Le Terrorisme pastoral

Le Terrorisme pastoral

Evêque, c‘est par toi que je meurs – 5 - Les masques tombent !

Relire la partie 1, la partie 2, la partie 3, la partie 4

 

Les efforts conjugués de Daoudal Hebdo, de Perepiscopus et de Terrorisme Pastoral ont permis de gagner une première bataille.

Nous avons débusqué les vrais acteurs du synode de Rouen, qui, à côté de clercs apeurés ou complices emmenés par un archevêque à la cohérence intellectuelle douteuse, viennent de se manifester. Des prêtres signataires, trois seulement avaient osé donner leur nom.  Une pétition dont vous trouverez le texte, http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/contestation-dans-le-diocese-de-rouen, est, cette fois, signée par les apparatchiks du diocèse… et le CCFD

Les revendications présentées à l’archevêque Descubes par les prêtres rebelles sont d’une banalité éculée depuis le protestantisme…pour ne pas remonter plus haut. Mais elles appartiennent aussi à un passé plus récent que la commission théologique du diocèse de Rouen, http://s1.e-monsite.com/2009/10/23/41504631com-250909-pdf.pdf , a cru bon de recenser, sans se douter un instant que c’était dévoiler une filiation idéologique parfaitement connue.

 

C’est pourquoi nous continuons l’exploration des « exemples » donnés par la dite commission, modèles pour l’Eglise de demain !

Nous avons mis « exemples » entre guillemets car ce chapitre comporte quelques curiosités pour donner le change c’est-à-dire pour faire croire à une authentique recherche. Les catholiques qui sont cités n’ont rien à voir avec l’idéologie de la commission et celle manifestée par le synode.

Mary Ann Glendon ancien ambassadeur des Etats Unis auprès du Saint Siège, défenseur exemplaire de la vie, voisine avec le Cardinal Arinze, Mgr Centène qui n’est pas véritablement nommé mais figure sous le vocable d’évêque de Vannes, le curé de Cogolin et Sainte-Maxime du diocèse de Toulon.  Figurent aussi deux professeurs italiens du Sacré Cœur de Milan, Sergio Lanza et Emmanuel Cattaneo. Un prêtre polonais dont on ne connaît ni le diocèse ni la paroisse.

Tous ces gens-là ont-ils quelque chose à voir avec les critères du Père Congar ?… J’ai des doutes !

 

En revanche, là où je suis certain de la paternité révolutionnaire de la Commission et des Fondements et perspectives, c’est lorsqu’ils évoquent Lumko Institute. Ce centre de formation catholique d’Afrique du Sud a été sous couvert de lutte contre l’apartheid un organisme de révolution dans l’Eglise.

Nous sommes au cœur du sujet  car le synode et consorts ont littéralement copié les « Small Christian Communities » développées par ce centre de la théologie conceptuelle dans le années 1980-1990. La dite théologie étant la forme anglo-saxonne de la théologie de la libération.

 

 

A Rouen le document  de la commission théologique emploie l'expression "Communion de Communautés". Elle a l'avantage d'éliminer l'expression communauté paroissiale qui rappelle l'organisation hiérarachique. Selon les théologiens rouennais "communion" exprime mieux la réalité spirituelle qui unit les communautés. Les fonctions sont les mêmes pour les communautés sud africaines et françaises 25 ans plus tard !

 

Nous avons rencontré il y a vingt ans ces équipes et avons conservé leur littérature.

Dans une brochure pédagogique destinée au développement des petites communautés, Lumko Institute a inventé une petite ville du nom de ‘KOINONITA » et une vallée «  KOLABO ».

« We have invented these names. But in reality there are hundreds of Koinonita, called by thier own names, and hundreds of Kolabo valleys. During the last fifteen years hundreds of places have begun to build « Small Christian Communities » or « Base-level communities » as they are called. »

« Nous avons inventé ces noms. Mais en réalité il y a des centaines de Koinonita qui ont leur propre nom, et des centaines de vallées Kolabo. Durant les quinze dernières années des centaines d’endroits ont commencé à construire de « Petites Communautés Chrétiennes »  ou « Communautés de base », comme on les appelle ». (Brochure intitulée : Small Christian Communities, page 3).

A la page 10 de la même brochure, il est bien précisé que le terme « Small christian community «  ne désigne pas un groupe biblique ou un groupe de prière mais une communauté qui veut aller plus loin qu’un partage d’évangile.

On l’aura compris nous sommes en présence de la forme sud-africaine des communautés de base latino-américaines qui sont mises en place par les tenants de la révolution marxiste dans l’Eglise, pour en faire éclater les structures paroissiales et diocésaines au bénéfice des forces révolutionnaires. Lumko Institute diffuse également des brochures d’animation de chants adaptés et des formulaires pour transformer les obsèques en manifestations. Dans un document plus important de 107 pages, il  est clairement exigé de la hiérarchie catholique l’ordination  des leaders des communautés ( les nouveaux ministères de Rouen). Le rédacteur ajoute que l’unité de l’Eglise n’est pas en cause car les anglicans l’ont fait sans dommage !

 

Tous les moyens sont mis en oeuvre pour faire passer le message

 

Les communautés du diocèse de Rouen sont elles marxisées ? J’en doute.

Mais elles ont bien retenu la méthode de destruction de l’Eglise. L’habillage pour une « Eglise des pauvres et des exclus » est un remake de l’Eglise des pauvres. Et lorsque le document est signé par le CCFD, c’est un label qui ne trompe pas. Ces pauvres et ces exclus auront droit à l’avortement et au reste !

 

QUI A  BIEN PU DONNER CE MODELE AUX THEOLOGIENS DE ROUEN ?



17/11/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres