, a reconnu la déviation du document et a déclaré qu'il était typique d'un Jésuite ; et que le Pape François lui-même avait dit à Forte à l'époque que, s'ils avaient explicitement approuvé l'adultère, cela aurait causé un contrecoup et, donc, ils devaient présenter ce sujet dans le document du Synode plus subtilement.

 

MH : Y a-t-il d'autres domaines de l'enseignement Catholique où vous diriez que le Pape François s’écarte de l'orthodoxie ?

 

GN : le Pape François subvertit l'enseignement de l'Église sur le divorce et subvertit ainsi l'enseignement sur de nombreux Sacrements tels que le Mariage, la Pénitence, la Sainte Eucharistie, les Saints Ordres. Il subvertit la théologie sacramentelle de l'Église. J’écris dans mon livre que beaucoup de ses subversions de l'enseignement de l'Église, de son soutien à l'utilisation des contraceptifs par rapport au virus Zika, à son indifférentisme religieux et à son antinomianisme ( voir définition en bas de page ), sont devenus une marque de son pontificat. Le Pape François martèle fréquemment la loi contre la miséricorde qui est l'essence de l'hérésie antinomienne.

 

MH : Que dites-vous de la réponse des prélats de l'Église, en particulier des Cardinaux, à certaines des parties problématiques d'Amoris Laetitia ?

 

GN : la réponse a été faible. L'Évêque Athanasius Schneider est une exception exceptionnelle, il a parlé directement de l'hérésie à l’oeuvre dans ce document.

 

MH : Que devraient faire les Cardinaux maintenant ? Existe-t-il des moyens pour les Cardinaux de corriger un Pape ?

 

GN : Ma position est que les Cardinaux doivent affronter directement le Pape sur cette question et lui indiquer clairement que la position hétérodoxe à laquelle il adhère est absolument inacceptable. Et puis, s'il ne répond pas aux dubia, ils doivent passer à une correction formelle.

 

MH : Quelles sont les raisons du silence de tant de prélats de l'Église face aux enseignements hétérodoxes qui sortent de Rome ?

 

GN : l'une des raisons est leur manque de conviction, une autre raison est un carriérisme honteux, la troisième raison est que beaucoup d'Évêques sont des lâches devant l'esprit de notre temps, et beaucoup de ces « conservateurs » sont des Modernistes au ralenti.

 

MH : Comment fut-ce possible qu’un Pape révolutionnaire a pu être élu à la tête de l'Église Catholique ? Est-ce que vous touchez cette question dans votre livre ?

 

GN : Comme je le répète dans le livre, le Pape François est l'aboutissement du mouvement Moderniste qui remonte à plus de cent ans. Le Modernisme a rassemblé la force dans l'Église depuis les Lumières, il a accéléré le rythme au 19ème siècle et a entré en vitesse surmultipliée au 20ème siècle, produisant le pontificat du Pape François. L'encyclique du Pape Pie X sur le Modernisme se lit presque comme une description clinique du pontificat relativiste de François. Les Papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont représenté plus tard des dos-d’âne sur cette route dans la mesure où ils se sont rendus compte que l'esprit de Vatican II faisait des ravages dans l'Église. Mais, avec François maintenant au volant, ces dos-d’âne ont été totalement ignorés et il cherche à compléter la révolution Moderniste.

 

MH : Comment décririez-vous le Modernisme et en quoi est-il fondamentalement erroné ?

 

GN : L'essence du Modernisme est l'absorption du libéralisme moderne dans le Catholicisme.

 

MH : Alors, comment l'Église devrait-elle retrouver une réponse forte et saine à l'affaiblissement et au travail de sape de son enseignement tel qu'il nous a été transmis par les Apôtres ?

 

GN : Toutes les réformes peuvent être réduites à une seule réforme : un retour à l'orthodoxie et à la sainteté.

 

MH : Vous êtes de la plus jeune génération Catholique, né en 1972. Quelle est et a été votre propre réponse à l'Église Catholique telle qu'elle se présente elle-même dans la Messe de Novus Ordo, mais aussi dans la Catéchèse et dans tous les autres aspects de la vie Catholique? Qu'est-ce qui a mal tourné et ce qui manque ?

 

GN : J'appartiens à une génération de Catholiques qui ont demandé du pain et n’ont reçu que des pierres.

 

MH : qu'est-ce que vous envisagez d'effectuer avec votre livre et que diriez-vous à nous, auteurs et journalistes Catholiques, sur ce que nous devrions et pourrions faire dans cette situation actuelle de confusion pour aider les fidèles ?

 

GN : J'espère qu'un livre comme celui-ci contribuera à la restauration de l'orthodoxie et de la sainteté dans l'Église, et je pense qu'il est du devoir des journalistes de dire la vérité sans peur ni faveur.


Antinomianisme : Dans l'Église protestante, doctrine qui enseigne qu'il est resté dans l'homme assez de bonté morale pour saisir le bien par amour pour Jésus-Christ, sans la crainte de la loi et de l'enfer.

 



18/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres