Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Terrorisme pastoral au Canada : L’affaire de Développement et Paix au Canada. D&P. 6e partie

Pour terroriser les fidèles catholiques du Canada il ne suffit pas de leur montrer que CLC et LSN sont d’abominables diffamateurs qui ont des fréquentations inavouables. Pour les empêcher de réagir ou  de se poser les vraies questions, il faut anesthésier leur bon sens naturel  et leur asséner le « prêt à penser » D&P au nom d’une autorité morale en qui ils ont pleine confiance : la Conférence Canadienne des Evêques Catholiques (CCCB). Par deux fois, (réponses 1 et 7) le document affirme que la CCCB est victime des agissements de ces mouvements comme D&P. Je ne connais pas suffisamment CLC, mais pour ce qui concerne LSN, c’est faux. LSN ne s’est jamais départi d’un ton respectueux aussi bien à l’égard des évêques que de toute autre personne !

Le lecteur pourra constater que rarement pour se justifier, une Institution ne se sera attribuée  une telle quantité de louanges, de satisfecit et de lauriers. Si nous n’étions pas dans un registre très sérieux une telle avalanche de self-compliments serait du plus haut comique. D&P chevalier blanc contre CLC- LSN, les démoniaques. On peut dire que la quasi moitié des dix pages du document est un concert self- félicitations !

 

Les références et les marquages sont les mêmes qu’à l’article précédent.


R1 –« DÉVELOPPEMENT ET PAIX a plus de 40 ans d’expérience dans le combat contre l’injustice, le travail avec les pauvres et la diffusion des enseignements de l’Église. Cet héritage, nous le prenons très au sérieux. Notre travail est reconnu et apprécié un peu partout à travers le monde et on nous respecte pour les millions de vies que nous avons pu toucher ».

Dès la première réponse on sent l’enflure incroyable. Mais le texte anglais est pire. Il est à croire que le traducteur français (Au Canada tous les textes sont bilingues) n’a pas osé ce que le texte anglais se permet : « We have been recognized and acclaimed throughout the world for the millions of lives we have touch ».

 

 R2 – « D&P continue de s’attaquer aux causes profondes de l’injustice sociale et de la pauvreté, en solidarité avec les pauvres et les défavorisés, conformément aux enseignements de l’Église. Notre travail reflète la riche tradition de l’enseignement social de l’Église, notamment l’importance donnée au principe fondamental de l’«option préférentielle pour les pauvres » (souligné dans l’original).

Fidèles à cette mission, nous n’acceptons pas que des groupes marginaux viennent déformer et dénaturer notre projet et nos valeurs, et saper ainsi le bon travail que nous faisons à travers le monde depuis 42 ans au nom de l’Église catholique du Canada."

D&P corrige une petite erreur d’ancienneté ce n’est pas 40 mais 42 ans.

Comme beaucoup d’autres D&P ne conçoit « l’option préférentielle pour les pauvres » que comme une revendication de la théologie de la libération entendue au sens révolutionnaire. Le document de Puebla comporte 1 310 articles. Celui qui concerne l’option préférentielle pour les pauvres est le 1134. Or à Puebla il y avait une deuxième option préférentielle à l’article 1166, celle pour les jeunes. On n’en parle jamais ! (voir notre livre, « Le Terrorisme Pastoral », page 74).

 

R 5 – « DÉVELOPPEMENT ET PAIX est une organisation de laïcs catholiques, qui collabore étroitement avec la conférence des évêques catholiques, avec d’autres institutions catholiques ainsi qu’avec divers organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Nous travaillons avec des partenaires qui partagent nos valeurs et notre engagement pour la justice sociale, mais toujours en conformité avec l’enseignement de l’Église catholique.

Nos politiques s’inspirent et découlent de ces valeurs et de cet enseignement. La foi catholique est au cœur de notre existence et de notre travail comme organisation. Nous sommes guidés et inspirés par les grands principes de notre foi, tels que les articulent les autorités morales et spirituelles de l’Église.

Nos principes de travail et notre engagement envers la foi catholique se retrouvent dans chacun des programmes et des projets que nous appuyons avec notre réseau international de développement ».

Que répondre à cette autosatisfaction !

Les faits, rien que les faits.

L’idéologie de D&P est à l’opposé de la doctrine et de l’enseignement de l’Eglise. Et cela depuis longtemps. Nous en avons ici même administré la preuve. (Voir sur ce blog : Preuves en Images : quand le CCFD soutenait la Révolution à Managua).

D&P comme l’agence française, Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement, (CCFD), a financé DIRECTEMENT l’effort de guerre sandiniste dans les années 1980-1985 en subventionnant l’alphabétisation des soldats de l’armée révolutionnaire de Managua contrôlée par les soviétiques et les cubains. Cette alphabétisation avait deux objectifs : former la conscience marxiste –léniniste des combattants et leur permettre de lire les instructions pour lutter contre les ennemis du peuple. D&P a si bien financé cet objectif que son nom figure au tableau d’honneur des donateurs à Managua. Nous en avons publié les photos inédites jusqu’à ce jour.

Alors la déclaration de fidélité à l’enseignement de l’Eglise de D&P  appartient à une mise en scène orwellienne. C’est une escroquerie monumentale. D&P a soutenu et œuvré pour la révolution socialiste. Aujourd’hui orpheline de l’Union Soviétique, D&P ne suit pas l’enseignement de l’Eglise mais l’idéologie de mort écolo-gauchiste de la mondialisation ambiante.

Ce qu’elle appelle justice sociale c’est la mise en place d’une société accueillante au gouvernement mondial avec sa politique de mort initiée dans les officines de l’ONU.

 

R6. "Nous avons pour principe fondamental de ne subventionner et de n’appuyer aucune activité parrainée par un partenaire, qui ne correspondrait pas aux valeurs et à l’enseignement social catholique."

Il n’y a que les aveugles qui ne veulent pas voir : Ils ont des yeux et ne voient pas ! Voir les dossiers de LSN).

 

R10. « DÉVELOPPEMENT ET PAIX a été créé à l’origine, au sein de l’Église catholique du Canada,  comme une organisation démocratique, formée de membres et destinée aux laïcs. Nous occupons une place spéciale au sein de l’Église en tant qu’organisation destinée aux laïcs/laïques catholiques actifs et engagés, qui militent pour la justice sociale en vertu de leur foi.

Nous collaborons étroitement avec des organismes et des institutions ecclésiastiques dans plusieurs pays. Plus de 40% de nos projets internationaux se font en partenariat direct avec des commissions épiscopales, des conférences épiscopales nationales ou des organisations membres du réseau Caritas Internationalis (le réseau international de secours d’urgence de l’Église catholique, présent dans 162 pays. Caritas Canada, c’est Développement et Paix) ».

Le texte français est une fois de plus infidèle au texte anglais. A la fin du premier paragraphe le texte anglais dit : « as an expression of their Catholic faith ». Le texte français a supprimé le mot « catholique ».

D&P nous offre ici une réponse qui corrobore tout ce que nous écrivons. En mars 2010, D&P travaille en étroite relation avec Caritas Internationalis c’est- à- dire avec Madame Lesley Anne Knight, la Secrétaire Générale qui va être remerciée début 2011 par les autorités romaines… pour avoir soutenu D&P et sa curieuse compréhension de l’enseignement social catholique !

 

R11 – « Nous appuyons, en fait, les « bonnes œuvres de l’Église » en témoignant des valeurs de l’Évangile et en promouvant l’enseignement social catholique dans tous nos projets et nos partenariats. Développement et Paix affiche fièrement son identité catholique dans tous ses projets et ses programmes ».

Qui dit mieux ?

 

R14 - "Le personnel de Développement et Paix est recruté en fonction de sa compétence professionnelle et non de son appartenance religieuse. Pour que nos employés, qui sont de différentes confessions religieuses, connaissent bien les valeurs et les principes qui sous-tendent notre travail, une formation sur l’enseignement social catholique leur est offerte dans le cadre des programmes de perfectionnement de nos ressources humaines."

J’attends qu’un journaliste un peu curieux nous en dise plus sur cette formation  car l’enseignement social catholique ne semble pas avoir inspiré les dirigeants de D&P. Peut-être n’ont-ils pas eu le temps de suivre une formation !

Evidemment ce document fait mention de tous les appuis reçu de l’épiscopat y compris du fameux rapport de visite à Mexico dont l’un des signataires ne savait pas ce qu’il contenait.

Que le lecteur se rassure les évêques canadiens vont reprendre la main et nous verrons à ce moment-là que la grande affection de D&P pour les évêques n’est pas la même pour tous et qu’elle était en réalité une proclamation tactique pour valider le label catholique de D&P.

 

D&P nous offre un bel exemple de ce que nous appelons le « syndrome de Judas » : prendre le pouvoir avec l’argent des pauvres et réduire au silence les opposants en utilisant un pouvoir religieux défaillant… momentanément.

 

To be continued



06/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres